(univers : Licorne) Contes des quatre vents

Forum dédié au JDR Légende des 5 Anneaux, toutes éditions confondues.

Modérateurs :Magistrats de Jade, Historiens de la Shinri

Avatar du membre
matsu aiko
Artisan de clan
Messages :3061
Enregistré le :13 juin 2004, 20:33
Localisation :paris

Message par matsu aiko » 13 mai 2007, 22:35

Et enfin l'histoire du cinquième vent. :)

Avec tous mes remerciements à Akaguma-sensei pour ses fabuleuses traductions. :jap:
Modifié en dernier par matsu aiko le 13 mai 2007, 22:36, modifié 1 fois.

Avatar du membre
matsu aiko
Artisan de clan
Messages :3061
Enregistré le :13 juin 2004, 20:33
Localisation :paris

Message par matsu aiko » 13 mai 2007, 22:35

La fille de Dame Soleil et de Seigneur Lune alla trouver ses parents.
- Père, Mère, je voudrais partir explorer le monde.
- Pourquoi donc, ma fille ? rétorqua son père d’un air menaçant.
- Pourquoi donc, ma fille ? demanda sa mère d’un ton suppliant.
- Parce que, si vastes que soient ces terres, il en est d’autres plus loin, que je ne connais pas.
Son père fronça les sourcils, l’air courroucé, sa mère se lamenta. Elle fit sa demande une deuxième fois.
- Pourquoi veux-tu partir, alors que tes frères et sœurs restent ici ? la questionnèrent-ils.
- Parce qu’il faut que je voie ce qu’il y a au-delà.
Son père tempêta, sa mère sanglota. Elle demanda une troisième fois. Ils la laissèrent partir.
- Surtout, surtout, prends bien soin de toi ! lui dit sa mère en pleurant.
- Mère, n’aie crainte. J’emmène mon bon cheval, ma longue lance et ma bonne épée, ainsi que trois suivants fidèles.
La fille de Dame Soleil et de Seigneur Lune, qu’on appellait Shinjo, Jeune Fille Honnête, ou encore Jeune Fille Rapide Comme Les Chevaux, enfourcha son bon cheval, prit sa longue lance, ceignit sa bonne épée, et partit accompagnée des trois serviteurs dévoués, deux hommes et une femme.
Ils avaient pour noms Ide, Digue, Iuchi, Intérieur du Puit, et Otaku, Honorable Maison.

Jeune Fille Honnête rencontra les nomades des steppes.
- Quelle aubaine, se dirent ceux-ci en voyant ces voyageurs fortunés, nous allons les tuer et les dépouiller !
Ils feignirent de les recevoir en paix. Le chef invita Jeune Fille Honnête sous sa tente, et fit signe à ses hommes d’attaquer.
Mais à cette traîtrise, Jeune Fille Honnête tira sa bonne épée. Son premier coup en tua cinquante, son deuxième en tua cent, le troisième étendit le chef raide mort. De leur côté, ses suivants en avaient tué presque autant.
Digue suggéra de se rendre aux nomades encore vivants. Ceux-ci, tout tremblants, implorèrent :
- Pardon, nous ne savions pas à qui nous avions affaire ! Nous voulons vous servir, et apprendre vos arts guerriers.
Ainsi fut fait, et Jeune Fille Honnête continua sa route avec plus de troupes à ses côtés.

Elle rencontra ensuite les sorciers du désert.
Ceux-ci maniaient une magie puissante. Même les arts appris de Dame Soleil et de Seigneur Lune ne suffisaient pas à vaincre leur cité.
Intérieur du Puit, qui était un homme habile, s’adressa à elle en ces termes :
- Dame Shinjo, laissez-moi trouver ce qui les rend si redoutables.
Par ruse il s’introduit dans la forteresse, et déroba le livre de magie où étaient notés les noms sacrés. Puis ils s’enfuirent, poursuivis par les sorciers fous de rage. Mais le bon cheval de Jeune Fille Honnête allait si vite qu’ils ne parvinrent pas à les rattraper.

Ils galopèrent si vite et si longtemps, qu’ils s’enfoncèrent profondément dans le désert.
- Ce n’est pas grave, dit Jeune Fille Honnête, nous en sortirons sous peu !
Mais le désert s’étendait à perte de vue. Partout, il n’y avait que sable, poussière, rochers. Trois jours plus tard, ils durent bien admettre qu’ils s’étaient perdus. Et leurs vivres s’épuisaient.
- Ce n’est pas grave, dit Jeune Fille Honnête, nous allons sacrifier quelques chevaux ! Continuons vers l’Ouest, nous trouverons bien de l’eau.
Trois jours plus tard, ils avaient bu la dernière goutte, et même le sang des chevaux.
Jeune Fille Honnête pria sa mère le Soleil, et prit sa longue lance. Dans le sable, tout droit et très profond, elle la planta. Quand elle la retira, le fer était mouillé. Ils creusèrent, et trouvèrent de l’eau.
Ainsi Jeune Fille Honnête et sa troupe sortirent du désert.

Ils arrivèrent à une oasis verdoyante, où dansaient des formes argentées. L’une d’elle ressemblait à un cheval tout environné de feu.
Jeune Fille Honnête, prise d’une intuition, dit à ses troupes :
- Attendez-moi, je vais voir de quoi il s’agit.

Ses suivants l’attendirent toute l’après-midi, toute la nuit. Au matin, l’oasis avait disparu, et Jeune Fille Honnête aussi.

Sept jours durant ils l’attendirent.

Au septième jour elle reparut.
Honorable Maison était furieuse, parce qu’elle avait eu très peur que sa maîtresse ne revienne jamais. Mais en voyant que Jeune Fille Honnête était enceinte, elle s’adoucit, et jura de protéger ses petits.

Un peu plus tard, Jeune Fille Honnête donnait naissance à cinq bébés. Ce n’étaient pas des enfants ordinaires ! Ils pouvaient changer de forme à volonté, mais celle qu’ils préféraient étaient celle de leur père. Quatre partirent dans le désert, dansant dans le sable et le vent, mais le dernier prit forme humaine et engendra de nombreux descendants.

En l’honneur de cette rencontre, plus tard les suivants de Jeune Fille Honnête changèrent leur nom et se nommèrent eux-mêmes le clan de la Licorne.
Maintenant encore, chaque bébé qui naît est placé sur un cheval, pour se rappeler son lointain ancêtre.

Que s’était-il passé dans l’oasis ? L’histoire ne le dit pas. Mais voici ce que m’a dit ma grand-mère, qui le tenait elle-même de sa grand-mère.

Dans l’oasis, Jeune Fille Honnête rencontra la Licorne, qui avait forme de cheval, et aussi d’homme, et était faite de feu, de vent et de songes. Ils furent mutuellement charmés.
Comme c’était une Licorne mâle, ils jouèrent au jeu de la pluie et des nuages, et firent les choses que peuvent faire ensemble un homme et une femme.
- Tu es belle comme le Soleil, mystérieuse comme la Lune, lui dit la Licorne.
- Veux-tu rester avec moi ? Je te veux tous les jours à mes côtés, lui déclara Jeune Fille Honnête.
La Licorne sourit tristement.
- Ton âme est le Cinquième Vent…C’est toi qui me quitteras. Mais tes enfants hériteront de mes dons, et un jour, tu me reviendras.

C’est tout ce que ma grand-mère m’a dit. Cette partie de l’histoire n’est racontée que par les femmes, parce que les hommes ne l’aiment pas.
Mais, même s’il ne faut pas le leur dire, les vieilles femmes en savent souvent plus que le plus sage des hommes !

Avatar du membre
Utaku shi lyn
Moine
Messages :128
Enregistré le :17 sept. 2008, 16:45
Localisation :sur mon cheval

Message par Utaku shi lyn » 22 sept. 2008, 10:08

c'est sublime le 5 ème vent
une jolie histoire que doivent raconter les femmes de mon clan
bravo bravo
Je suis une shiotome, une fille de Otaku Shiko

Avatar du membre
matsu aiko
Artisan de clan
Messages :3061
Enregistré le :13 juin 2004, 20:33
Localisation :paris

Message par matsu aiko » 24 sept. 2008, 14:48

merci :jap:

A toutes fins utiles, la plus grande partie des textes, histoires etc de la Voix se trouvent sur la Bibliothèque Céleste (et hop un coup de pub !) que vous êtes tous invités à visiter.
:fete:

Avatar du membre
Kakita Tsu
Gokenin
Messages :1314
Enregistré le :19 sept. 2008, 14:55
Localisation :Quimper
Contact :

Message par Kakita Tsu » 28 sept. 2008, 14:55

j'ai cru voir l'invocation Shiva de final fantasy dans l'incarnation du vent du Nord.
Vos texte sont magnifique Matsu-sama.

Avatar du membre
matsu aiko
Artisan de clan
Messages :3061
Enregistré le :13 juin 2004, 20:33
Localisation :paris

Message par matsu aiko » 28 sept. 2008, 20:25

merci :jap:

Répondre