Conversation les yeux dans les yeux

Les enquêtes d'une meute de Grues dans Mamoru Kyotei Toshi (Otokodate Complots Shugenja ^^)

Modérateurs :Kakita Inigin, Magistrats de Jade

Règles du forum
Règles internes
1) Le postage durant les heures de bureau est interdit
2) Relancez si vous n'avez pas de réponse au bout de sept jours, mais pas plus tôt* : le but de cette partie n'est pas d'anéantir votre vie sociale
Répondre
Avatar du membre
Vlad
Adhérent
Adhérent
Messages :2983
Enregistré le :08 août 2008, 14:20
Localisation :Tours
Conversation les yeux dans les yeux

Message par Vlad » 26 avr. 2020, 18:53

« Isawa-sama... »

La voix jusqu’ici forte et claire baissa soudainement d’un ton.

« Je… Hum… Je pense qu’il y a quelque chose de je dois vous dire... »

La samurai-ko se dandina, trahissant son anxiété.

« Je pense que si l’on m’a mise à votre service... »

La phrase resta en suspens, comme une bulle de savon dans l’air.

La jeune femme lissa son kimono aux couleurs orange et or.

L’œil noisette regarda le sol un bref instant alors que son homologue, perpétuellement caché par une mèche de l’opulente chevelure teinte en rouge, restait invisible.

Après une inspiration, Matsu Shinobu reprit.

« Vous disiez que le fait de vous retrouver dans un tel panier de crabes, au cœur de la corruption de cette ville était le plus gros coup de malchance qui vous était arrivé... »

« Et bien… Il se pourrait que j’en sois la responsable, Isawa-sama. »

La jeune bushi s’était reprise et présentait maintenant une attitude fière et sûre d’elle.

« D’après les gens de mon clan je suis maudite... »

Comme pour donner plus de poids à ses propos, la jeune femme souleva son ample mèche de son visage. Elle ouvrit alors les yeux, dévoilant une pupille d’un bleu presque blanc sur l’œil qu’elle avait tout le temps caché.

« J’ai le mauvais œil. Et j’attire le malheur sur tous ceux que je fréquente... »

Shinobu inspira fortement. Elle détailla un moment Seppen-sama, cherchant à deviner les pensées de la shugenja.

" Certains pensent que c'est un don du neuvième Kami..."

Finalement, la guerrière se leva avant de sortir du petit salon.

D’ici peu, cette ville, cette enquête, tout cela ne serait plus qu’un souvenir… Les kamis seuls savaient où elle allait à présent se retrouver, songea-t-elle en se dirigeant vers le jardin d’agrément, maintenant plongé dans le noir.
Image

Répondre