[7.9] Tsuma la Blanche

Master's : Isawa Yoshimitsu & Hida Koan
La storyline Nimportekoiteske : l'inspiration jaillira du Flood

Modérateurs : Magistrats de Jade, Historiens de la Shinri

Verrouillé
Seppun Kurohito
Gokenin
Messages : 1923
Enregistré le : 23 févr. 2004, 14:53
Localisation : Ici et maintenant...
Contact :

[7.9] Tsuma la Blanche

Message par Seppun Kurohito » 25 août 2005, 09:27

La matinée avait été claire, mais dès la mi-journée, les nuages s'étaient amoncelés sur la populeuse cité du Clan de la Grue, avant que les pluies torrentielles d'un orage d'été n'annoncent l'arrivée de dame Lune.

Tsuma, cité des Championnats de Topaze, vivait ses plus glorieuses journées de l'année. En quelques jours, le nombre d'habitants doublait, samurai, pèlerins et aventuriers venus des quatre coins de l'Empire pour assister à ce traditionnel événement.
Les auberges ne désemplissaient pas, et les rues bourdonnaient d'activité de l'aube au crépuscule.

Coupée en deux par le sinueux fleuve Tengu, la ville se drapait de mille couleurs de parfums exotiques et de spectacles inédits.

Sur la rive nord, cortèges et palanquins gagnaient le Palais de la Famille Kakita, où la suite impériale était arrivée le jour précédent. Les splendeurs du Palais de la Grue, de ses Jardins Merveilleux et de ses temples dorés, trônaient sur la plus haute colline, sur les flancs desquels se dressaient les résidences des samurai les plus nantis de la région.
La prestigieuse Académie de la famille Kakita comptait parmi les joyaux des lieux.
On trouvait là aussi la résidence du Magistrat d'Emeraude, lieu traditionnel où la justice impériale était rendue, et la résidence de Doji Sekawa, le gouverneur officiel de Tsuma. Bien que la présence du seigneur Noritoshi en personne rende sa position bien limité, il n'en demeurait pas moins hatamoto du daimyo, et avait à charge toute la gestion des affaires citadines, et particulièrement en ces journées de grandes affluences.

Deux ponts seulements traversaient le Tengu, à l'est et à l'ouest de la cité, fréquemment encombrés, autant que contrôlés, par la milice appliquée de Tsuma la blanche.

La rive sud, quant à elle, comptait tout ce que la ville avait de populeux. Il devenait pénible d'y circuler dès le milieu de la matinée, jusqu'aux dernières lueurs du jour.

Les quartiers des artisans, les marchés et maisons marchandes faisaient ces jours-là leurs affaires les plus lucratives de la saison, voire de l'année. Des troupes de bateleurs y présentaient des spectacles de rue, les moines y répandaient la bonne paroles et les samurai de Clan divers s'y retrouvaient dans de raffinés salons de thé.

Le quartier réservé, appelé Quartier des Saule, quant à lui, commençait à vivre avec le crépuscule, s'illuminant de mille lampions colorés. Une haute haie de cyprés en formait la frontière, et la seule entrée obligeait de passer par une austère bâtisse de pierre aux couleurs de la Maison Kakita. Comptant comme l'un des siège de la milice urbaine, tous samurai souhaitant entrer dans le Monde Flottant était tenu d'y déposer ses armes, comme la coutume le demandait dans de nombreuses cités de l'Empire.
La rumeur prétendait que le Quartier des Saules abritait les maisons de geisha les plus raffinés du Clan de la Grue, les hôtelleries aux repas les plus fins, les maisons aux thés les plus délicats. Mais ceux qui le fréquentait n'en parlait que rarement, entretenant tacitement le mystère sur cet univers de la nuit, de maquillage et de rire, qui cachait bien plus que les larmes et le sang...

Hormis par le fleuve Tengu, deux portes permettaient d'entrer dans la cité, exclusivement par la rive sud.
La Porte de la Dame Blanche, plus à l'est, permettait de rejoindre les terres impériales et, plus loin, celle du nord et du Clan du Phénix.

A l'ouest, la Porte du Cerisier Ecarlate voyait passer davantage les visiteurs venus du sud, et étaient à peu de choses près la plus encombrées. Il n'en demeurait pas moins que de longues files attendaient d'entrer ou de sortir de la populeuse cité, attendant patiemment ou pestant à toutes les Fortunes. Chariots, chevaux, poney, piétons, palanquins et kago jalonnaient sur des centaines de mètres les accès terrestres de Tsuma.
La noblesse de l'Empire, quant à elle, préférait largement s'offrir la facilité et le luxe d'arriver par le fleuve, sur de larges barges rivalisant de luxe, et pouvant s'amarrer directement sur les pontons de la rive nord et de ses quartiers privilégiés.

En effet, seule la route impériale permettait d'arriver par voie terrestre sur la rive nord, accédant directement au palais local et aux bâtiments administratifs. C'était par cette voie que le cortège du Fils du Ciel avait été annoncé, la veille. Hormis la cour de l'Empereur, seuls les fonctionnaires dûments autorisés, les courriers spéciaux et les membres de la magistrature d'Emeraude avaient le droit de l'employer.

Avec la nuit et la fin de l'averse arrivait le magnifique feu d'artifice, bouquet de fleurs irisées embrasant fugacement et par vagues les cieux assombris, et les nombreuses festivités organisées par la ville.

Demain commencerait le Championnat de Topaze, comme chaque année.
Un cycle sans cesse renouvelé...
Modifié en dernier par Seppun Kurohito le 27 août 2005, 02:13, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Akodo Noname
Shokunin
Messages : 50
Enregistré le : 29 avr. 2005, 09:41
Localisation : Le Bouscat (33)

Message par Akodo Noname » 25 août 2005, 17:17

En arrivant à Tsuma en milieu d'après midi, Akodo Noname put d'abord constater l'effervecence qui touchait la ville de Tsuma pour le championnat.
Il lui fallait tout d'abord trouver l'auberge que son parrain inconnu avait reservé pour lui...
Il lui fallait donc trouver la Maison du Lotus Rouge qui, lui avait-on dit rassemblait un grand nombre de participants au Championnat de Topaze.

Il lui fallut deux heures pour la trouver après avoir demandé son chemin à de nombreuse personnes, avant de rencontrer un magistrat de la famille Kakita qui lui indiqua la direction à prendre.

Une fois rendu à l'auberge et ayant obtenu sa chambre, il lui restait encore une chose à faire avant de prendre un peu de bon temps, avant le championnat qui se tiendrait le lendemain : trouver si possible qui était ce mysterieux parrain. Pour cela il demanda au patron de l'auberge qui avait reservé pour lui cette chambre.
Les envahisseurs ont ?t? repousser mon seigneur

Seppun Kurohito
Gokenin
Messages : 1923
Enregistré le : 23 févr. 2004, 14:53
Localisation : Ici et maintenant...
Contact :

Message par Seppun Kurohito » 28 août 2005, 23:21

La Maison du Lotus Rouge était une bâtisse imposante le long de la rue des Défis. Il disposait d'un étage réservé aux chambres, d'une arrière cour, d'un agréable petit jardin menant à des maisons de bain séparé, et d'une vaste écurie.
Depuis l'étage, on pouvait voir le fleuve et les lumières lointaines des édifices impressionnants de la rive nord.

Le personnel était nombreux, et tout entier affairé avec l'effervescence de cette journée de préparation. La qualité et le confort des lieux destinait clairement l'établissement à une clientèle de samurai : voyageurs de passage ou en mission pour certains, mais aussi, en ces jours, elle accueillait plusieurs des participants au Championnat de Topaze.

L'activité était constante, frénétique. On sentait toute la tension et l'excitation coutumière de la veille de ce prestigieux championnat. La présence du Fils des Cieux dans la ville était un événement de plus. Le souverain Koan n'était sur le trône que depuis plus d'une année à peine, et toutes sortes d'interrogations agitaient l'imaginaire populaire quant au fondateur de cette nouvelle dynastie... Le propre fils de Seigneur Soleil...

Jin, âgé de 35 ans environs, dirigeait la Maison du Lotus Rouge depuis de nombreuses années. Sa carrure appréciable, la précision de ses mouvements et sa musculature, quoiqu'un peu ramollie, laissait imaginer qu'il avait dû être ronîn, avant de choisir une voie bien différente.

Il reçut la samurai de la Maison Akodo avec une amabilité respectueuse, mais sans obséquiosité. Une fois que la chambre lui fut présentée, le jeune Noname revint le presser de question.

"- Qui a réservé votre chambre, Akodo-sama ? Et bien, il s'agit de Churo... Churo est un citadin qui, durant l'époque du festival, sert d'intermédiaire et se charge, contre des rétributions substantielles, d'assurer le logis des participants pour le compte des nobles représentants de Clans Majeurs qui les parrainent..."

Jin réprima un sourire devant l'expression perplexe du jeune Akodo. La gestion du Championnat avait, au gré des siècles, acquis ses propres méthodes, complexes et inhabituelles selon les cas.
Le jeune samurai lui paraissait sympathique, aussi reprit-il sans attendre :

"- En ce qui vous concerne, il me semble que les commanditaires de Churo était du Clan du Phénix, ou bien de votre propre Clan, je ne saurais l'affirmer..."

Dans la salle, l'heure du repas approchait, et plusieurs samurai s'installaient.

Dans un angle de la salle, trois membres du Clan du Scorpion avaient déjà terminé leur dîner, jetant quelques réguliers coups d'oeil dans la pièce.

Plusieurs ronin, à la tenue correcte et visiblement fortunés, s'installaient dans l'angle opposé.

Un samurai chauve, à la face ronde et au visage marqué, portant les couleurs du Crabe et de la famille Yasuki, semblait en discussion soutenue avec un négoçiant local, plusieurs flasques de saké vides sur la table.

La meilleure table était occupée par un membre du Clan de la Grue, aux longs cheveux neigeux coiffés de manière appliqué, dînant de fort grâcieuse façon en compagnie d'une jeune demoiselle portant un kimono de soie fine, aux motifs de papillon. Il était impossible de deviner le Clan de la demoiselle. Deux yojimbo encadraient le couple, silencieux et attentifs.

Plus loin, un homme dînait seul, à l'écart. Son allure et son accoutrement semblait le tenir à l'écart de l'ensemble de la salle, ce qui ne le dérangeait pas outre mesure. Son visage avait quelque chose d'inquiétant, et d'étranger. Les traits taillés à la serpe, les cheveux épais tout juste coiffés, le regard brillant, aussi noir que l'ébène de sa chevelure, et la moustache tombante qui encadrait une bouche épaisse, lui donnait une allure d'étranger. Son kimono était épais et abîmé, et une fine bande de fourrure courait le long du col. Sans pouvoir en dire plus, Noname reconnut un membre de la famille Moto.

Enfin, trois samurai aux kimono ocre et rouge, arborant fièrement les armoiries de la maison Matsu, commandaient bruyamment un repas copieux et bien arrosé. Le plus âgé des trois, qui semblaient aussi le plus calme, regardait Noname sans discrétion, attendant visiblement la fin de sa discussion avec l'aubergiste pour l'inviter à la table...

L'aubergiste, donc, sans attendre, terminait ses explications afin de s'assurer de la tenue correcte du service à venir. Avec une voix plus rapide, il continua :
"- A cette heure-ci, Akodo-sama, Churo sera sûrement dans une des auberges bon marché de la Places des Rencontres... Mais je ne saurais vous dire laquelle."

Poursuivant avec un air entendu et un vague sourire :"Si les affaires ont été assez florissantes aujourd'hui, il continuera certainement la soirée dans le Quartier des Saules...
Mon garçon d'écurie, Sato, pourra vous conduire sur la Place, mais c'est tout ce que je peux faire pour vous, Akodo-sama..."

Attendant la réponse de Noname, Jin parla d'une voix forte couvrant le brouhaha naissant et donnant des instructions à l'un des serveurs.

Ce fut cet instant que choisit le jeune homme que Noname n'avait pas entendu approcher du comptoir pour parler d'une voix mesurée. Il s'agissait d'un des trois Scorpions ayant achevé leur repas. Il était de taille moyenne, et son masque, lisse et neutre, en bois de cerisier, recouvrait la partie supérieure de son visage, laissant apparaître bouche et menton, et deviner des traits fins et pas désagréables. Il portait un kimono noir aux manches décorés de fleurs écarlates, et les mon Shosuro et Bayushi étaient dessinés dans la complxité de ces motifs.

"- Je ne désire point vous déranger, Akodo-san, mais il me semble avoir entendu prononcer le nom de Churo. Il se trouve qu'il s'agit de l'homme qui s'est occupé de notre propre réservation en cette maison. Je ne saurai préjuger de l'endroit où il se trouve actuellement, mais je sais par contre quelle maison aura plus tard sa préférence dans le Quartier des Saules. Je comptais justement m'y rendre moi-même...
Un peu de détente avant les épreuves qui m'attendent demain...", termina-t-il, presque pour lui.

Sans rien rajouter, il commanda à Jin du thé pour sa table. Aquiesçant, Jin revint à Noname, attendant sa réponse. Le Scorpion n'avait pas bougé, lui non plus.
Derrière eux, le Matsu semblait toujours attendre l'occasion d'inviter le jeune Akodo...

Avatar du membre
Akodo Noname
Shokunin
Messages : 50
Enregistré le : 29 avr. 2005, 09:41
Localisation : Le Bouscat (33)

Message par Akodo Noname » 29 août 2005, 19:43

Noname ne savait que faire devant tant de propositions, mais preferait chercher Churo seul ou tout du moins avec l'aide du garçon d'écurie de Jin.

A la veilledu championnat, il ne souhaitait pas se retrouver dans un grand rassemblement de samourai qu'il soit de son clan ou pas. Son etrangeté pourrait lui porter prejudice maisil souhaitait s'entretenir avec le samourai de la famille Moto. Sa mere en faisant autrefois partis, il souhaitai s'entretenir avec l'un de ses membres pour parler des terres lointaines dont sa mère lui avait parlé.

Il decida donc de decliner la proposition du membre du clan du scorpion ainsi que l'apparente invitation du membre de la famille Matsu.
"Excusé-moi Shosuro-sama mais je me dois de refusé votre invitation, je prefere recherché par mes propres moyens, le garçon d'ecurie de Jin suffira pour me montrer le chemin."
Un geste suffit pour decliner l'invitation du membre de la famille Matsu et une requete à Jin pourpartir d'ici une heure avec Sato.
Après avoir commandé son repas, il se dirigea vers le taciturne membre de la famille Moto.
Les envahisseurs ont ?t? repousser mon seigneur

Seppun Kurohito
Gokenin
Messages : 1923
Enregistré le : 23 févr. 2004, 14:53
Localisation : Ici et maintenant...
Contact :

Message par Seppun Kurohito » 30 août 2005, 10:56

Jin salua le jeune Akodo en l'avisant que Sato serait à sa disposition dès la fin du service.

Si le jeune Scorpion fut contrarié, il n'en démontra rien, et se permit un simple sourire, en hochant les épaules.

"- A votre guise, Akodo-san. Vous vous seriez épargné de fastidieuses recherches... Et bien, il ne me reste qu'à vous souhaiter une agréable soirée."

Puis, avec un éclat défiant dans le regard :

"- Nous serons certainement amenés à nous revoir demain, dans une toute autre situation."

Sans rien rajouter. Il rejoignit ses amis attablés.
La tablée de samurai du Clan du Lion avait déjà oublié le jeune Akodo, encore que l'un d'entre eux le dévisagea sans sympathie alors que Noname traversait la salle. Avec ses traits "exotiques", ce dernier en avait l'habitude.

Arrivé devant la table du samurai seul, celui-ci jeta un regard froid au nouveau-venu, comme si celui-ci le dérangeait dans quelques sombres ruminations. Mais, tout en restant froid, son visage se détendit quelque peu en remarquant, à la lumière nouvelle, les traits familiers, cousins, du jeune Lion.
Sans parler, il invita Noname à s'asseoir, face à lui.

"- Et bien, je n'aurais jamais cru partager ce repas..."

Sa voix, où perçait un cynique amusement, était rauque, et portait l'accent des hommes des steppes.

"- Je suis Moto Khulaï, fils de Shongxou, envoyé par le seigneur Chagatai-sama, notre futur Khan, pour participer au tournoi de Tsuma. Et toi, cousin, quel est ton nom ?"

Avatar du membre
Akodo Noname
Shokunin
Messages : 50
Enregistré le : 29 avr. 2005, 09:41
Localisation : Le Bouscat (33)

Message par Akodo Noname » 30 août 2005, 17:54

"Et bien, je suis Akodo Noname fils de Moto Zu Xi et de Akodo Lishou. Moto Chagatai est un de mes oncles éloignés. Je suis venu participer au championnat de Topaze et ssuis actuellement à la recherche de l'identité de mon parrain. Mais passons."

Après cela l'expression du visage de Noname changea et on pu y lire l'apparition d'une certaine curiosité.

"Ma mere m'a souvent parlé des terres brulés mais je n'ai jamais pu m'y rendre personnelement. Et ayant vous meme certainement visité celle-ci pourrions-nous en parler tout en dinant si cela ne vous derange pas Khulaï-sama?"
Les envahisseurs ont ?t? repousser mon seigneur

Seppun Kurohito
Gokenin
Messages : 1923
Enregistré le : 23 févr. 2004, 14:53
Localisation : Ici et maintenant...
Contact :

Message par Seppun Kurohito » 31 août 2005, 08:36

Un geste de la main et un sourire indiquèrent au jeune Lion que le sama était de trop.

"- Et bien, nous avons plus en commun que je ne le pensais.
Je m'étais préparé à passer ce séjour à Tsuma seul, mais les Dieux semblent le vouloir autrement. Sois le bienvenu à ma table..."

Le tutoiement employé par le jeune guerrier démontrait certainement sa méconnaissance, ou son mépris, de l'étiquette rokugani, mais Noname savait que dans les tribus des steppes, il était un gage de sympathie.

Le Moto termina sa phrase avec un sourire. Un serveur déposa devant Noname de quoi faire un repas plus que copieux, et Khulaï commanda une nouvelle flasque de saké.

"- Tu es apparantés à notre futur Khan, Noname-san ? Je suppose alors qu'un sang commun doit courir dans nos veines : ma grand-mère était une cousine de notre défunt seigneur Gaheris-sama !"

Un éclat farouche était né dans son regard lorsque Noname avait fait allusion à sa participation au Championnat. Apparemment, Khulaï aimait les défis, et la simple idée de se lier d'amitié avec un futur adversaire n'était pas pour lui déplaire.
Un air interrogateur n'avait pas quitté son visage, pourtant.

"- A la recherche de ton parrain ? Voilà qui est surprenant... J'avais prévu de terminer ma soirée dans le Quartier des Saules, mais je suppose que je pourrais t'aider dans ta recherche... Si tu le souhaites, bien entendu."

Khulaï avala sans raffinement une boulette de riz, avant de continuer.

"- Les Terres Brûlées... J'étais enfant la dernière fois où mes yeux se sont posés sur les creux et les dunes. Mais il y a tant à dire que ce repas n'y suffira pas !"

Et Khulaï commenca à partir, avec une étrange nostalgie au fond de la voix, dans la description de la vie dans les steppes.
Il parla des voyages au gré des saisons, des rencontres entre tribus venant verser leurs tributs au Khan, et des nuits froides du désert.
De la vie telle que ses grands-parents l'avaient connue, avant que la Déesse ne revienne pour rassembler les tribus et traverser les Montagnes...
Il mettait tant de passion dans ses paroles qu'on eut dit qu'il avait lui-même vécu chacun de ces instants.

Lorsqu'il eut engloutit tout ce qu'il avait devant lui, Khulaï réprima un rôt, en laissant s'installer un court silence.

"- Et puis, il y a Kala Jahir, la Cité des Mille et Une Histoires....
Beaucoup l'appellent Medinat al-Salaam. Je connais de nombreuses fables la concernant. Mais je dois t'avoir bien lassé, à tant parler, cousin.

- Parle-moi donc de toi", termina-t-il, servant le saké et tendant une tasse à son nouvel ami.

Avatar du membre
Akodo Noname
Shokunin
Messages : 50
Enregistré le : 29 avr. 2005, 09:41
Localisation : Le Bouscat (33)

Message par Akodo Noname » 31 août 2005, 18:11

Noname ecouta avec interet ce que le Moto lui raconta.

Après que celui-ci eu terminé de parler des terres brulés une insatiable envie d'y aller envaï Noname. Khulaï ayant tant parlé deses voyages dans les terres brulés qu'il n'etait que justice pour Noname de parler un peu de lui.

"Et bien que raconter si ce n'est que la vie n'a pas etait toujours facile après l'assassinat de mon père lorsque je n'etait encore qu'un tout jeune enfant, dit-il avec une pointe de colere dans la voix. Les gens ne cherchent pas à comprendre les gens differents mais si je suis la aujourd'hui c'est que certainement quelqu'un s'interesse à moi mais qui?"

Il y eu une petite pause puis Noname reprit la parole.

"Le repas etant terminé ,je vais commencé mes recherches m'accompagnerait vous Khulaï-san?"
Les envahisseurs ont ?t? repousser mon seigneur

Seppun Kurohito
Gokenin
Messages : 1923
Enregistré le : 23 févr. 2004, 14:53
Localisation : Ici et maintenant...
Contact :

Message par Seppun Kurohito » 01 sept. 2005, 08:30

Khulaï répondit avec un sourire amical.

"- Je veux bien t'accompagner, Noname-san, mais seulement si tu cesses de me vouvoyer."

Durant tout le repas, un orage aussi soudain que violent avait inondé les rues de la ville, calmant pour un temps la rumeur constante de la populace.
Alors que les deux hommes terminaient leur repas, la pluie cessa progressivement, comme une faveur des Fortunes.
Lorsque Jin rencontra le regard de Noname, il sut que les deux hommes allaient se mettre sur le départ, et fit chercher Sato.

Sato était un garçon d'un douzaine d'années, à l'épaisse chevelure noire, et aux yeux verts. Vêtu de brun, il paraissait bien nourri, et faisait montre d'une énergie propre à cet âge de la vie.
Il eut du mal à cacher son étonnement en voyant ces deux samurai aux visages si... inhabituels, et bredouilla un vague salut, avant que Jin ne lui parle sans douceur :

"- Sato ! Conduis ces nobles samurai sur la Place des Rencontres, et reviens immédiatement. Tu m'entends avorton ? Immédiatement ! Si je te prends encore à rêvasser quelque part, tu goûteras à la baguette de bambou, cette fois-ci...."

L'enfant hocha frénétiquement la tête, avant d'inviter les deux guerriers à le suivre à l'extérieur. Dès que Jin eut le dos tourné, Noname put voir le regard noir et haineux du garçon. Son air craintif avait aussi disparu, comme s'il s'agissait d'un masque, pour prendre un air plus ferme.

Khulaï reprit son sabre dans un râtelier attenant à l'entrée.

A peine arrivé dans la rue, Sato partit avec un simple "Suivez-moi, seigneurs".

Ils n'avaient pas fait trois pas que les premiers feux explosèrent dans le ciel, colorant la voûte nocturne de mille couleurs.
L'air était encore humide, et le sol boueux, mais la magie du hanabi avait lieu quand même.
En moins d'une minute, les rues s'emplirent à nouveau d'une foule de curieux, émerveillés par le spectacle.

De rue en rue, il devenait difficile à Noname et Khulaï de suivre Sato. Chacun devait se tailler un chemin dans la foule, parfois même en jouant des coudes.
Le Moto avait sorti son sabre du obi, pour le tenir le long du corps, afin que nul ne vint par accident à toucher la lame de ses ancêtres.

L'enfant partait à toute allure, perdant presque les deux hommes, puis, s'arrêtait soudain, et profiter que les samurai dussent le rattraper pour admirer le magnifique spectacle qui illuminait le fleuve et la cité.

Finalement, ils arrivèrent sur une vaste place de laquelle partaient trois larges rues. Autour de la place, on comptait pas moins de quatre auberges, ainsi que deux établissements plus sobres et modestes qui semblaient être de simples débits de saké.
La place était, comme le reste du quartier, envahie par la foule.

Sato s'arrêta soudain.
Un grand final embrasait toute la partie nord du ciel et le garçon s'était perdu dans sa contemplation, oubliant le reste.

Passablement excédé par cette fastidieuse traversée de la ville, Moto Khulaï s'arrêta lui aussi, pour regarder les dernières lumières du feu.

Avatar du membre
Akodo Noname
Shokunin
Messages : 50
Enregistré le : 29 avr. 2005, 09:41
Localisation : Le Bouscat (33)

Message par Akodo Noname » 01 sept. 2005, 10:11

Arrivé à la place des rencontres noname fit comme Khulaï et Sato etadmira le final du spectacle de hanabi. Une fois celui-ci terminé, il remercia le jeune Sato de les avoir mené jusqu'à la place des rencontres et lui conseilla de rentrer le plus vite posible.

Il se concerta ensuite avec Khulaï puis ils partirent faire le tour des auberges à la recherche de Churo.
Les envahisseurs ont ?t? repousser mon seigneur

Seppun Kurohito
Gokenin
Messages : 1923
Enregistré le : 23 févr. 2004, 14:53
Localisation : Ici et maintenant...
Contact :

Message par Seppun Kurohito » 01 sept. 2005, 12:14

Sato fit une plate révérence, les yeux encore émerveillés par le spectacle.
Avant qu'il ne parte, Khulaï lui glissa négligeamment un zeni dans la main.

Des panneaux surplombaient les établissements de la place, et malgré les dessins écaillés par le temps, on devinait les formes suggestives. Moto Khulaï n'en demanda pas moins quelques détails à un badaud.

L'auberge la plus grande et la plus occupée était la Maison de la Carpe Souriante, qui n'acceptaient plus de clients pour l'instant.

Lui faisant face et d'un goût passablement plus douteux, l'auberge du Héron Jaune accueillait encore, quant à elle, de nouveaux groupes.

Plus à l'écart de ces deux-là, le relais des Jardins du Nord avait de toute évidence la préférence de voyageurs de passage, vu les larges écuries contigues que deux jeunes garçons étaient d'ailleurs en train de fermer.

Enfin, la façade neutre de la Maison du Nénuphar n'apprenait rien sur le confort que proposait les lieux. Un lampion rouge surplomblait son entrée, fermé, et personne ne faisait mine d'y entrer. Pourtant, la lumière et le bruit indiquait clairement l'activité des lieux.

A part ces lieux, les deux petits débits de saké étaient ouverts sur la rue, et Noname eut tôt fait, en demandant au propriétaire, de s'assurer que Churo ne se trouvait dans aucun des deux.

Moto Khulaï regarda brièvement chaque devanture, avant de se tourner vers son nouvel ami.

"- Comment nous y prenons-nous ? On les visite ensemble, une après l'autre, ou nous en visitons deux chacun ?"

Alors qu'il parlait, un vieil homme âge d'au moins cinquante ans commença, dans un coin de la place, un spectacle de rue, en dirigeant avec brio plusieurs hautes marionettes, qu'il dirigeait par de nombreux fils enchevêtrés.

Avatar du membre
Akodo Noname
Shokunin
Messages : 50
Enregistré le : 29 avr. 2005, 09:41
Localisation : Le Bouscat (33)

Message par Akodo Noname » 01 sept. 2005, 13:23

"Et bien, je ne sais quoi faire mais il semblerait que pour le moment ils nous soient impossible de rentrer dans la Maison de la Carpe Souriante mais ce Churo semble etre quelqu'un d'importance en cette periode, il suffirait donc de demander à l'entrée. Je pense que nous devrions rester ensemble nous ne connaissons tout deux que mal le secteur. Mais peu etre pourrions nous d'abord allez assisté un cours instant à ce spectacle de marionettes."

Les deux samourai se dirigere vers le spectacle avant de commencer leur visite des auberges à la recherche de Churo en procedant dans l'ordre suivant :la Maison de la Carpe Souriante, la Maison du Nénuphar, l'auberge du Héron Jaune puis finalement par le relais des Jardins du Nord.
Les envahisseurs ont ?t? repousser mon seigneur

Seppun Kurohito
Gokenin
Messages : 1923
Enregistré le : 23 févr. 2004, 14:53
Localisation : Ici et maintenant...
Contact :

Message par Seppun Kurohito » 07 sept. 2005, 15:47

Khulaï eut un hochement de tête.

"- Comme tu veux, cousin."

Pas très emballé pour aller regarder le spectacle de rue, il suivit néanmoins Noname jusqu'au vieil homme.

Ce dernier avait au moins cinquante ans. Son visage était quelconque, mais marqué par une vie assurément trépidante mais faite d'aléas. Ses yeux étaient profondément enfoncé dans ses orbites, mais brillaient d'une attention soutenue.

Le spectacle attirait peu de badauds à cette heure. Néanmoins, les deux samurai ne purent qu'être abasourdis par la formidable dextérité du vieillard, qui, de ses longs doigts secs, jouait de plusieurs dizaines de fils pour animer trois pantins de bois et de tissu articulés : un bushi valeureux, une princesse dans des habits colorés, et un démon aux yeux ronds, à la crinière de flamme et à la langue pendante.
Il éxécutait machinalement les mouvements, chantant chaque parole de cette petite histoire avec le timbre de voix d'un ancien acteur...

Au pied du marionettiste, une sébile attendait l'aumône des passants, mais restait, pour l'heure, bien vide. Alors qu'il quittait le spectacle, Khulaï y jeta un regard, puis osa un oeil vers Noname, mais ne sortit aucune pièce cette fois-ci.

L'entrée de la Maison de la Carpe Souriante était barré par un homme trapu, aussi musculeux que gras, dans des vêtements de qualité moyenne. Il salua les deux hommes et s'excusa en marmonnant quelques mots courtois que la salle ne pouvait plus accueillir personne.
On entendait des rires et des chants à l'intérieur...

Puis, en réponse à Noname :

"- Oh, Churo... Non, noble samurai, vous ne le trouverez pas ici... A cet heure, il aura sûrement déjà rejoint le Quartier des Saules."

L'homme parlait avec un mépris à peine voilé à l'égard de Churo, mais Noname remarqua son bref coup d'oeil vers la porte close de la Maison du Nénuphar.
Il salua les deux hommes alors qu'il repartait.

Arrivés devant la sobre bâtisse de la Maison du Nénuphar, Khulaï fronça des sourcils, incertain de la marche à tenir, quant à taper à la porte ou à l'ouvrir directement. Il laissa Noname prendre les devants, en jetant un coup d'oeil sur les côtés. On entendait distinctement les notes mélodieuses d'un shamisen à l'intérieur, et quelques bruits de voix.

"- Et bien, cet endroit doit être pour une clientèle réservée. Même les fenêtres sont fermées.", rajouta le Moto.

En effet, des panneaux de bambou étaient disposées sur les deux ouvertures de la façade.

Verrouillé