Salon Hotaru : Atari sur le goban

Master : Iuchi Mushu

Modérateurs : Magistrats de Jade, Historiens de la Shinri

Avatar du membre
Iuchi Mushu
Shinri Historien
Messages : 1695
Enregistré le : 07 mai 2002, 23:00
Localisation : Entre le ciel et la terre
Contact :

Message par Iuchi Mushu » 06 mai 2003, 15:13

[Asahine Haniko]

((Y a-t-il autre chose à savoir ? Qui doit commencer la partie ?))

Haniko sourit à Kimiko :

- Jouons, je pense que ce sera le plus facile. Au fur et à mesure je t'expliquerai les différentes formations de pierres qui se présenteront dans notre jeu, les réactions que tu peux engendrer, sinon la théorie va te paraître bien longue et morne. C'est comme cela aussi que j'ai appris.

Le joueur qui a les pierres noires commence, c'est donc toi . Tu peux mettre ta première pierre sur l'intersection qui te tente le plus.

Haniko replaça les différentes pierres qu'elle avait utilisé dans leurs bols respectifs vidant ainsi le goban.

Kimiko n'avait plus qu'à poser sa première pierre...
"Ceux qui n'oublient pas le passé, sont maîtres de l'avenir" (Sima Qian)

Avatar du membre
Iuchi Mushu
Shinri Historien
Messages : 1695
Enregistré le : 07 mai 2002, 23:00
Localisation : Entre le ciel et la terre
Contact :

Message par Iuchi Mushu » 06 mai 2003, 15:14

[Kitsune Kimiko]

Kimiko puisant dans son bol, prit une pierre dans sa main et se retrouva devant ce goban. Il était à présent si grand et tellement vide. Elle hésita un instant ne sachant pas trop où placer sa première pierre. Puis finalement elle se décida à jouer. Après tout, elle ne pouvait se fier qu’à son instinct pour l’instant.
Elle dirigea donc sa main vers le tengen et posa sa pierre juste à deux intersections en diagonale du centre. Une fois la première pièce posée, elle releva ses yeux vers Haniko attendant que son amie joue à sa suite.
Haniko semblait surprise par le coup de Kimiko. Elle joua beaucoup plus éloignée du centre. Puis les coups se succédèrent. Kimiko tentait d’imiter à présent son amie et laissa sa première pierre toute seule au milieu…
"Ceux qui n'oublient pas le passé, sont maîtres de l'avenir" (Sima Qian)

Avatar du membre
Iuchi Mushu
Shinri Historien
Messages : 1695
Enregistré le : 07 mai 2002, 23:00
Localisation : Entre le ciel et la terre
Contact :

Message par Iuchi Mushu » 06 mai 2003, 15:18

[Asahina Haniko]

Haniko avait tellement de choses à apprendre à Kimiko sur le go mais l'après-midi avait filé sans qu'elles s'en apperçoivent vraiment.
Alors que les deux jeunes filles continuaient de discuter, assises devant le goban, la tante d'Haniko, Asahina Yaeko se présenta à elles. D'une trentaine d'années, c'était une femme élégante, avec un visage doux et agréable, elle plut tout de suite à Kimiko, elle respirait le calme et la sérénité.

Elle s'inclina devant la jeune Kitsune
- Kitsune san, je suis Asahina Yaeko, la tante d'Haniko. Je suis enchantée de faire votre connaissance.
Sa voix était aussi douce que ses gestes...
"Ceux qui n'oublient pas le passé, sont maîtres de l'avenir" (Sima Qian)

Avatar du membre
Iuchi Mushu
Shinri Historien
Messages : 1695
Enregistré le : 07 mai 2002, 23:00
Localisation : Entre le ciel et la terre
Contact :

Message par Iuchi Mushu » 06 mai 2003, 15:18

[Kitsune Kimiko]

Yaeko s'inclina devant la jeune Kitsune :
« - Kitsune san, je suis Asahina Yaeko, la tante d'Haniko. Je suis enchantée de faire votre connaissance. »

Kimiko s’inclina à son tour plus bas :
« Je suis enchantée de faire votre connaissance Asahina Yaeko-sama. Je me nome Kitsune Kimiko. Votre nièce est très gentille de s’être occupé de moi durant tout ce magnifique après-midi. »
Elle sourit alors à Haniko.

De son côté, Wapi releva la tête pour regarder le nouvel arrivant. Le petit renard qui avait commencé doucement à s’endormir se réveillait en voyant que les discussions allaient reprendre. Il s’assit sur ses pattes arrières et fixa avec curiosité Yaeko…
"Ceux qui n'oublient pas le passé, sont maîtres de l'avenir" (Sima Qian)

Avatar du membre
Iuchi Mushu
Shinri Historien
Messages : 1695
Enregistré le : 07 mai 2002, 23:00
Localisation : Entre le ciel et la terre
Contact :

Message par Iuchi Mushu » 06 mai 2003, 15:19

[Asahina Yaeko]

((Votre nièce est très gentille de s’être occupé de moi durant tout ce magnifique après-midi))

- Je n'en doute pas et si ce n'était l'heure avancée, je suis persuadée que vous resteriez en de bonnes mains. Il me faut cependant rappeler à Haniko que nous avons encore quelques obligations à remplir et ce avant le spectacle de ce soir. Nous allons nous retirer si vous le permettez. Nous nous reverrons ce soir Kitsune Kimiko san.

Haniko savait que sa tante avait raison mais c'est à regret qu'elle allait quitter Kimiko. L'après-midi avait passé si vite, elle avait encore tant de choses à partager avec sa nouvelle amie. Elle se tourna vers elle alors qu'elle s'apprêtait à se lever sur la douce injonction de sa tante.

- Kimiko san, reprendrons-nous cette partie de go plus tard ?
"Ceux qui n'oublient pas le passé, sont maîtres de l'avenir" (Sima Qian)

Avatar du membre
Moto Akuro
Marchand noble
Messages : 262
Enregistré le : 07 mai 2002, 23:00
Localisation : Les ruines du Matin

Message par Moto Akuro » 06 mai 2003, 23:05

[Kitsune Kimiko]

(( - Kimiko san, reprendrons-nous cette partie de go plus tard ? ))

« Je l’espère bien, j’aime toujours finir ce que j’ai commencé. Nous nous reverrons très bientôt au spectacle. »
Elles se saluèrent puis se séparèrent et Kimiko les regarda partir. Abandonnant le goban à son tour, elle se leva et prit ses affaires. Elle quitta ensuite la pièce en compagnie de Wapi et alla se préparer à nouveau dans sa chambre.

Avatar du membre
Eiji-kun
Ronin
Messages : 185
Enregistré le : 12 mai 2002, 23:00
Contact :

Message par Eiji-kun » 19 juin 2003, 14:45

[Ikoma Kasaru]

Le Kitsuki ne répondit que part un sourire énigmatique à la question posée par son adversaire. Longuement il demeura silencieux, lentement il avança la main, doucement la pierre d'ardoise survola le Goban. Alors qu'autour les parties continuaient sur un rythme normal, bien qu'elles semblaient se dérouler sur une autre ligne de temps tellement la différence de vitesse était grande, le coup était toujours en train de se jouer.

Lorsque le Dragon arrêta son geste les spectateurs amateurs ne s'en rendirent compte qu'au bout de quelques secondes tellement celui-ci avait été lent vers la fin, mais Kasaru savait lui. Il avait suivit le cheminement de la pierre noire depuis le début, se demandant quel était son intersection d'arrivée lorsqu'il l'aperçut clairement :

Il y avait une clef de voûte potentielle dans la défense des territoires centraux encore inoccupés, et Kasaru ne l'avait pas vu, trop concentré dans ses attaques pour tester son adversaire.

D'un claquement sec, faisant même sursauter certains courtisans dans l'assemblée, le Magistrat annonça sa sentence : Le territoire central était à lui. Avec un tel coup, montrant bien la supériorité du jeu de son adversaire sur lui, Kasaru contempla le nouveau visage que la partie arborait, un visage aux traits d'une cuisante défaite !

Le Lion plongea la main dans le bol de noisetier où demeuraient ses pierres blanches et en maintînt une entre ses doigts au dessus du récipient. Quelques secondes passèrent, puis une minute sans que le Lion n'esquisse le moindre geste. Et comme il leur était habituel, les courtisans, surtout ceux du Clan de la Grue, commencèrent à s'amuser du mutisme du Gunso, raillant son inaction, ou du moins sa lenteur à accepter sa défaite.

Le léger brouhaha commença a s'intensifier, attirant encore plus de spectateurs, amplifiant encore le bourdonnement de la foule. Soudain tous se turent, Kasaru venait de lâcher sa pierre dans son bol. Beaucoup échangèrent un sourire entendu, interprétant ce geste comme celui de la reddition du Lion, et se détournaient déjà de la table de Goban.

Le jeune Gunso se leva prestement mettant la main à son Obi. Les courtisans reculèrent, dans les coins de la salle les Yojimbo et autres gardes du palais Doji portèrent la main au Saya. Mirumoto Hojatsu s'avança légèrement, aux aguets, craignant pour la sécurité de Kitsuki Titisa. Mais Ikoma Kasaru ne regardait même pas son adversaire, il n'avait toujours pas quitté le Goban des yeux. Dans la même geste il sortit de son Obi et déplia son Gunsen qui arborait le Mon Akodo. Le faisant tourner dans sa main, il analysait les motifs que dessinaient les pierres de nacre et d'ardoise sur le Goban.

Non, le Lion n'abandonnait pas, la flamme de son regard certifiait même du contraire, mais au moins, à la grande satisfaction des différents joueurs, la douce cacophonie ambiante s'était tue...

Akodo Getsuko lui n'avait nullement douté de Kasaru, il connaissait trop son jeune gunso. Encore une fois, la réaction du clan de la Grue le fit sourire, cette prétention à saisir trop vite la victoire ! Le dernier samouraï qui avait joué à cela avec Kasaru avait vu ses espoirs fauchés par un jeu d'influence brillant de la part du jeune Lion.

Shiba Togai, lui, était resté imperturbable, ses yeux était toujours rivés sur le Goban comme s'il analysait précisément toutes les ouvertures. Il était resté totalement indifférent au brouhaha autour d'eux, aux petits rires et mots étouffés des courtisans. Finalement il releva la tête et plissa les yeux, il avait le regard posé sur le jeune Lion. Il s'imaginait sa concentration en ce moment, bien au-delà des apparences le déploiement du Tessen annonçait la concentration et la plongée de son esprit dans une réflexion tactique mais aussi sûrement stratégique.

Peu à peu le silence se faisait et les secondes s'égrainaient dans une tension qui tissait ses fils à travers toute la salle.

Asahina Haniko assise non loin de là percevait cette tension et jeta elle aussi un regard sur le Goban. La situation était fort complexe, elle se demanda quel coup elle aurait pu jouer après une telle manoeuvre ? Mais son jeune âge l'empêchait sans doute de comprendre qu'au delà de la victoire tactique, il y en avait une autre qui elle se situait sur un plan diplomatique, c'est précisément l'attente de la réaction de Kasaru que Togai guettait. Qu'allait donc faire ce brillant jeune homme ?

Dans son esprit le jeune Ikoma se ressassait les batailles disputées, les choix effectués, et les stratégies appliquées. Le Goban avait disparu, il se changeait au fil des réflexions du stratège Lion étant tour à tour une passe de montagne où les premières neiges tombaient, puis un littoral sablonneux où deux armées se faisaient face à l'aube naissance. Mais quelque-soit la bataille vécue où étudiée, rien ne correspondait à la configuration actuelle.

Tout à coup une nouvelle image vînt à l'esprit de Kasaru : une plaine, légèrement boisée sur son pourtour, et au centre de laquelle un mont se dressait. Jamais Kasaru n'avait combattu ou étudié une telle disposition de terrain, mais il décida qu'il n'était pas trop tard pour apprendre.

De ses positions à l'orée du bois il lança une première charge de cavalerie sur l'immense Dragon qui culminait du haut du mont de terre. La masse des cavaliers semblait dérisoire par rapport à la force du Dragon qui cracha flammes et souffre, consumant les troupes unes à unes. Les hommes tombaient, et le Dragon se repaissait de leurs entrailles. Bientôt le carnage se poursuivit dans une fumée âcre se dégageant des corps des Samurais, montures et Ashigarus calcinés. Mais tandis que la bête avançait peu à peu dans la plaine, quêtant de nouvelles victimes, elle ne vit pas les fantassins, piquiers Ashigarus et Samurais armés progresser derrière l'écran de fumée et entamer un mouvement circulaire à la base de la colline.

Les hommes avancèrent et en gravirent le flanc opposé à leur ennemi. Ce dernier ne s'en rendit compte que trop tard, car trop absorbé par les attaques de front l'harassant. Lorsqu'il se retourna enfin ce ne fut que pour voir les lames Lionnes se lever et s'abattre sur son cou.

Le claquement sec de la dernière pierre blanche de Kasaru le sortit de sa transe. Le bruit résonna dans la pièce à présent silencieuse et quasiment déserte. Apparemment la partie avait durée toute l'après-midi et le soir commençant à tomber la plupart des invités s'étaient déjà retirés dans les jardins pour le feu d'artifice.

Le Gunso Ikoma, toujours debout depuis l'incident du milieu de partie, fit un rapide calcul des pierres qu'il avait dû sacrifier dans son assaut et de celles qu'il avait capturé à la fin. Sa défaite avait été moins cuisante qu'il ne l'avait put le penser tout à l'heure, nettement moins cuisante…

"Félicitation Ikoma Kasaru-san, ce fut une partie très intéressante…"

Kasaru se rendit compte de la grossièreté qui était la sienne d'être ainsi debout et se rassit a sa place face au Kitsuki.

"Effectivement, mais je m'excuse de ne peut-être pas avoir été un adversaire d'un niveau digne de vos espérances Kitsuki-san. Mais cette défaite m'a été fort instructrice."

Le magistrat Dragon leva un sourcil d'étonnement et parti d'un rire franc qui, s'il n'avait pas été si franc justement, aurait pu être mal prit par Kasaru. Lorsqu'il se leva il affichait encore un large sourire et, s'inclinant et quittant la table, il ajouta avant de quitter la pièce :

"Peut-être me suis-je trompé dans mon décompte Kasaru-san, mais pour ma part cette victoire est votre, d'un point certes, mais un point amplement suffisant…"

Kasaru se retourna mais le magistrat s'était déjà détourné, se dirigeant vers les jardins accompagné de son Yojimbo. Reprenant son compte au calme cette fois-ci, il se rendit compte qu'effectivement un point avait séparé les deux Samurais. Un point en faveur du Lion…

Avatar du membre
Eiji-kun
Ronin
Messages : 185
Enregistré le : 12 mai 2002, 23:00
Contact :

Message par Eiji-kun » 17 oct. 2005, 13:35

[Ikoma Kasaru]

Alors que dans le Kyuden les invités discouraient ça et là des festivités dont ils venaient d'être témoins, un groupe de samurais -dont Shiba Togai, Akodo Getsuko et Ikoma Kasaru faisaient partie- avait été totallement absobés autour d'un duel courtois organisé autour d'un des gobans du salon Hotaru.

La pierre tourna entre les doigts d’Ikoma Kasaru et eut un bruit mat quand elle entra en contact avec la surface du goban. Les quelques samouraïs intrigués par l’affrontement entre le maître de thé et le jeune gunzo du général Akodo se raidirent instinctivement au choc de la pierre.
Certains visages esquissèrent même une moue réprobatrice en réponse au geste sec qui venait d'être effectué, car si on ne pouvait nier que le jeune Lion était doué pour l'art du Go, le peu de spectateurs qui assistaient à la joute amicale entre le Lion et le Phénix avaient parti-pris pour ce dernier.

Ce parti-pris n'était pas seulement dû aux allégeances et affinités entre les familles des spectateurs et le maître de thé de la famille Shiba mais plutôt de l'aura qui nimbait les deux joueurs. Lorsque l'on posait le regard sur Shiba Togai on ressentait un apaisement certain, certainement dû à l'apparente sérénité et sagesse du vieil homme. A l'opposé, un léger malaise étreignait ceux qui fixaient trop longuement Ikoma Kasaru. Chacun gardait cela pour lui mais on l'eut dit comme entouré d'une aura mauvaise, maudite, comme si certaines fortunes s'étaient détournées de lui.

« Hamete »

Mais si des fortunes l'avaient abandonné, son sens du jeu -ou plutôt son sens tactique- était lui toujours bien présent. La formation de pierres que venait de parachever le gunso ne permettait rien d’autre au vénérable Togai que de sacrifier son propre ensemble de pions pris au piège si élégamment tendu par son partenaire de jeu.

Un léger soupir, mélange de résignation mais aussi de tristesse, échappa au maître de thé et des lèvres des rares experts de Go de l'assistance. Là ou le spectateur ressentaient la différence d'aura entre les deux protagonistes, l'amateur éclairé savait que la différence était bien plus profonde.

Depuis le centième coup joué Shiba Togai n'avait eut de cesse que d'équilibrer ses pierres et ses formations sur la surface du goban, tissant habilement d'harmonieux entrelacs d'ébène et d'ivoire offerts aux regards experts. Les coups joués par Ikoma Kasaru étaient pour leur part des plus efficaces mais consacrés à l'avancée du Lion vers la victoire. Le dernier coup était l'exemple même de la différence entre les joueurs : en prenant le groupe du maître de thé, le gunso venait de briser l'harmonie si savamment tissée depuis le début de la partie...

A présent les pions d’Ikoma Kasaru s’étaient imposés et le jeune Lion avait fait preuve d'une technique et d'une assurance qu’à l’âge de Togai on aurait aisément qualifié d’expérience mais qu’au sien on pouvait interpréter comme de l’audace voire de l’impertinence.

Dans l’assemblée, les vagues d’émotions diverses formaient un océan d’interprétations capricieuses quant à l’issu de la partie. Au niveau des deux adversaires, plus rien n’existait que le terrain de leur passion commune, le reste du monde s’en trouvait exclu…

Avatar du membre
Iuchi Mushu
Shinri Historien
Messages : 1695
Enregistré le : 07 mai 2002, 23:00
Localisation : Entre le ciel et la terre
Contact :

Message par Iuchi Mushu » 03 nov. 2005, 13:05

Tout n'était pas perdu et même si ...
Shiba Togai posa ses fins doigts sur une des pierres et l'avança dans le silence des spectateurs.
Il s'obstinait. Sur le même terrain, sur la même configuartion.
Le jeune gunso l'avait mis en grande difficulté et sans qu'il s'en doute de douloureuses images étaient venues effleurer la mémoire du vieil homme, la mémoire de l'échec.
On pouvait dire que le coup était surprenant, irréfléchi aurait été insultant. Chacun attendait la réaction du jeune Lion incrédule à l'issue de la partie retenant son souffle.
"Ceux qui n'oublient pas le passé, sont maîtres de l'avenir" (Sima Qian)

Avatar du membre
Eiji-kun
Ronin
Messages : 185
Enregistré le : 12 mai 2002, 23:00
Contact :

Message par Eiji-kun » 28 nov. 2005, 23:21

[Ikoma Kasaru]

Kasaru ne parvenait pas à saisir la finalité derrière ce dernier coup du maître de thé. Non pas que celui-ci était mauvais, mais joueur un tel coup dans une situation aussi défavorable au phénix...

Le Lion continuait de fixer la pierre comme s'il s'était agit de quelque curieux animal venu se poser sur l'aire de jeu.

Apparemment l'étonnement du samurai devant ce coup insolite devait se peindre sur son visage car, probablement amusé par le sourcil levé et la moue du Gunso, quelques gloussements amusés franchîrent les lèvres des courtisans.

Kasaru leva enfin la tête : il venait de comprendre. Le Phénix était en train de tenter de reconstruire l'ensemble de pions qu'il venait de perdre. Le Gunso ne parvenait toujours pas à cerner le jeu du vieil homme mais savais à présent qu'il ne dissimulait aucune ruse.

Il plongea sa main dans la bol en noisetier à la recherhe de la prochaine pierre lorsque son regard fut accroché par celui d'Asahina Haniko qui avait apparemment terminé d'offrir à la jeune Kitsune qui l'accompagnait sa leçon de Go. Une chose frappa Kasaru dans le regard et le visage de la jeune fille : elle semblait très troublée. Le Lion n'avait pas besoin d'être un talentueux courtisan pour se rendre compte de la détresse qui habitait ses yeux. Comme si un drame était sur le point de se déroulé.

Haniko n'observait pas Kasaru, elle avait posé son regard sur le dos de Shiba Togai et c'était pour lui semble-t-il qu'elle s'inquiètait. Cela troublait Kasaru, qu'elle était cette chose qu'il n'avait vu et pour laquelle la jeune grue s'inquiétait tant.

Il observa a nouveau Togai mais ce dernier persistait à lui renvoyer une image emplie d'assurance et de sérénité, affichant son habituel sourire bienveillant.

Le Gunso Ikoma ne sachant que faire il se tourna discrètement vers son général, en quête d'indice sur ce qui avait bien pû lui échapper. Akodo Getsuko arborait un air grave et esquissa de la main droite deux trois mouvements que Kasaru n'avait que rarement vu en pareille situation.

Si le général Lion avait eu en main un gunsen, ce signal aurait été celui de la retraite...

Kasaru reporta son attention sur le goban, l'air préoccupé. Finalement il laissa son pion retomber dans le bol avec les autres.

- Veuillez m'excuser, Togai-sama, mais pourrions-nous continuer cette intéressante partie demain ?

Le Shiba semblait étonné de la requête formulée par son cadet, Kasaru enchaîna :

- Votre jeu, et vos coups, semblent venir si... naturellement -la marque de l'expérience ou de la sagesse qui me manquent cruellement probablement !- mais pour ma part... il me faut user de toute mon énergie et de toute ma concentration pour pouvoir rivaliser avec vous sur le Goban...

Ne sachant comment conclure son soliloque, Kasaru laissa la fin de sa phrase en suspens.

Le Lion savait qu'il mentait mal, et même extrèmement mal. A vrai dire ses proches disent de lui qu'il est incapable de mentir. Mais ce n'est pas uniquement dû à sa droiture d'esprit, le mensonge lui venait simplement difficilement aux lèvres. Ou en tout cas les franchissait de la pire des manières.

Il éspérait simplement que Shiba Togai ne s'offusquerait pas de ses mauvaises excuses, ni ne les mal-interprèterait...

Avatar du membre
Iuchi Mushu
Shinri Historien
Messages : 1695
Enregistré le : 07 mai 2002, 23:00
Localisation : Entre le ciel et la terre
Contact :

Message par Iuchi Mushu » 29 nov. 2005, 12:45

[Shiba Togai]

Le vieil homme regarda son adversaire puis lui sourit amicalement :

- La journée a en effet été fort longue pour moi Kasaru san et je suis fatigué. Je vous accorde de remettre la suite de cette partie à demain. Nous gâcherions notre plaisir à continuer ainsi.
Vous trouverez cependant demain en face de vous un adversaire reposé et plus acharné que jamais.

Le sourire du maître de thé était empli de sincérité. S'il n'avait pas manqué de discerner l'excuse dans les propos d'Ikoma Kasaru et la maladresse avec laquelle il l'avait exprimé, il n'avait pas eu l'intention de relever le fait. Quelque chose l'intriguait : pourquoi le jeune homme voulait-il arrêter maintenant alors qu'il allait à la victoire ? Avait-il repéré son trouble et la grande fatigue qui l'étreignait ?

La crise était proche s'il n'obtempérait pas à aller s'allonger, il le savait pourtant le go l'avait une fois encore dicté passion plutôt que raison. Quoi qu'il en soit, ce jeune gunso quelle qu'en soit la raison était un homme fort avisé et il acquérait la mesure de ses adversaires rapidement. Shiba Togai espéra que le jeune homme lui accorderait d'autres moments privilégiés au cours de cet hiver.

- Demain à l'heure du singe, me ferez-vous le plaisir ainsi qu'Akodo Getsuko sama de partager le thé en ma compagnie au pavillon ? Nous continuerons ensuite cette très intéressante partie si vos obligations vous le permettent.

Aucun murmure ne parcouru l'assemblée parce qu'il aurait été mal séant de ponctuer ainsi l'invitation du maître de thé mais les regards envieux et d'autres méprisants se posèrent sur le jeune gunso et son général. Comment obtenait-il une telle invitation, une telle faveur après s'être comporté de la sorte ?
D’autres désapprouvèrent la perpétuelle attitude du clan du Phénix à toujours concilier paix et entente à tout prix.
Dans le manque de discernant qu'entraînent la jalousie, la convoitise et la condescendance, beaucoup avaient oublié que l'on jauge un homme sur ses actes non sur les apparences. Et dans ce palais, au coeur de l'hiver, les intérêts les plus divers et les plus importants masquaient bien souvent les choses les plus sincères et les plus importantes.
La tension et l'inquiétude avaient semblait-il quitté le visage d'Asahina Haniko à la tournure que prenaient les évènements mais dans la foule, un autre visage dardait de ses yeux intenses le visage d'Ikoma Kasaru, c'était celui de Shosuro Ukkiko, l’un des masques de nô.
"Ceux qui n'oublient pas le passé, sont maîtres de l'avenir" (Sima Qian)

Avatar du membre
Eiji-kun
Ronin
Messages : 185
Enregistré le : 12 mai 2002, 23:00
Contact :

Message par Eiji-kun » 30 nov. 2005, 21:55

[Ikoma Kasaru]

"Demain à l'heure du singe, me ferez-vous le plaisir ainsi qu'Akodo Getsuko sama de partager le thé en ma compagnie au pavillon ? Nous continuerons ensuite cette très intéressante partie si vos obligations vous le permettent."

Kasaru rendit son sourire à Shiba Togai, non sans avoir préalablement laissé s'échapper un léger soupir de soulagement.

- Ce serait bien entendu un honneur doublé d'un plaisir réel, Shiba Togai-sama.

Le Lion se tourna vers son Général, guettant son assentiment à l'invitation de son vieil ami. Akodo Getsuko opina du chef et répondit lui-même :
- D'autant plus que pour le moment nos obligations sont encore sufisamment accomodantes pour nous octroyer le temps de boire le thé en votre compagnie.

Le maître de thé acquiesça :
- A demain donc, je m'en retourne à mes appartements. Akodo Getsuko-sama, Ikoma Kasaru-san.

Kasaru rendit son salut au vieil homme qui sorti à pas lents du salon Hotaru. Akodo Getsuko lui emboîta le pas, non sans avoir posé au passage sa main sur l'épaule de Kasaru. Certains trouvèrent ce geste un peu trop familier dans la situation présente. Familier, ou alors paternaliste...

Sans que quiconque n'ai eu le temps de le mander, un serviteur munit d'un écritoire s'approcha du goban et commença a noter la position des pierres réparties parmis les 81 intersections du plateau de jeu. Mais à peine s'était-il mis à l'ouvrage que Kasaru tendit la main vers l'écritoire.

"Donne"

Le serviteur eut un léger mouvement de recul mais tendit l'écritoire au samurai Lion qui arracha immédiatement la première page. Il n'avait pour le moment noté l'emplacement que de cinq pions, il ne pouvait s'être trompé aussi grossièrement. Qu'avait-il fait pour déplaire ainsi au bushi Ikoma ?

Ce dernier plaça l'écritoire sur ses genoux et continua lui-même à noter la situation actuelle du goban. Le serviteur n'avait commise aucune faute, mais Kasaru avait l'habitude de faire ce rituel d'entre-parties. Cela lui permettait de retracer la partie depuis les premiers coups joués et de ressasser ses choix tactiques et ceux de son adversaire. De plus, en s'occupant de la sorte il s'assurait de ne pas être impunément dérangé tandis que ci et là des regards jaloux ou méprisant se posaient sur lui.

En agissant ainsi il aspirait à rester seul alors que le salon se désemplissait. Mais tout plongé qu'il était dans la recopie de la partie il remarqua le bruissement de la soie purpurine et la présence de la courtisane scorpion à ses côtés...

Avatar du membre
Les Masques de N?h
Charlatan
Messages : 19
Enregistré le : 04 déc. 2002, 00:00

Message par Les Masques de N?h » 30 nov. 2005, 22:41

[Shosuro Ukiko]

La soie se plissa en élégantes volutes quand Ukkiko s'agenouilla avec la plus grande grâce de l'autre côté du plateau de go. Les longs cils dépliés et le regard baissé sur le jeu, elle examina avec la plus grande attention et dans le plus grand silence la position des pions des deux adversaires.
Si elle semblait afficher un respect de silence tacite à la tâche auquel le jeune Lion s'attelait en ce moment, le bruissement de la soie, son doux parfum capiteux, il ne pouvait ignorer sa présence.

Pourtant elle garda le silence et curieusement, il ne sentit pas son regard posé sur sa personne mais bien sur le jeu.
Tout le monde se cache derrière un masque, nous avons simplement la franchise d'arborer le notre...
Shosuro Ukiko, Shosuro Kagero, Artistes itinérants.

Avatar du membre
Eiji-kun
Ronin
Messages : 185
Enregistré le : 12 mai 2002, 23:00
Contact :

Message par Eiji-kun » 01 déc. 2005, 01:19

[Ikoma Kasaru]

Sentant qu'il aurait été grossier de sa part d'ignorer plus longuement la présence de la jeune femme, Kasaru laissa tout de même de longues secondes s'égrenées avant de laisser au serviteur le soin de terminer la copie du goban.

- Lorsque tu auras terminé, fais déposer ceci dans mes quartiers.

Le serviteur s'inclina et s'affaira immédiatement sur son écritoire tandis que Kasaru se tourna lui aussi vers le goban, laissant ainsi aux soins de la nouvelle venue de se présenter...

Avatar du membre
Les Masques de N?h
Charlatan
Messages : 19
Enregistré le : 04 déc. 2002, 00:00

Message par Les Masques de N?h » 01 déc. 2005, 07:13

[Shosuro Ukiko]

Lorsque le jeune Lion eut donné ses instructions, Ukiko releva les yeux sur le jeune homme.

- Je ne voulais pas vous interrompe Ikoma Kasaru sama.

Elle se tût quelques secondes comme gênée d'avoir dérangé le jeune Ikoma dans sa tâche de recopie. Si c'était une attitude feinte, ça ressemblait en tout point à de la sincérité.

- Je me présente Shosuro Ukiko.

Elle s'inclina, ponctuant ses mots de son respect

A l'inverse de l'assurance qu'elle avait eu tout à l'heure, Ukiko semblait comme mal à l'aise. Elle s'était approchée du goban par curiosité d'y voir plus en détail les pions comme elle le faisait étant petite lorsque son père et Kagero y jouaient. Elle refaisait leurs déplacements de mémoire et tâchait d'y discerner ceux à venir et le vainqueur. Le jeu du jeune Ikoma l'avait surprise et elle aimait beaucoup son style opposé à celui du Maître de thé.
Mais bien évidemment entre sa curiosité et son aisance théâtrale, parfois se produisait des situations comme celle-là en ce moment où elle entrait dans la réalité des autres sans y être invitée...
Tout le monde se cache derrière un masque, nous avons simplement la franchise d'arborer le notre...
Shosuro Ukiko, Shosuro Kagero, Artistes itinérants.

Verrouillé