[Mi-journée] Le banquet : troisième table

Master : Iuchi Mushu

Modérateurs : Magistrats de Jade, Historiens de la Shinri

Seppun Kurohito
Gokenin
Messages : 1923
Enregistré le : 23 févr. 2004, 14:53
Localisation : Ici et maintenant...
Contact :

Message par Seppun Kurohito » 01 août 2005, 15:21

[Arashi Fuyimiki]

Krilin fixa le jeune Ishi comme si ce dernier avait dit une phrase quasiment incompréhensible... puis avec le sourire, il répondit :

"Mais mon jeune ami, si vous allez à l'encontre de vous-même lorsque vous recherchez l'illumination, c'est que vous prenez le chemin inverse... Car on ne cherche pas l'illumination, c'est elle qui vous trouve."

Krilin comprenait le point de vue du jeune Ishi, pour lui la vie d'un moine devait être pleine d'obligation contraignante, mais lorsque l'on devient moine si jeune, comme le fit Krilin, on ne trouvait plus d'obligation dans ces tâches, mais un réel plaisir.

Posté le 15-01-2003 à 12:45:33 - Hida Benkei

Seppun Kurohito
Gokenin
Messages : 1923
Enregistré le : 23 févr. 2004, 14:53
Localisation : Ici et maintenant...
Contact :

Message par Seppun Kurohito » 01 août 2005, 15:23

[Kakita no Akodo Ikari]

La conversation avait pris une tournure enigmatique, Ikari intervient :

Fujiwara san, quelle que soit la voie que nous empruntons, pour vous celle du vide, pour Krilin san celle de la recherche de l'illumination, pour nous bushi, la voix du sabre (il inclua dans sa gestuelle Matsu Yemitsu et son gunso), pour Noriaki sama la voie de la diplomatie, pour chacun dans sa voie, rien n'est contraignant. C'est en vous donnant corps et âme à la voie que vous avez choisi qu'elle se révèle à vous. Je suis sûr qu'intuitivement vous avez déjà ressentit celà. Aussi Krilin san ne saurait-il aller à l'encontre de lui dans sa voie comme vous n'allez pas à l'encontre de votre nature dans celle du vide.

De la vie des moines parmi lesquels j'ai vécu, j'ai appris la patience dans la méditation, le tolérance dans le recueil. Pourtant je suis un guerrier, nous avons peu de choses en commun dans la vie de tous les jours, ils m'ont accepté malgré celà. Cependant il ne faut pas nier "l'esprit de la chose" : quand je sors mon sabre c'est dans le but de pourfendre mon ennemi et de cela ils ont sûr faire abstraction, ils ont partagé des choses simples : de la nourriture, de l'eau, leur temps, leur attention. Sommes-nous capables, nous samouraï, de faire de la sorte ? D'accepter la différence des autres comme un cadeau à notre ignorance ?

Lorsqu'il eut terminé, il vida sa coupe de saké, puis il saisit ses baquettes, admirant le paysage du dîner. Le regard de Yemitsu était encore posé sur lui. Ide Noriaki quand à lui était assez silencieux, il écoutait cette jeunesse s'exprimer...

Posté le 15-01-2003 à 14:05:36 - Iuchi Mushu

Seppun Kurohito
Gokenin
Messages : 1923
Enregistré le : 23 févr. 2004, 14:53
Localisation : Ici et maintenant...
Contact :

Message par Seppun Kurohito » 01 août 2005, 15:25

[Arashi Fuyimiki]

Krilin écouta Ikari parler et il ne put s'empêcher de dire:
"- Il est vrai qu'à mon sens, la voie la plus cruelle est bien celle du Bushi, car trop souvent elle se résume a tuer ou être tué, ce qui à chaque fois est un choix parfois dur à assumer..."

A ces derniers mots, Krilin plongea son regard dans celui d'Ikari, se pouvait-il que le moine ait entendu l'histoire si particulière de l'homme?

Posté le 15-01-2003 à 17:33:38 - Hida Benkei

Seppun Kurohito
Gokenin
Messages : 1923
Enregistré le : 23 févr. 2004, 14:53
Localisation : Ici et maintenant...
Contact :

Message par Seppun Kurohito » 01 août 2005, 15:27

[Isawa Fujiwara]

Le jeune ishi plissa les paupières et fronça légèrement les sourcils :

" J'ai du mal m'exprimer ! Je suis conscient de la réalité que vous soulignez tout deux, mais, je m'interrogeai juste sur ces moines qui choisissent par exemple de jeuner ou de vivre dans des conditions extrèmes, comme pour se prouver à eux même qu'ils peuvent faire fi de leurs corps......"

Fujiwara parut hésiter l'espace d'un instant, puis :

" Accepter son corps, et les demandes qui sont les siennes. N'est ce pas un pas vers l'éveil à soi...?"

Posté le 15-01-2003 à 21:55:01 - Kakita Ryojin

Seppun Kurohito
Gokenin
Messages : 1923
Enregistré le : 23 févr. 2004, 14:53
Localisation : Ici et maintenant...
Contact :

Message par Seppun Kurohito » 01 août 2005, 15:31

[Arashi Fuyimiki]

Krilin lâcha un petit rire à la réponse de Fujiwara :

"Mais mon jeune ami, c'est justement en maitrisant les désirs du corps que l'on arrive a mieux le comprendre... Accepter son corps, et les demandes qui sont les siennes, ceci prouve que vous n'êtes rien de plus qu'un animal (Krilin souriait à Fujiwara), ce n'est pas par ce qu'une persone vous plait que vous allez lui sauter dessus, et pourtant il arrive que votre corps vous le demande. Et en ces lieux si plein de raffinement et de beauté, il ne saurait en être autrement."

Les samourais regardaient le moine avec un regard amusé... soit Krilin ne comprenait pas ce que Fujiwara voulais dire... soit c'était le moine qui donner des exemple extrême, mais la situation commençait à devenir drôle, à telle point que même Yemitsu esquissa un sourire.

L'ambiance à la table était maintenant bien détendue, et la discussion allait continuer sous de meilleurs jours.

Posté le 16-01-2003 à 17:36:07 - Hida Benkei

Seppun Kurohito
Gokenin
Messages : 1923
Enregistré le : 23 févr. 2004, 14:53
Localisation : Ici et maintenant...
Contact :

Message par Seppun Kurohito » 01 août 2005, 15:36

[Iuchi Mushu]

Au délice des yeux, celui de la bouche succéda et pendant un instant le silence se fit, chacun savourant la précieuse chair du crustacé et son décor.

Puis vinrent des umeboshi, petites prunes salées. Accompagnées du délicieux saké, elles étaient un régal.

Les conversations continuaient, calmes. Chaque table ayant trouvé son rythme, ses affinités ou ses compromis.

Les serviteurs apportèrent le dessert : des kaki, fruits rouges et cuivrés, ils étaient par excellence le dessert traditionel. Se consommant blet, ramolli par les premiers froids ils n'étaient pas du goût de tous mais sur leur lit de menthe fraîche ils tentèrent presque tous les samouraï attablés. Tout doucement, la fin du repas s'annonça. Il avait été un délice de raffinement et de présentation aux yeux des invités de ce palais.

Doji Shizue pris bien soin d'attendre que tous aient terminé de savourer les douceurs présentées avant de se lever :

- Samouraï, je vous remercie de l'agréable compagnie dont vous nous avez gratifiée pour ce banquet.
Je vous invite à nous rejoindre quand l'heure du coq en sera à la moitié de sa course dans les jardins de ce palais. Le clan de la Grue a en effet le privilège d'avoir obtenu les faveurs de l'artificier Agasha Toruki san pour cette année. Il enchantera donc nos yeux de ses merveilles dans le décor blanc et sompteux que la nature nous offre.

Un tournoi de go est mis en place cet après-midi pour vous distraire ainsi qu'un concours d'haiku et d'origami. Pour ceux qui veulent s'y essayer, les artisans de la famille Kakita se feront un plaisir de vous guidez.
Des salons privés sont mis à dispositions des samourai qui souhaitent avoir une après-midi de dicussions ou de négociations. Ayant encore des entretiens en début de cet après-midi, n'hésitez donc pas à faire appel à Doji Asano , Doji Nanko pour qu'ils vous guident vers l'attrait de votre préférence. Je vous souhaite à tous une après-midi excellente.

Doji Shizue se rassit délicatement et son regard se posa sur Kakita Mikado...

Posté le 20-01-2003 à 11:20:52 - Iuchi Mushu

Seppun Kurohito
Gokenin
Messages : 1923
Enregistré le : 23 févr. 2004, 14:53
Localisation : Ici et maintenant...
Contact :

Message par Seppun Kurohito » 01 août 2005, 15:40

[Arashi Fuyimiki]

Krilin termina son bol de riz en même temps que les samourai finissaient leur nombreux plats, tous plus appétissants les un que les autres, mais il avait resisté et il était fier de lui...
L'aprés midi s'annonçait déjà tres chargé, néanmoins il irait rendre une visite de courtoisie à Toruki pour l'informer des activités proposées
Avec un peu de chance, la qualité de son assistant n'aurait d'égal que le luxe du Kyuden ?...

Il attendit que chaque samourai ait terminé, puis il se leva après que le premier d'entre eux se soit levé, il s'inclina brièvement:
"Je vous remercie pour votre compagnie, nobles samourai. Je serais à nouveau ravi de converser avec vous"

Sur ces mots le moine s'eloigna à petit pas...

Posté le 20-01-2003 à 17:52:01 - Hida Benkei

Seppun Kurohito
Gokenin
Messages : 1923
Enregistré le : 23 févr. 2004, 14:53
Localisation : Ici et maintenant...
Contact :

Message par Seppun Kurohito » 01 août 2005, 15:40

[Isawa Fujiwara]

A la fin du repas, le jeune ishi sembla pris de mélancolie. Son visage se fit moins souriant et il gardait ses yeux rivés sur la table. Après que quelques convives se soient poliment retirés, Fujiwara redressa la tête et parut chercher quelqu'un du regard.

Posté le 20-01-2003 à 18:18:18 - Kakita Ryojin

Seppun Kurohito
Gokenin
Messages : 1923
Enregistré le : 23 févr. 2004, 14:53
Localisation : Ici et maintenant...
Contact :

Message par Seppun Kurohito » 01 août 2005, 15:41

[Isawa Fujiwara]

Finallement, Isawa Itsuko posa le regard sur son jeune disciple. Le visage de Fujiwara se détendit quelque peu.

"Vas Fujiwara ! Il est nécessaire que je reste encore un peu ici, mais, il est préferrable que tu ailles un peu te reposer..."

Le jeune ishi entendit son sensei aussi clairement que s'il lui avait vraiment adressé la parole, il se leva calmement et prit la direction de ses appartements.

Posté le 22-01-2003 à 15:06:37 - Kakita Ryojin

Seppun Kurohito
Gokenin
Messages : 1923
Enregistré le : 23 févr. 2004, 14:53
Localisation : Ici et maintenant...
Contact :

Message par Seppun Kurohito » 01 août 2005, 15:48

[Kakita no Akodo Ikari]

Krilin san s'était déjà éclipsé et le jeune Ishi les salua à son tour avant de se retirer. Le silence se fit alors entre Yemitsu, Gihei et Ikari. L'arrivée de Doji Nanko fut une opportunité des plus providentielle pour Gihei qui n'avait pas trouvé le moyen de briser le regard haineux et condescendant que Yemitsu avait adressé à Ikari maintenant qu'ils n'étaient plus attablés avec d'autres. Gihei était presque sûr que sur un champ de bataille Yemitsu aurait été prêt à tous les coups pour mettre à genoux cet homme qu'il détestait pour ce qu'il était devenu.

Un samourai du clan du Dragon avait rejoint Ide Noriaki et il était en grande discussion avec lui partageant une coupe de saké.
Doji Nanko s'approcha d'eux et se présenta puis requis de parler à Matsu Yemitsu en particulier.

Ikari et Gihei se retrouvant seuls, Ikari se tourna vers le jeune Matsu :

- Eh bien Matsu Gihei san, une partie de go vous tenterait-elle ?

Le jeune Matsu regarda l'homme, son visage était tout aussi calme pourtant il lui sembla qu'il était à nouveau humain comme s'il s'était l'instant d'avant figé comme de la pierre pour toute réponse à Matsu Yemitsu.

Gihei regarda dans la direction de Yemitsu alors qu'il s'éloignait en compagnie de Doji Nanko. Ikari suivit son regard et comprenant très bien sa position ajouta :

- Bien entendu si cela n'interfère pas dans votre emploi du temps et les instructions de Matsu Yemitsu san, je m'en voudrai d'être une source de conflit.

Gihei reporta son regard sur le Lion Bleu. Le ton de sa dernière phrase semblait sincère et l'attitude calme du duelliste à la provocation de son maître venait renforcer cette impression. Aussi eut-il vraiment l'impression que par dessus tout Ikari ne sera pas celui qui envenimerait une situation déjà tendue entre leurs deux clans, il accepta l'invitation avec plaisir:

- J'accepte avec plaisir votre invitation.

Les deux samouraï se dirigèrent alors vers le salon Akikaze...

Posté le 02-02-2003 à 17:50:48 - Iuchi Mushu

Verrouillé