[Work in progress] [Gozoku] Mamoru Kyotei Toshi

Forum dédié aux créations communes des forumistes de la voix.

Modérateurs :Magistrats de Jade, Historiens de la Shinri

Répondre
Avatar du membre
Kendashi
Shinri Historien
Messages :561
Enregistré le :07 mai 2002, 23:00
Localisation :Haguenau (bas-rhin)
[Work in progress] [Gozoku] Mamoru Kyotei Toshi

Message par Kendashi » 18 sept. 2004, 17:41

J'ouvre un Thread pour que vous puissez suivre les progrêt du projet Mamoru Kyotei Toshi. Attention les informations que vous trouverez ici concerne essentiellemnt la période concernée par la souveraineté du Gozoku, pour ce qui concerne la période post coup d'état il faudra que Ben ou Matsuura interviennent par eux-même sur un autre thread.

PS : Evidemment tout commentaire, quel qui soit (tant qu'il est bien construit ou n'est pas hors-sujet), est bienvenue.


:ken:
Modifié en dernier par Kendashi le 18 sept. 2004, 17:51, modifié 1 fois.
Un lion ne meurt pas, il dort...

Avatar du membre
Kendashi
Shinri Historien
Messages :561
Enregistré le :07 mai 2002, 23:00
Localisation :Haguenau (bas-rhin)

Message par Kendashi » 18 sept. 2004, 17:49

Mamoru Kyotei Toshi
Au 1er coup d’œil



Population

Mamoru est une cité cosmopolite. Bien qu’historiquement les Clans du Phénix, de la Grue et du Lion y tiennent un place particulière, tous les autres Clans (même les plus insignifiants), sectes, groupe de ronin et même peuple gaijin peuvent y être représentés (cela y est même encouragé) par l’intermédiaire d’un ambassadeur les représentant.

Climat

Le climat vacille entres des températures très basse en hiver (allant parfois jusqu’à moins 20°) et tempéré en été (le maximum atteint depuis plus de vingt-ans fût 25°). Les précipitations sont rares mais lorsqu’il y en a elles apparaissent souvent sous forme de longues averses pouvant durer plusieurs heures.

Comment s’y rendre

La cité de Mamoru Kyotei Toshi se trouve à l’extrême Sud des terres du Clans du Phénix, à la frontière des terres du Clan de la Grue et des terres impériales entourant Otosan Uchi, la capitale de Rokugan. La ville étant devenue principalement un lieu diplomatique et commerciale, tout fut mis en œuvre, au cour de son histoire, pour faciliter les déplacements de ses visiteurs ou habitants.

La voie terrestre
La voie terrestre la plus sûr pour se rendre dans la cité du traité respecté est encore d’emprunter Michi sano Hikari Senshi, la Voie du Guerrier Radieux, l’une des principale route impériale parcourant Rokugan. Toutefois ce privilège n’est pas offert à tous le monde puisqu’il faut posséder toutes sortes d’accréditation pour pouvoir y circuler.
Heureusement la route impériale n’est pas la seule voie terrestre possible pour se rendre à Mamoru Kyotei Toshi. Deux autres routes, plus traditionnelles, la relient : Michi sano Dashita Ran (La Voie de l’Orchidée Sanglante) et Domo na Doro (la route impitoyable). La première traverse les terres du Nord du Clan de la Grue pour déboucher sur celle du Clan du Lion. La seconde, elle aussi, est destiné à relier la cité aux terres du Clan du Lion. Ces deux routes sont aussi sûre que possibles (les autorités de Mamoru Kyotei Toshi y veillent) car ce sont les deux voie terrestres les plus emprunter par les marchands de la cité.
A noté, qu’étonnamment, aucune voie terrestre directe officielle ne relie la cité du traité respecté avec les autres villes du Clan du Clan du Phénix. La raison avancée par le Clan du Phénix a toujours été une question de symbolique. Mamoru Kyotei Toshi étant considéré par l’ensemble de l’Empire comme l’un des principaux symbole de la Paix, le Clan du Phénix a refusé créer un route directe vers la cité pour montrer la confiance qu’elle avait dans ce symbole car, comme tous le monde le sait, bien que aujourd’hui les routes offrent certains avantages de déplacements aux marchands leur fonction première est de permettre à des troupes armées de s’y rendre rapidement.

Comment s’y déplacer

Une fois à Mamoru Kyotei Toshi il vous faut savoir comment s’y déplacer :

A pieds
Le principale (l’unique pour la plupart) moyen de déplacement dans la cité est encore la marche. Même si les rues sont assez larges il arrive assez régulièrement, aux heures de grosses affluences, qu’elles soient très vite bondées et donc ne facilitent pas l’utilisation d’autres moyens de déplacement que les pieds. De plus, certains endroits, comme le Jardin impériales ou le zoo, sont interdit aux kago ou autres chaise à porteur.

En chaise à porteur ou kago
Une ville de l’importance de Mamoru Kyotei Toshi ne pouvait pas se permettre de ne peut offrir à ses habitants la possibilité d’emprunter des chaises à porteur ou des kago Ces derniers sont même considérer comme faisant partie des plus confortables et sûres de Rokugan ; la faite que tellement de personnalité d’importance transite par la cité y est sans doute pour quelque chose…

En cheval
Mamoru Kyotei Toshi doit être sans doute la seule cité de l’Empire (exception faite de certaines villes du Clan de la Licorne) où l’on peu circuler librement à cheval. Une loi qui trouve sont origine de certains exercices effectués à la caserne impériale et qui est facilité par le faite que l’ensemble des rues de la citée sont pavées.

Principaux bâtiments

Voici une liste succincte de quelques-uns des commerces et bâtiments principaux que vous découvrirez au travers des rues de la cité du traité respecté. Ils sont classés en quatre catégories : militaire (qui regroupe tous les bâtiments touchant au métier des bushi ou à la loi), religieux (sont concernés les temples et autres monuments à la mémoire des ancêtres ou Kami), commerciale (une indication sur les magasins les plus populaire de la cité) ou touristique (comme les jardins, palais ou résidence principale ou secondaire d’hôtes prestigieux).

Militaire
- La caserne des légionnaires
- Dojo de la Paix millénaire
- Dojo de la prospérité

Religieuse
- Temple d’Ebisu
- Ecole de Shugendô Asahina-Isawa
- Temple de Yama-no-kami
- La Demeure de l’eau silencieuse
- Le temple des 3 cloches

Commerciale
- Un parfum de Tengoku
- Maison de la pousse de bambou


Spécificités locales

Mamoru Kyotei Toshi est une ville formidable reconnu dans tout l’Empire pour quelques unes de leur spécificité locale. La plus importante est sans nul doute le Zoo impérial et le Jardin silencieux, qui vont de paires l’un et l’autre. Des milliers de visiteurs viennent dans la cité rien que pour avoir la chance de les contempler, puisque ces deux merveilles ont la chance d’être "ouverte" à n’importe qui (bien que certaines zones, les plus importantes, disposent d’un accès réservées). Mais Mamoru Kyotei Toshi n’est pas que cela, elle est aussi la cité du traité de la Paix, la seule ville de Rokugan disposant de loi propre (comme son système législatif et le fait que le ports d’armes est interdits dans son enceinte) ou encore l’un des rares endroits où son former les célèbres légionnaires impériaux.


:ken:
Un lion ne meurt pas, il dort...

Avatar du membre
Hida Kekkai
Artisan de clan
Messages :3320
Enregistré le :28 oct. 2002, 00:00
Localisation :Muraille Kaiu
Contact :

Message par Hida Kekkai » 18 sept. 2004, 18:01

Tu dois passer un temps fou là dessus :)

Mais le résultat est à la hauteur :)

Kekkai, bushi qui va relire le Gozoku ce soir avant de se coucher :)
ImageImage
"La sodomie, ça sert à élargir le cercle de ses amis" Nicolas S. dictateur

Avatar du membre
Kendashi
Shinri Historien
Messages :561
Enregistré le :07 mai 2002, 23:00
Localisation :Haguenau (bas-rhin)

Message par Kendashi » 18 sept. 2004, 21:38

Un peu d’histoire…


Fondation

Mamoru Kyotei Toshi, la Cité du Traité Respecté a été érigée en l’an 345 au sein de la vallée Kintani. A l’époque, elle n’était guère plus qu’un village de taille conséquente nommé Nemui Kaminari Yama, juché sur une colline qui dominait la région, et qui prospérait grâce au potentiel commercial et à la fertilité considérables de la vallée. Cette dernière était initialement sise sur les terres du clan du Phénix. Mais le clan limitrophe, le clan du Lion ne l’entendait pas de cette oreille. A cette époque, le Clan du Lion n’avait plus connu la guerre depuis un long moment et connaissait, paradoxalement, des ennuis pour entretenir leur considérable armée. En conséquence de quoi il prétendait que de nouvelles terres lui étaient indispensables pour nourrir ses légions. Prétentions plus que discutables, répondait le clan du Phénix.
Il fallut un certain temps aux historiens du clan du Lion pour découvrir dans leurs archives une clause imprécise d’un décret impérial d’Hantei Ier. Ce décret était celui grâce auquel les terres de l’Empire avaient été partagées pour subvenir aux besoins et aux attentes des clans.
Cette fameuse clause rendait caduc le rattachement de Nemui Kaminari Yama aux terres Phénix. Il n’en fallut pas davantage au clan du Lion pour entamer une guerre de harcèlement qui dura des années. Intrigues politiques, incidents de frontière, techniques commerciales déshonorantes et autres escarmouches firent rage saison après saison pendant plusieurs années. Jusqu’au jour où en l’année 353, le clan du Lion obtint, grâce à un réseau d’informateurs, la preuve indiscutable de sa suprématie militaire. La guerre fut déclarée, et elle dura toute une semaine sans interruption. Les deux clans avaient rassemblé de puissantes armées dans la vallée Kintani, et le sang abreuva ses terres des jours durant. C’est au cours de cette guerre, lors de la bataille de la Rivière des Trois Pierres, que le clan du Lion connut à ses dépends la puissance des shugenja du clan du Phénix.
Au cours des mois qui avaient précédé ce conflit, le clan de la Grue n’était pas resté inactif. S’il s’était bien gardé de prendre part au conflit militaire direct, ses courtisans et autres représentants politiques manœuvraient dans l’ombre pour que leur clan soit désigné pour interrompre cette guerre. Hélas, une fois n’étant pas coutume, ce même clan de la Grue avait été la victime politique du clan du Lion, et un inopportun traité de non-agression empêchait les armées de la famille Daidoji d’intervenir. Toutefois Doji Mizobu, le Champion du clan de la Grue, força le destin en contournant le traité qui condamnait son clan au non-interventionnisme, en dépêchant une armée « de ravitaillement » sur place. Officiellement, cette armée était un contingent d’approvisionnement. Mais sous se prétexte officiel, Mizobu espérait que le clan de la Grue pourrait s’établir sur place pour « garantir la paix », et ainsi profiter des richesses de la vallée et de la ville. Après réflexion il décida de prendre parti pour le clan du Phénix, et coupa les ravitaillements en nourriture et en eau du clan du Lion. Privé d’approvisionnement, ce dernier fut contraint de cesser ses offensives, finalisant ainsi la première partie de son plan.
Mais l’Empereur Hantei Bosai, troisième du nom, n’était pas dupe. Dans le même temps, sans prévenir Doji Mizobu, il fit apprêter une délégation impériale, qui devrait rejoindre les lieux deux jours après l’arrivée du clan de la Grue. Puis il profita de la situation actuelle pour ordonner aux deux Clans de cesser le conflit. Cette intervention demeura dans les archives historiques sous le nom de Victoire par la Paix.
Lors de la signature de ce traité, si les garants de la paix furent les représentants du clan de la Grue, ceux de l’équilibre entre les trois factions furent sans conteste les membres des familles Miya et Seppun qui avaient rejoint les belligérants et "obliger" toutes les factions présentes à s’entendre. Le clan de la Grue fut pour le moins contrarié de constater leurs présences, mais il n’en montra rien puisque les représentants de la famille impériale, sur ordre exprès de l’Empereur, leur cédèrent, pour les cinquante ans à venir, le contrôle et l’exploitation de la région, pour les féliciter de leur intervention. Dans le même temps, et pour éviter que de nouvelles mésaventures semblables arrivent à nouveau, le Clan du Lion fût autorisé à exploiter les anciennes terres du Clan de la Ki-Rin, en attendant son retour. Seule le Clan du Phénix semblait avoir été lésé puisque dans l’affaire, il avait perdu un partie de ses terres pour les cinquante ans à venir sans rien y gagner en échange, si ce n’est le faite, non négligeable, d’avoir prouver aux yeux de tous, l’efficacité de ses shugenja en temps de guerre. Jamais plus l’armée du Clan du Phénix ne serait pris à la légère…
La délégation impériale fit, ensuite, du village de Nemui Kaminari Yama le garant de ce traité, le rebaptisant alors sous le nom de Mamoru Kyotei Toshi, la cité du traité respecté. Cette cité, qui s’agrandit de façon substantielle grâce aux infrastructures apportées par les quatre parties en présence, accueillerait désormais à superficies égales des districts Lion, Phénix et Grue, et sa neutralité ou protection serait assurée par les familles Otomo et Seppun, qui géreraient elles aussi un district. Chose peu commune et même exceptionnel, Il fut aussi décidé d’interdire le porte du sabre ou de toute une arme capable de faire couler le sang (entendait par là « tranchante ou perçante ») au sein de la cité 1 ; ceci pour marquer la particularité de l’endroit. Au lieu de cela les samurai été autorisés à porter un pendentif en forme de fleur de pécher pour symboliser leur rang et leur caste (cette fleur de pêcher étant, entre autres, le symbole de la paix à Rokugan), ce qui contribua la ville a être, tout naturellement, surnommée la Cité des Fleurs de Pêcher.
Mais si la paix fut signée et respectée, il est un homme qui ne l’entendait pas de cette oreille. Cette homme s’appelait Isawa Asahina, et en tant que Maître de l’Air au sein du Conseil des Cinq, il était l’un des plus puissants shugenja de son époque. Il avait jugé injuste et arbitraire que la victoire soit volée à son clan, injuste que les valeureux bushis de la famille Shiba aient donné leur vie pour en arriver là, injuste qu’une région qui leur revenait de droit puisse être ainsi donné, même temporairement, à l’un de ses voisins. Alors, pris d’une colère qui confinait à la folie, il quitta les terres de son clan, et se mit à arpenter les terres du clan de la Grue, qu’il estimait responsable de tout. N’est-ce pas grâce à leur intervention que la guerre avait finalement trouvé cette étrange conclusion ?
La vengeance du shugenja fut terrible et après chacun des ses passages dans les cités et villages, et il ne demeurait que mort, cendres et larmes. Il parcourut ainsi tout le territoire du clan de la Grue, allant du nord au sud, jusqu’à ce qu’une personne se dresse contre lui. La propre fille du Daimyo du clan de la Grue refusa néanmoins de prendre les armes contre cet homme que la rage avait rendu dément, et fit un rempart aux innocents de son propre corps pour éviter que le sang ne coule de nouveau. Agissant ainsi en martyr, elle réussit à ramener le Asahina à la raison, mais manqua y laisser la vie. Le Tensai, pour expier ses erreurs, l’épousa peu de temps après et veilla sur elle avec toute l’attention nécessaire jusqu’à sa complète guérison. Puis, pour se racheter auprès de ce clan, il en adopta le mon, et fonda la première famille de shugenja du clan. Leur vie serait désormais basée sur la non-violence et sur une dévotion sans borne au maintien de la paix. Leur symbole serait une grue tenant dans son bec une fleur de pêcher. La famille Asahina était née…


1 : A l’entrée des trois grandes portes de la cité des gardes de la famille Seppun confisquaient – un peu à la manière de ce qui se fait devant des établissements comme des auberges ou maisons de thé -, le temps de la visite, toutes les armes pour les ranger dans des boxes attribués à chacun. Toutefois, généralement, les gardes permettaient au samurai, qui savaient qu’ils allaient séjourner plusieurs jours dans la cité, la possibilité de conserver leur daisho au prêt d’eux, dans des étuis ou enrobés et attachés dans de la soie ou du linge blanc.


Evolution


Très rapidement la cité su instaurer des lois et coutumes qui lui était propre et que l’on trouvait nul par ailleurs dans l’Empire. Ainsi, outre la loi interdisant le port de l’arme au sein de la cité, Mamoru Kyotei Toshi développa aussi son propre festival. C’est aussi le seul endroit où les personnes de pouvoirs (le gouverneur ou les ambassadeurs) sont élus par les citoyens de la cité, par une forme de bulletin de vote un peu particulier 2.
Le premier gouverneur de la ville fut un certain Kakita Kyoku, un artiste et politicien accompli, qui réussit à réunir toutes les conditions favorables à l’extension et l’épanouissement de la cité. Sous son règne (qui dura près de vingt-cinq ans) Mamoru Kyotei Toshi prospéra jusqu’à devenir l’un des principaux lieux de visite du nord de l’Empire, notamment en faisant du festival de la Paix (une fête, s’étendant sur trois jours, qui commémore, à sa manière, les évènements ayant amenés à la création de la cité), qui a lieu tous les dix ans, un évènement festif digne des cours d’hiver des Clans majeurs. Cette époque est aussi marquée par l’émergence des codes et usages actuels propres à la cité, comme le droit de vote (uniquement pour citoyens – samurai - résidants dans la ville) permettant l’élection du gouverneur et des trois ambassadeurs (un quatrième ambassadeur, issu du clan du Scorpion, se rajoutera plus tard) des districts des familles Impériales, du Clan du Lion et du Phénix ; ainsi que l’interdiction du port du sabre.
Vint ensuite le règne de Doji Otogo, qui eut beaucoup moins de chance que son prédécesseur puisqu’il présida le festival de la Paix ayant vu le cadeau de la délégation du Clan du Phénix volé puis souillé par un démon tristement célèbre : Oni-no-Usu, le futur général de l’armée de l’Outremonde qui faillit mettre à feux et à sang tous le sud de l’Empire sans l’intervention de la garde impériale du jeune prince Fujiwa. Son règne fut aussi considérablement troublé par la Grande sécheresse qui frappa l’ensemble de l’Empire et qui stoppa net l’ascension de la cité. Pourtant ce fut aussi pendant ces sombres années que l’on parla pour la première fois du zoo impérial et du magnifique parc botanique (appelé communément "le Jardin Silencieux").
La prise de pouvoir de la souveraineté du Gozoku marqua le retour au premier plan de Mamoru Kyotei Toshi, parmi les cités les plus importantes de l’Empire. Kyuden Waboku fut notamment, à plusieurs reprises, choisis par l’Empereur pour accueillir la grande cour d’hiver annuelle.
En l’année quatre cents trois du Calendrier d’Isawa, la cité connu la seconde période charnière de son existence avec la fin de la régence du Clan de la Grue et le retour à la pérennité du Clan du Phénix, après cinquante années. La cité du traité respecté connu alors des années dite "de transition" où certaines lutes internes faillirent déstabiliser l'équilibre prôner par la cité.
Enfin la troisième et dernière période charnière de la cité fut lors de l’arrivé à Rokugan des étrangers Nanbanjin. A cette époque Mamoru Kyotei Toshi était considéré comme l’une des quatre cités les plus influentes de l’Empire avec Otosan Uchi – la capitale -, Bakufu et Ryoko Owari Toshi. Mais son implication avérée pour la cause gaijin – la ville fut même l’un des rares endroits où fut édifié une de leur cathédrale – entraîna sa chute, lorsque ces derniers furent pris à partit par le reste de l’Empire. A la suite de la bataille du Cerf Blanc, la cité du traité respecté connu une période sombre. Jusqu’à la prise de pouvoir de l’impératrice Hantei Yugozohime qui en fit de nouveau un lieu prisé pour les mondanités de la cour d’hiver...


2 : Une loi contestée que tenta, bien des fois, les clans de la Grue puis du Phénix, au cours de années qui suivirent d’abolir, mais sans succès jusqu’ici. Il était dit que seule la Voix de l’Empereur pourrait la supprimer, ce qu’il ne fit jamais, même sous la pression du Gozoku.


:ken:
Un lion ne meurt pas, il dort...

Avatar du membre
Kendashi
Shinri Historien
Messages :561
Enregistré le :07 mai 2002, 23:00
Localisation :Haguenau (bas-rhin)

Message par Kendashi » 18 sept. 2004, 22:04

Politique


Générale

Le maître mot de Mamoru Kyotei Toshi est « l’équilibre ». Chaque Clan - ainsi que la famille Impériale et un porte-parole des clans mineurs -, autorisés publiquement (Clan de la Grue, du Lion et du Phénix) à s’établir dans la cité, est réparti équitablement dans des districts qui leur est alloué. Aucun de leur leader attitré n’a plus de pouvoir que son voisin et même le gouverneur de la ville se doit d’agir pour le bien commun et non pas pour le bien de son clan. Des lois ont, d’ailleurs, été érigées dans ce sens et parrainées par l’Empereur lui-même…
Depuis la fondation de la cité, le système politique n’a jamais été modifié autrement que par des ajouts de clauses mineures autorisés par les Empereurs qui se sont succédés. La seule véritable innovation – et quelle innovation ! – intervint en l’an 372, avec l’apparition du suffrage direct (voir ci-dessous). La cité du traité respecté est dirigé par un gouverneur issu obligatoirement du Clan de la Grue (pour les années où se Clan en avait la régence, c’est à dire entre 353, date de création de la cité et 403) ou du Clan du Phénix (à partir de l’année 403), qui est aidé dans sa tâche par un porte-parole (que l’on nomme "ambassadeur" ) pour chaque district. C’est lui qui gère la ville dans son ensemble et qui la représente au prêt de la cour impériale. Tous les ambassadeurs bénéficient bien évidemment d’un ensemble de conseillers, hatamoto, et autres karo pour les seconder en matière de politique et, bien qu’ils aient, en théorie, le droit de gérer leur domaine comme ils l’entendent - sans avoir à rendre de compte aux autres districts, par exemple – tous sont placés sous le contrôle du gouverneur et doivent lui rendre des comptes. Outre les clans du Phénix, du Lion et de la Grue, il existe aussi (depuis 390) un ambassadeur ce chaque autre clans majeurs et un ambassadeur représentant de l’ensemble des clans mineurs, présent pour dans la cité pour défendre le droit des siens à Mamoru Kyotei Toshi et aussi, pourquoi pas, pour signer de nouveaux accords commerciaux.
Comme nous l’avons déjà dit précédemment, chaque ambassadeur est élu, pour cinq ans, par l’ensemble des samurai ayant un domicile fixe dans la cité lors d’un suffrage direct 3, parmi une liste de 5 candidats, tous choisis par les clans concernés. Chaque vote s’effectuant au prorata du rang social de l’électeur (c’est à dire que plus le buke a de rang de gloire plus sa voix aura de l’importance par rapport aux autres) ; et ne vote que les samurai de Clan concerné 4. La place de gouverneur revient automatiquement à l’ambassadeur du Clan de la Grue (lors de leur régence de la cité), ou du Clan du Phénix, qui a été élus le plus souvent au cours de ces quinze dernières années. En cas d’égalité (c’est à dire si trois ambassadeurs différents ont été élus lors des quinze dernières années) ou de décision du gouverneur sortant de se représenter, on effectue là aussi un vote pour départager les prétendants.
C’est au cour de grandes réunions, ayant lieux généralement tous mois (le gouverneur et les ambassadeurs ont des emplois du temps plutôt chargé et ils arrivent régulièrement que ces réunions soient annulées ou repoussées… ), à Kyuden Waboku, que les ambassadeurs et le gouverneur (ainsi que toutes les personnes qu’ils auraient décidé d’inviter) se réunissent afin d’effectuer une mise au point sur le suivi de la gestion des districts et de déterminer les orientations politiques, économiques et militaires, futures, de la cité. En dehors de ces réunions, lorsque les autorités impériales veulent s’adresser de manière immédiate à l’un des trois clans en particulier, elles se mettent en relation directe avec les ambassadeurs concernés.
Il va sans dire que, dans une ville comme Mamoru Kyotei Toshi - dont les district sont tous de même superficie -, l’identité clanique est extrêmement forte, elle est même considérée comme l’un des fondements du tissu social noble de la ville.

3 : La loi sur le suffrage direct n’a pas toujours été comme nous l’avons décrite. Ainsi, au départ, toutes les classes sociales avaient le droit de vote mais cela posa immédiatement d’énormes problèmes d’éthique - pour la classe des samurai de la cité - et de logistique. Les heimin ou heinin étant impossible de classer par Clan et très difficilement quantifiable, les dérives lors des premières élections furent nombreuses : Les non-samurai validant, parfois plusieurs fois, un bulletin pour le même candidats ou votant pour l’élection d’un ambassadeur d’un autre district autre que le sien, étaient des choses courantes et même parfois organisées sciemment. Cela entraîna un paradoxe incroyable puisque la puissance de la voix d’un électeur Heimin ou heinin fut alors considérée comme plus importantes, pour les candidats, que les votes des samurai – le prorata au rang social ayant disparu avec l’apparition des dérives décrites ci-dessus. La loi fut donc rapidement changé…
4 : Ainsi, l’Ambassadeur du Clan du Lion est uniquement élu par les samurai du Clan du Lion de la cité. De même que les ambassadeurs du Clan du Phénix, de la Grue et les autres ne sont, respectivement, élus que par les samurai originaire de leur Clan (exeption faites de l'élection de l'ambassadeur des clans mineurs qui est choisis après un vote effectué par l'ensemble des samurai de chaques clans mineurs présent à Mamoru). Seul la place de Gouverneur de Mamoru Kyotei Toshi est élus par l’ensemble des samurai de la cité.


:ken:
Modifié en dernier par Kendashi le 02 oct. 2004, 09:34, modifié 2 fois.
Un lion ne meurt pas, il dort...

Avatar du membre
Kendashi
Shinri Historien
Messages :561
Enregistré le :07 mai 2002, 23:00
Localisation :Haguenau (bas-rhin)

Message par Kendashi » 19 sept. 2004, 09:58

Inter-clans

Le faite que Mamoru Kyotei Toshi soit une ville du Clan du Phénix ayant eu une régence de cinquante ans du Clan de la Grue la prédestine logiquement vers la liste des cités affiliés à la souveraineté du Gozoku. Ce qui n’est pas faux même si l’on peut souligner, dans son historique politique, plusieurs paradoxes qui pourraient faire pense l’inverse :
- En l’an 388, lorsque l’Empereur déclara "hors-la-loi" de nombreux samurai pour « violation majeure du dogme du bushido », la cité ne participa pas à l’exclusion quasi-générale de ses gens ; leur autorisant même de conserver leur droit de vote.
- Mamoru Kyotei Toshi, au contraire de la grande majorité des villes sous la période dite de "la souveraineté du Gozoku", resta particulièrement peu touché par l’omniprésence et l’influence de la milice du shinsen-gumi. La cité préférant opter pour un certain conservationnisme et conserver la garde et la protection de la famille Seppun et des légions impériales.
- Mais le fait historique le plus marquant depuis la fondation de la cité du traité respecté est la facilité que ses habitants ont eu a adopter les sciences et les coutumes (voir la religion) des nanbanjin, les étrangers venant d’au-delà des mers, ce qui entraîna, par la suite, une cassure dans toutes les relations que la ville aient pu entretenir avec l’ensemble de ses partenaires économique, politique ou militaire. Une fissure qui, depuis, ne s’est jamais vraiment refermé, enfermant la ville dans une forme d’autarcie…
Il est important de souligner aussi le rôle particulier qu’à pu tenir le clan du Lion au cours des premières années de la fondation de la cité. Lors de la naissance de Mamoru Kyotei Toshi le clan du Lion était potentiellement le plus puissant de l’Empire. Il venait de prouver sa vaillance au combat – lors de sa guerre contre le clan du Phénix – et plus étonnamment, son opportunisme politique – après avoir, presque, réussit à évincer le clan de la Grue de ses manœuvres militaires. Deux qualités qui furent récompensés par l’Empereur par l’acquisition, momentanée, des terres ayant appartenues au clan de la Ki-Rin. Toutefois le Clan du Lion regrettait de ne pas avoir un jour la main mise sur la cité du traité respecté, comme le pourrait le Clan de la Grue puis du Phénix. Aussi l’ambassadeur du Clan du Lion élabora, puis poussa (avec l’accord de la famille impériale 5) les deux autres clans à adopter la loi étrange - surtout dans un empire comme Rokugan - des suffrages directs ; Loi qui lui permettrait, à raison, de conserver toujours un pouvoir de décision politique conséquent sur la ville, et ceux même si son Clan n’en serait jamais le régent.
Enfin en ce qui concerne l’influence ou l’intérêt que portèrent les autres Clans majeurs de l’Empire (le Clan du Scorpion et du Crabe, puis le Clan de la Mante à partir de 429 et enfin le clan de la Ki-rin, à son retour) sur la cité, ils furent minimes, et leurs ambassadeurs n’obtinrent jamais de leur clan le soutien escompté : Le Clan du Crabe étant trop loin de Mamoru Kyotei Toshi pour espérer en obtenir des avantages économiques corrects, aussi décida t’il rapidement de sans désintéresser totalement y laissant sur place un ambassadeur fantoche. Tandis que le Clan de la Mante regretta continuellement que la cité du traité respecté ne soit pas localisée, géographiquement, sur une des côtes des terres d’Emeraude, ce qui lui permettrait de faciliter le commerce… Finalement, après avoir vainement essayer d’établir des routes commerciales stables avec la ville, le Clan de la Mante abandonna ce projet pour concentrer ses efforts sur une autre jeune et grosse cité, Bakufu, beaucoup plus abordable. Toutefois après le second jour de tonnerre et son renouveau politique, le clan de la Mantes réaffirma à nouveau de l’intérêt commercial sur la cité puisque, désormais, il disposait de comptoir commercial sur le continent. Pour ce qui est du Clan de la Licorne (ex Ki-Rin) Mamoru Kyotei Toshi fut sans doute l’endroit où on leur fit le meilleur accueil, ce qui leur permit, entre autres, de se réhabiliter plus facilement à la culture rokugani ; ce que le Clan n’oublia jamais et c’est pourquoi la cité du traité respecté et le clan de la licorne entretienne de très bonne relation. Reste le Clan du Scorpion qui conserva toujours un œil attentif sur les tractations politiques et économiques survenant dans la cité, allant même – grâce à son lien profond avec les Clans du Phénix et de la Grue – jusqu’à obtenir pour son ambassadeur une influence politique presque comparable à ceux du clan de la Grue, du Lion et du Phénix et ceux, malgré qu’il n’est pas de district à tenir. Quand aux Clans mineurs, les relations qu’ils purent avoir avec Mamoru Kyotei Toshi furent, au mieux, épisodiques. A un moment, lors de leur expulsions de leurs terres, plusieurs chasseurs du Clan du Renard s’installèrent dans la cité (ce qui créa, notamment quelques dissensions avec le Clan du Lion, les responsables de leur exil), en attendant de trouver un endroit à eux. Les relations furent aussi nouées, à certaines reprises avec les voisins du Clan de la Libellule, mais elles ne durèrent jamais longtemps et se heurtèrent presque toujours à la même forme d’autarcie qu’observe la cité depuis toujours. Même le Clan du Loup, pourtant affilié de prêt à la souveraineté du Gozoku, eut beaucoup de mal à exercer son travail de chasseur de prîmes au sein de la cité, se heurtant – comme pour les shinsen-gumi – à l’influence des gardes de la famille Seppun et à la légion impériale présente sur les lieux. En faite seule le Clan de la Tortue put s’enorgueillir d’entretenir des relations durables avec elle, notamment du faite du lien particulier qui les unis, tout deux, aux gaijin. Quoi qu’il en soit, le fait que les ambassadeurs des clans mineurs soit dans l’obligation d’accorder leur vision de choses et leur décision (en nommant un porte parole) pour obtenir un quelconque pouvoir dans la cité, à bien limité leur influence sur Mamoru Kyotei Toshi au cours des siècles…


Extérieure

L’une des particularités politique de Mamoru Kyotei Toshi fut son intérêt, toujours croissant, des civilisations étrangères. Cela commença au début du Vème siècle lorsque l’existence des tribus Uji-kai fut révélée, puis cela se perpétua avec les nomades Yobanjin des terres du nord du Clan du Phénix et surtout avec les Nanbanjin, ces "hommes" venant d’au-delà des mers d’Amaterasu. Cet intérêt fut de trois ordres : Physiologique ; Culturelle et Militaire. Le troisième étant officiellement le plus important, notamment pour masquer ou excuser les deux autres. Cet aspect de l’histoire de la cité est connus de tous et pourtant, malgré la révulsion que les rokugani ont des étrangers et pourtant il fut accepté car ce fut considéré comme « un mal nécessaire »…
C’est ainsi qu’au fur et à mesure des années et des siècles, la grande bibliothèque de la cité, mais aussi son zoo et son musée, furent remplie de tonnes d’ouvrages, animaux, plantes ou d’objets ayant appartenus de prêt ou de loin à ses peuples. Et même si une grande partie de ses objets, animaux ou travaux fut brûlés ou détruits après que l’Empereur est déclaré « oni » les gaijin, Mamoru Kyotei Toshi est sans doute l’endroit de Rokugan où l’on peut trouver le plus d’informations sur ces étrangers…

5 : La famille Otomo trouva l’idée très intéressante car elle obligerait la cité à un certain équilibre entres chaque districts et faciliterai, le moment voulu, son intervention. Les résultats d’un vote étant si facile à truquer…


:ken:
Un lion ne meurt pas, il dort...

Avatar du membre
Hida Kekkai
Artisan de clan
Messages :3320
Enregistré le :28 oct. 2002, 00:00
Localisation :Muraille Kaiu
Contact :

Message par Hida Kekkai » 19 sept. 2004, 12:18

ça en fait du boulot :)

tu t'es appuyé sur quels livrets pour tes sources ? tu as du inventer pas mal non ?

en totu cas ça m'impressione :)
ImageImage
"La sodomie, ça sert à élargir le cercle de ses amis" Nicolas S. dictateur

Avatar du membre
Kendashi
Shinri Historien
Messages :561
Enregistré le :07 mai 2002, 23:00
Localisation :Haguenau (bas-rhin)

Message par Kendashi » 19 sept. 2004, 17:10

HIDA Kekkai a écrit :ça en fait du boulot :)

tu t'es appuyé sur quels livrets pour tes sources ? tu as du inventer pas mal non ?

en tout cas ça m'impressione :)
Le gros du travail est l'oeuvre de Ben et Matsuura-san. Je n'ai fait que broder autour et/ou transformer certains passage de leur cru :)

Sinon je m'inspire pas mal, depuis un ptit moment, de la série Babylon 5 et j'essaye de rendre Mamoru Kyotei Toshi la plus originale possible, en restant dans les critères propres à Rokugan (quoique avec le système de suffrage direct...), tout en la rendant le plus accessible possible. Je ferai de même avec Bakufu lorsque l'on commencera à travailler dessus ;)


:ken:
Un lion ne meurt pas, il dort...

Avatar du membre
Ben
Diplomate
Messages :2963
Enregistré le :12 mai 2002, 23:00
Localisation :Annecy en HAUTE-Savoie

Message par Ben » 19 sept. 2004, 17:13

D'ailleurs Ken, j'ai fini les Onigami je vais mettre ça sur la ML


BEn
Un esprit aiguisé est la plus puissante de toutes les armes

Avatar du membre
Kendashi
Shinri Historien
Messages :561
Enregistré le :07 mai 2002, 23:00
Localisation :Haguenau (bas-rhin)

Message par Kendashi » 20 sept. 2004, 10:33

Présence militaire


A l’instar des plaines d’Or, sacraliser quelques années plus tôt, Hantai Bosai décida, à la suite du conflit ayant opposé les Clans du Lion et du Phénix, d’interdire une troupe armée, autre qu’un bataillon de la légion Impériale ou d’Emeraude, de fouler la vallée Kintani. C’est ainsi que, depuis plus de 700 ans, ces terres sont resté vierges de batailles et non connues que la paix.
Ceci étant, cette « paix » forcée dans la vallée Kintani implique ne nombreux faux-semblants et une politique militaire d’une hypocrisie sans pareille… A l’époque où la souveraineté du Gozoku dirigeait l’Empire, la situation de Mamoru Kyotei Toshi, l’unique cité de ces terres, fut pour le moins paradoxale, et la paix qui en est le symbole ne tenait alors guère qu’à un jeu subtil du chat et de la souris entre les différentes factions la composant.
Les Daimyo du Clan du Lion, désireux de garder un contrôle militaire sur la vallée – bien qu’ils n’aient, jusqu’à présent jamais nourrit d’ambition expansionniste à propos de ces terres ; mais ils pensaient, à juste titre, que ce n’était peut-être pas le cas pour tout le monde -, firent jouer leur relation et leur statut supposé de général des forces armées impériales, pour incorporer le plus de samurai de leur Clan dans les légions Impériales (et d’Emeraude, lorsque ces dernières existait encore). Une manœuvre politique extrêmement judicieuse qui continue, encore aujourd’hui, d’être exercée.
Le clan de la Grue, pour sa part, sur la décision de son leader Doji Raigu (puis Doji Sekidera), n’entretenu jamais d’armée à Mamoru Kyotei Toshi. L’on pouvait par contre constater que la garde personnelle de l’ambassadeur de la cité, fit souvent montre d’effectifs outranciers et largement favorisés (certains de leurs membres, quoique rares, eurent même l’insigne honneur d’avoir l’autorisation de porter le sabre dans la cité)… Fidèle à son art de jongler avec les mots autant qu’avec les relations, le clan de la Grue s’était arrangé pour faire acquérir à un important régiment de bushi (près de 400 ; souvent issus des rang du Shinsen-gumi ou de l’élite guerrière de la famille Daidoji) le statut de garde personnelle visant à assurer la sécurité de l’ambassadeur et du district. Sur le terrain, cette garde avait également une fonction de milice, et a accessoirement toute latitude de la part de leur seigneur pour faire régner l’ordre dans le district. Mais elle devait le faire le plus discrètement possible, sous peine, entre-autres, de révéler aux autres districts que la criminalité dans leurs quartiers n’y est pas moins élevée qu’ailleurs… Les facultés de discrétion et d’efficacité de l’école Daidoji étaient ici mise à rude épreuve.
Le clan du Phénix n’entretenait, pour ainsi dire, aucune de force armée dans la cité, si ce n’est quelques dizaines de bushi de l’école de la famille Shiba ou Boheki, qui étaient présent dans la cité en qualité de Yojimbo des plus grandes personnalités du Clan. Pourtant, la force de frappe du clan du Phénix ne fut jamais sous estimée par ses voisins car tous connaissaient (et le Clan du Lion plus que les autres puisqu’il en a eu un aperçu lors de la bataille des 3 Pierres) la puissance de feux redoutable que ses shugenja étaient capables de produire à l’occasion.
Quand aux forces militaires impériales présentes – les seuls autorisées officiellement - dans la cité, elles étaient représentées par environ 250 bushis de l’école Miharu de la famille Seppun au quel on pouvait rajouter près de 400 légionnaires impériales. Ces derniers étant les forces en faction permanente dans la Grande Caserne ; ils peuvent à tout moment être rejoint par une des légions de l’Empire, augmentant ainsi son effectif de plus de 600 hommes.
Bien que ce chiffre ne paraissaient pas énorme (et ceux même si l’on y ajoute les forces des clan du Lion et de la Grue) à l’époque – et encore aujourd’hui -, il faut considérer la situation sous plusieurs angles :
- Premièrement : ces forces n’ont pas eu à enrayer de conflit depuis que l’Empereur à interdit à toute armée, non Impériale, de fouler la vallée Kintani. Il est donc normal que leur effectif aient été réduit.
- Deuxièmement : Rappelons que le Palais du Champion d’Emeraude n’est qu’à quelques heures de marche, aussi il est normal que l’ombre d’une telle présence suffise à préserver les choses en l’état.
Au delà des apparences de quiétude, la paix est donc sauvegardée grâce à un échiquier complexe, où les pièces d’importance avancent, puis reculent sans jamais véritablement s’affronter. Car l’équilibre est quelque chose d’extrêmement dure à préserver. Dans l’ombre de la Cité du Traité Respecté se profile continuellement la silhouette toujours changeante de la guerre sous-jacente. Si sciences politiques et militaires se conjuguent si bien à Mamoru Kyotei Toshi, c’est qu’un faux pas, quelle que soit sa provenance, aurait tôt fait de compromettre la paix éternelle…


:ken:
Un lion ne meurt pas, il dort...

Hida Matsuura

Message par Hida Matsuura » 20 sept. 2004, 14:57

Hey, Ken, ne leur en balance pas trop, sinon, ils n'auront même plus besoin d'ouvrir le supplément dans sa totalité quand on l'aura achevé... :p: Laisse-leur l'eau à la bouche, tout de même !

Sinon, petite parenthèse : mes excuses à Kendashi-san et à Ben-san. Je suis coupé du monde et du Net en ce moment ("encoooore ?.."), j'ai mal dû nettoyer mon disque dur des saletés qui le bouffaient de l'intérieur lors du dernier nettoyage.

Bref, je suis absolument incapable de correspondre sur la Toile ces temps-ci (là, je suis au boulot, mais shhhht...). Mon fichier sur les Kazoku a été bouffé dans le même temps ("Mgnnnnnhhhh..."), mais je suis en train de le réécrire et de l'améliorer. Voilou.


Matsuura, bushi qui, tel le Noé triomphant, vous enverra une éclatante colombe sous forme de mail lorsque son matos ira mieux

Avatar du membre
Ben
Diplomate
Messages :2963
Enregistré le :12 mai 2002, 23:00
Localisation :Annecy en HAUTE-Savoie

Message par Ben » 20 sept. 2004, 19:01

tu veux l'ancien fichier ou non ?

je peux te l'envoyer j'ai celui de Juin 2004 sur le pc

sinon lis les onigami et dis moi ce que tu en penses, là je bosse sur les lions


BEn
Un esprit aiguisé est la plus puissante de toutes les armes

Avatar du membre
Kendashi
Shinri Historien
Messages :561
Enregistré le :07 mai 2002, 23:00
Localisation :Haguenau (bas-rhin)

Message par Kendashi » 20 sept. 2004, 21:35

Hida Matsuura a écrit :Hey, Ken, ne leur en balance pas trop, sinon, ils n'auront même plus besoin d'ouvrir le supplément dans sa totalité quand on l'aura achevé... :p: Laisse-leur l'eau à la bouche, tout de même !
Tant fait pas je ne balancerai aucun de vos inombrables créations de PNJ (aucun d'eux n'ai adapté à l'époque du Gozoku, alors...) ;) rien non plus sur les Onigami, Kazoku ou Porteurs de Feu... En regle générale je ne mettrai ici que ce que j'ai moi même créer ou considérablement modifié.


:ken:
Un lion ne meurt pas, il dort...

Avatar du membre
Okuma
Artisan de clan
Messages :3346
Enregistré le :09 juin 2004, 10:37
Localisation :Dijon
Contact :

Message par Okuma » 27 sept. 2004, 20:42

- Le temple de Kaze-no-kami : ce petit temple en forme d’hexagone avec une porte et un kanji sur chaque coté, a l’expectation du coté direction sud-ouest, direction de l’Outremonde. Les kanjis représente les différentes fortunes mineures des vents : Zocho le vent du sud, Jikoju le vent d’est, Komoku le vent de l’Ouest, Tamon le vent du Nord sur les portes correspondantes aux 4 points cardinaux, le kanji de Kaze-no-kami surmonte la porte du Nord-Est, porte qui donne sur la grande allée, tandis que la porte du Sud-est porte le kanji de Natsu-togumara la fortune du voyage et de l’expérience, et Koshin la fortune des routes protège la porte du nord-ouest. Le temple est accessible grâce à une grande allée bordée de jardins Zen fait de sables et de cailloux, et dont la forme change avec les souffles de vents. Certains moines et shugenjas déclarent pouvoir prédire l’avenir a partir des mouvement du sable. Au bout de l’allée se trouve le temple, construit sur une colline naturelle. Il s’agit d’une structure de bois assez simple, peint en blanc sur des pilotis. Les décorations sont assez simplistes, représentant des souffles de vents dans toutes les directions. L’intérieur du temple est lui aussi très simple, puisque seul un autel se trouve au centre de la pièce hexagonale, surmonté par une statue de Kaze-no-kami priant avec ses 6 compagnons tenant le symbole de leur fonction. Il est de bonne augure d’aller prier dans ce temple avant de partir en voyage.
L'ours fils du tonnerre

Mes aides de jeux sont sur :
http://www.kazenoshiro.com/
Shawn Carman a écrit :Okuma's PDF is indeed frought with awesome.
Image

Avatar du membre
Ben
Diplomate
Messages :2963
Enregistré le :12 mai 2002, 23:00
Localisation :Annecy en HAUTE-Savoie

Message par Ben » 28 sept. 2004, 17:50

Okuma a écrit :- Le temple de Kaze-no-kami : ce petit temple en forme d’hexagone avec une porte et un kanji sur chaque coté, a l’expectation du coté direction sud-ouest, direction de l’Outremonde. Les kanjis représente les différentes fortunes mineures des vents : Zocho le vent du sud, Jikoju le vent d’est, Komoku le vent de l’Ouest, Tamon le vent du Nord sur les portes correspondantes aux 4 points cardinaux, le kanji de Kaze-no-kami surmonte la porte du Nord-Est, porte qui donne sur la grande allée, tandis que la porte du Sud-est porte le kanji de Natsu-togumara la fortune du voyage et de l’expérience, et Koshin la fortune des routes protège la porte du nord-ouest. Le temple est accessible grâce à une grande allée bordée de jardins Zen fait de sables et de cailloux, et dont la forme change avec les souffles de vents. Certains moines et shugenjas déclarent pouvoir prédire l’avenir a partir des mouvement du sable. Au bout de l’allée se trouve le temple, construit sur une colline naturelle. Il s’agit d’une structure de bois assez simple, peint en blanc sur des pilotis. Les décorations sont assez simplistes, représentant des souffles de vents dans toutes les directions. L’intérieur du temple est lui aussi très simple, puisque seul un autel se trouve au centre de la pièce hexagonale, surmonté par une statue de Kaze-no-kami priant avec ses 6 compagnons tenant le symbole de leur fonction. Il est de bonne augure d’aller prier dans ce temple avant de partir en voyage.
Pas mal du tout ce temple, il est officiel ou pas ?

seul hic on a déjà pleine de temple dans la cité et ça risque de faire overdose au final bien que celui-là je le vois bien dans le district Grues :biere:

Matsura alors ?


BEn
Un esprit aiguisé est la plus puissante de toutes les armes

Répondre