[Culture] Les Yakusa

Forum dédié au JDR Légende des 5 Anneaux, toutes éditions confondues.

Modérateurs : Magistrats de Jade, Historiens de la Shinri

Avatar du membre
Moto Shikizu
Gouverneur de cité
Messages : 8098
Enregistré le : 08 sept. 2003, 07:45

[Culture] Les Yakusa

Message par Moto Shikizu » 08 févr. 2005, 11:34

Pourquoi ici plutot que dans Vents et Fortunes me direz vous et bien parce que parler des Yakusa (Yakuza) amene forcement a parler criminalite et prostitution en particulier, c'est donc plus la place ici de ce thread il me semble. :jap:

Pour commencer quelques termes, puis au fur et a mesure je redigerai des presentations de certains aspects historiques ou actuels sur le sujet, et je les posterai ici.

Quelques termes :

Grades et fonctions (j'y reviendrais plus en detail)

Oyabun - Chef de famille Yakusa
Kumicho - semble etre l'equivalent de Oyabun
Wakagashira - bras droit du chef, second dans la hierarchie en terme de pouvoir
Wakagashira-hosa - Sous-lieutenant
Shateigashira - chef des Kyodai
Kyodai - "Freres" du chef, rang plus eleve en terme de respect que Wakagashira, mais avec moins d'autorite et de pouvoir.
Saiko-komon - Conseiller responsable de la branche Avocats, secretaires, comptables...
Komon - Conseillers
Shingiin - Conseiller juridique
Kumicho-hisho - Secrétaire (du chef bien sur !!)
Kaikei - Comptable
Shatei - Chef de gangs ou de sous famille sous les ordres du Shateigashira

Kaicho - Arbitre lors de disputes entre plusieurs clans/familles. (Ajout par EDIT)

Argot Yakusa :

Okami - Flic
Chikuru - Se confier/"Balancer"
Shima arashi - Prise de controle d'un autre gang par la violence
Sashi goro - etre arme (d'une veritable arme ou d'un objet pointu pouvant faire office)
Mizu shobai - "commerce flottant ou au fil de l'eau" designe les reseaux de commerces (restau, bars, et clubs) ou les Yakusa font travailler des "demoiselles"...

(Ajouts par EDIT)
Katagi - Terme designant un/des non-yakusa
Jingi - Code de l'honneur Yakusa
Ikka - La famille, le clan auquel le yakusa appartient, par opposition a la famille de naissance.

La suite plus tard... :jap:
Modifié en dernier par Moto Shikizu le 09 févr. 2005, 09:51, modifié 2 fois.
Moto Shikizu
White Guard - Emerald Magistrate
--------------
Hito wa ichidai, na wa matsudai
---------------------------------------
Nagareru namida wa mou karehate
chi ni ueta kodoku
shi wa tenshi no nikoge no
nioi wo sasete mau

Hida Matsuura

Message par Hida Matsuura » 08 févr. 2005, 12:19

Ca peut-être intéressant pour moi, je venais de terminer de bosser les Kazoku (Yakuza de Mamoru Kyotei Toshi), mais je sens qu'il va falloir que je révise ma copie... ;)


Matsuura, bushi qui, 100 fois sur le métier, remet son ouvrage

Avatar du membre
Moto Shikizu
Gouverneur de cité
Messages : 8098
Enregistré le : 08 sept. 2003, 07:45

Message par Moto Shikizu » 08 févr. 2005, 12:46

Yakusa : signification

Yakusa est un nom construit a partir d'une combinaison a un jeu de carte japonais proche du Blackjack. Dans ce jeu nomme Oicho-Kabu, il faut faire le plus proche de 19 sans depasser. Ya-Ku-Sa est la combinaison 9-8-3 soit 20 la premiere main perdante... Le nom montre que les yakusa ne font pas partie integrante de la societe, qu'ils sont en dehors. Par contre ca n'est pas cense denoter une inutilite de ce groupe de personnes pour la societe (on verra plus tard pourquoi).

Origines

Deux theories s'opposent.

- L'une place les origines des yakusa au debut du 17eme siecle. A cette epoque (certains donnent la date de 1612 comme reference), les Kabuki-mono ("les fous") se sont fait connaitre par leur habillement etrange, leur coupe de cheveux speciale, et leurs mauvaises habitudes.

Ils etaient des samurai sans emploi suite a une longue periode de paix. Portant le sabre, et doue d'une indefectible loyaute les uns envers les autres (que ce soit vis a vis des autorites ou de leur propre famille), ils avaient la mauvaise habitude de rosser et terroriser tous ceux qu'ils croisaient, allant parfois jusqu'a assassiner par plaisir. De plus, ils appelaient leur bandes par des noms inquietants, et parlaient fort en argot.

Plusieurs bandes se mierent a ecumer des villages et des petites villes au fil de leurs voyages...

- La seconde (celle que les Yakusa actuels veulent considerer comme leurs veritables ancetres) correspond aux Machi-yakko, les Serviteur dse cités. Ces hommes avaient pris les armes pour proteger leur villages et cites des mefaits des Kabuki-mono. A la base ils etaient de simples travailleurs ou commercants, parfois ronin, doues aux jeux de hasards, et qui formerent des liens importants entre eux et avec leur chef. Ils devinrent rapidement les hero du peuple, remercies et recompenses par leur concitoyens pour leur aide et leur protection contre les Kabuki-mono. Bien que souvent moins bien equipes et entraines que leurs adversaires (d'anciens samurai je le rappelle) ils eurent de nombreux succes, et on peut les comparer a Robin des Bois et ses compagnons telle que la legende est presentee aujourd hui. D'ailleurs de nombreux contes et pieces furent ecrites sur les Machi-yakko.


Les Yakusa tels qu'on les connait ne sont apparus qu'au milieu du 17eme siecle. Ils etaient des joueurs (bakuto) et des vendeurs des rues (tekiya), termes qui sont encore utilises de nos jours. Ils ont tous pour point commun des origines miserables, et le besoin de se fonder une famille de confiance pour les aider en cas de besoin, avoir une certaine reconnaissance et attention, et se sentir a l'abris...
Moto Shikizu
White Guard - Emerald Magistrate
--------------
Hito wa ichidai, na wa matsudai
---------------------------------------
Nagareru namida wa mou karehate
chi ni ueta kodoku
shi wa tenshi no nikoge no
nioi wo sasete mau

Avatar du membre
Ding On
Magistrat de clan
Messages : 5134
Enregistré le : 17 mai 2004, 09:51
Localisation : Reims
Contact :

Message par Ding On » 08 févr. 2005, 12:49

Perso, je conseille de visionner les Zatoichi classiques pour avoir la meilleure inspi qui soit sur les yakuza du Japon féodal.
Hitler, qui était beaucoup plus petit que Mannerheim (Mannerheim mesurait plus de 1,90 m), portait des talonnettes et avait demandé à ses photographes de trouver un angle favorable pour la photo officielle.

Mon blog

Avatar du membre
Bayushi Ryumi
Gokenin
Messages : 1887
Enregistré le : 17 mai 2004, 17:08
Localisation : Ryoko Owari

Message par Bayushi Ryumi » 08 févr. 2005, 13:29

Je ne l'ai pas encore, mais le Way of the Thief parle justement de toutes les organisations criminelles de Rokugan en détails.

Je doute que l'on y parle de prostitution cependant (pourtant phénomène de société depuis que le monde est monde) car c'est un supplément américain et pour le grand publique.

Sinon, j'ai vu quelques épisodes de Samourai Champloo, est justement dans l'un d'eux on peut y voir ce que font des créanciers aux femmes de leur débiteur à cette époque.

Du reste, j'ai cru comprendre que cette série allait sortir en france traduite et je ne peux que vous conseiller de la prendre (ce que je ferais) car c'est vraiment bien fait. :jap:
ImageImage
"Durex Sed Latex" - Ryumi latine magistrate

Avatar du membre
Moto Shikizu
Gouverneur de cité
Messages : 8098
Enregistré le : 08 sept. 2003, 07:45

Message par Moto Shikizu » 08 févr. 2005, 14:34

Effectivement dans Zaitochi on voit bien les Baturo et leur organisation.

On reparlera des femmes un peu plus tard...


Organsation

Il existe deux types de Yakusa : la categorie la plus nombreuse est celle des Yakusa de clan ou de famille, et la categorie minoritaire est celle de ceux qu'on pourrait qualifier de freelance (sans attaches).


Freelance

Les freelance sont le plus souvent organises en petits groupes sans grande importance, ils ne possedent pas de territoire, ou alors loin de ceux des clans.

Les relations avec les clans sont rarement amicale. Il n'est pas rare que des freelance qui commencent a faire de l'ombre a un clan disparaissent (le plus souvent apres avoir eu l'occasion de se joindre a un clan, et en cas de refus), ou se retrouve en prison pour un crime qu'ils ont commis ou non (pratique pour les clans cet aspect la :mal: ).

Parfois, un clan fera appel a un ou plusieurs freelance pour mener une action que le clan ne veut pas vouloir associee avec lui, contre monnaie sonnate et trebuchante.

La fin logique d'un freelance est soit de rejoindre un clan, soit mourir ou finir en prison.


Clans et Familles

L'organisation des familles Yakusa se base sur une relation oyabun-kobun (roles pere/fils). Le Kumicho dirige son clan (sa famille). Tout membres lui doit obeissance pleine et entiere, en retour il les protege, les conseille, les nourrit...

Trois personnes ou groupe de personnes assistent le Kumicho :
- le Wakagashira est son bras droit, il transmet les ordres et verifie qu'ils sont executes. Il est celui qui possede le plus de pouvoir apres le Kumicho.
Il est lui meme assistepar des lieutenants (ou plutot sous lieutenants), les Wakagashira-hosa, qui ont chacun la responsabilite de plusieurs hommes (les enfants Wakashu, nota pour le Kumicho tous sont ses enfants, ses wakashus, mis a part les "Freres"), parfois d'autres lieutenants suivant l'importance de la famille.
- Le Shateigashira est considere comme un "frere" du Kumicho, il est le chef de tous les "freres" Kyodai et des "petits freres", les Shatei. Chacun de ses hommes peut avoir ses propres "enfants"...
- Le Saiko-komon est le Conseiller en chef du Kumicho. Il est responsable des Conseillers( Komon, Shingiin), Avocats, Secretaires (Hisho), Comptables (Kaikei)...

Cette organisation defini un arbre avec des sous familles qui toutes dependent en dernier ressort du Kumicho.
Chacun obeit a sa hierarchie directe, mais c'est toujours la parole du Kumicho qui prevot.
Moto Shikizu
White Guard - Emerald Magistrate
--------------
Hito wa ichidai, na wa matsudai
---------------------------------------
Nagareru namida wa mou karehate
chi ni ueta kodoku
shi wa tenshi no nikoge no
nioi wo sasete mau

Avatar du membre
Moto Shikizu
Gouverneur de cité
Messages : 8098
Enregistré le : 08 sept. 2003, 07:45

Message par Moto Shikizu » 08 févr. 2005, 15:05

Traditions

Admission dans une famille

Pour etre admis il faut faire ses preuves, par contre la nationalite importe peu du moment qu'on prouve qu'on est digne de confiance et qu'on respecte les traditions. (NDLR : est ce juste une facade ou reel, je ne puis vous le confirmer...)


Le rituel d'admission se deroule comme suit :

Le Kumicho et le futur membre sont assis (a la mode japonaise, pas sur une bete chaise !!) face a face Des temoins (Azukarinin) preparent du sake melange a du sel et des ecailles de poisson, puis le versent avec precaution dans des coupe a sake. Celle de l'Oyabun est remplie a raz bord pour representer son statut, alors que l'homme en cours d'initiation est bcp moins servi. ils boivent une gorgee, echangent les coupes, et boivent a nouveau. Le nouveau kobun a ainsi scelle son voeu a la famille et a son Kumicho, il garde sa coupe (nommée Oyako Sakazuki), elle est le symbole de sa fidelite. Si un yakusa rend son Oyako Sakazuki a son chef, il rompt ses liens avec sa famille.

Yubitsume (parfois ecrit Yubizume)

Lorsqu'un Yakusa commet une erreur grave, mais pas assez pour mener a sa condamnation a mort (ou pour l'epargner), il peut, voire dans certains cas doit (on lui demande), faire le rituel du Yubitsume. Il s'agit de se trancher un doigt, puis de l'envelopper dans du papier et le donner ou l'envoyer a son Kumicho, pour expier. La premiere faute implique de couper le petit doigt, a la faute suivante il faut couper une autre doigt...

Il y a deux origines donnees a cette tradition.
L'une dit que cela vient des samurai et du maniement des armes, le petit doigt etant tres important dans ce cadre, et le couper signifiant alors confier une part plus importante de sa securite a son maitre.
L'autre dit que cela vient des Bakuto. Si un joueur ne payait pas ses dettes, ou ne respectait pas un engagement, on lui coupait le petit doigt, ce qui avait pour effet de montrer a tous qu'il n'avait pas tenu parole ou pas paye ses dettes, et l'handicapait pour manier une epee (en cela on rejoint la premiere origine citee)...

Encore aujourd hui avoir le petit doigt tranche est tres mal vu dans la societe japonaise, car cela denote votre lien avec les Yakusa (la ou cela denotait que vous etiez un joueur et que vous n'aviez pas paye vos dettes). De nos jours il existe d'ailleurs un commerce florissant de faux doigts pour les repentis...

Tatouages

A l'origine les tatouages etaient un signe d'appartenance a un clan ou une famille, le(s) tatouage(s) representaient alors le symbole de leur clan/famille. Cetet tradition vient encore uen fois des Bakuto qui se tatouaient des cercles noirs sur les bras pour chaque crime qu'ils avaient commis (une preuve de force).

C'est aussi une preuve de force de caractere. Certains tatouages peuvent prendre plusieurs jours a etre completes, et ce sans anti douleur bien sur !

Porter un tel tatouage signifie que vous ne faites pas partie de la societe, et que ses regles ne sont pas les votre. De nos jours cela entraine que certains endroits vous sont interdits (piscines, et tous lieux publiques ou on voit votre corps).
Moto Shikizu
White Guard - Emerald Magistrate
--------------
Hito wa ichidai, na wa matsudai
---------------------------------------
Nagareru namida wa mou karehate
chi ni ueta kodoku
shi wa tenshi no nikoge no
nioi wo sasete mau

Avatar du membre
Moto Shikizu
Gouverneur de cité
Messages : 8098
Enregistré le : 08 sept. 2003, 07:45

Message par Moto Shikizu » 08 févr. 2005, 15:42

Activites

L'activite premiere des familles Yakusa fut longtemps le jeu. C'est encore une activite tres importante aujourd hui, mais elle a ete depassee par le commerce du sexe, et surtout l'extorsion de fond (majeure partie dans les milieux politique et financier). Depuis les annees 90 la vente de drogue qui a longtemps ete refusee par les clans a ete peu a peu incorporee a leur activites par certaines familles... Il y a aussi le traffic d'arme. Et enfin tout un tas d'activites legales dans lesquelles les yakusa ont investi au fil des decennies...

- Commerce lie au sexe
  • Traffic de materiel pornographique (films et magazines) depuis l'Europe et l'Amerique vers le Japon (maintenant ils exportent aussi)
  • Prostitution (appelle par euphemisme "vendre du printemps")
    Les jeunes femmes viennent de toute l'Asie, soit achetee en Chine (ou les filles sont moins aimees par les familles que les garcons surtout suite a la loi sur l'enfant unique), soit en d'autres pays comme les Philippines principalement ou les jeunes filles pauvres se voient proposees un travail au Japon, ou elles sont en fait forcees a se produire comme stripteaseuses voire a se protituer.
    En chine une jeune enfant s'achete parfois "seulement" (NDLR : :vomir:) 5000 $, les yakusa leur fournissent nourriture et parfois un semblant d'education jusqu'a l'age ou elle peuvent selon leur critere etre mise au travail. Selon les criteres d'honneur Yakusa, cet age etait lorsuqe les femmes ont passe l'adolescence, mais certaines rumeurs laissent entendre que malheureusement ce ne serait peut etre plus le cas... (NDLR : :vomir:)
    Par le passe, alors que le Japon n'avait pas cette manne pour trouver les jeunes femmes... alors, en cas de non paiemen d'une dette en argent, les creanciers pouvaient accepter une fille ou une femme comme tremboursement. Parfois les familles preferaient vendre une fille ou la femme a une madame Geisha, la prostitution n'etant pas l'activite principale de cette caste, et il y a toujours l'idee de choix, qui n'existe pas du tout dans les maisons closes...
  • Tourisme sexuel (Asie de l'Est, principalement a Bangkok, Manille et Seoul...)
-Extorsion de fond
Les Sokaiya sont charges de ces affaires. Pour ce faire la famille achete par leur entremise des parts dans des entreprises, pour pouvoir participer aux reunions et comites d'entreprises. Toutes les infos dommageables sont alors collectees, et presentees en sous mains aux differents dirigeants ou actionnaires importants (maitresses, evasion fiscale, pollution, mauvaises cnditions de securite, scandales potentiels...) et on menace de les divulguer si une compensation n'est pas versee... Le modus operandi est similaire en politique...

Attention, comme vous el savez au Japon, etre direct est tres malpoli, pour mener a bien ces tractations et chantages tout se passe donc avec tout un tas de circonvolutions et de detours...

Certains magazines "d'information" sotn possedes et diriges par des familles yakusa et utilisees pour divulguer les informations quand on ne paye pas...

Il y a aussi la methode de creer des cluibs d'aide a des causes inexistante, ou le detournement de fonds soit disants destines a une cause humanitaire...
Moto Shikizu
White Guard - Emerald Magistrate
--------------
Hito wa ichidai, na wa matsudai
---------------------------------------
Nagareru namida wa mou karehate
chi ni ueta kodoku
shi wa tenshi no nikoge no
nioi wo sasete mau

Avatar du membre
Moto Shikizu
Gouverneur de cité
Messages : 8098
Enregistré le : 08 sept. 2003, 07:45

Message par Moto Shikizu » 09 févr. 2005, 09:49

Pour ce qui est des activites liees aux jeux, les Zaitochi, Samurai Champloo, etc... donnent d'excellente presentations.

Par contre, il ne faut pas oublier d'autres activites, qui si elles sont devenues bcp moins frequentes de par la defiance vis a vis des Yakusa, etaient bcp plus usitees les siecles passes.

Les Yakusa ont tjs essaye de se presenter comme des "kyoki wo kujiki yowaki wo tasuker", des protecteurs de la veuve et de l'orphelin (NDLR : ca n'est pas la traduction exacte, mais c'est la correspondance chez nous). Et de fait ils etaient effectivement disponibles a tout moment pour aider et regler les problemes des populations sous leur "protection", le plus souvent contre une obole ou un service en retour. De fait, jusqu'a la fin du 18 eme siecle, ils etaient souvent percu comme louche, eventuellement dangereux, mais aussi comme une solution toujours possible quand les autorites etaient incapables d'intervenir ou corrompue. Cette reputation a perduree encore jusqu'au 20eme siecle en s'errodant peu a peu. Ils ont donc garde une assez "bonne" reputation, ou pour le moins, une pas trop mauvaise pendant assez longtemps (aider les pauvres, preserver l'honneur des femmes, prtecteurs contre les voleurs, les commercants malhonnetes et les samurais corrompus...). Ils pouvaient aussi faire office de banque, principalement pour preter de l'argent (usuriers certes, mais semble t il a des taux a peu pres normaux a l'epoque, pas comme les sarakin actuels qui pretent a des taux scandaleux...).

C'est avec l'ouverture du Japon a l'etranger et l'arrivee des armes a feu, que les Yakusa ont evolues vers l'organisation criminelle proche de la Maffia que nous connaissons actuellement (encore que certains disent que ce n'est pas le cas de toutes les familles). En particulier l'occupation du Japon et le rationnement ont pousse le peuple Japonais dans ses derniers retranchement. Les yakusa se sont fait contrebandiers, et ont fait du marche noir, ce qui bien sur est une methode pour faire de l'argent sur la misere des gens, mais procure aussi de la nourriture quand il n'y en a pas.

Ils ont aussi perdu de leur superbe en s'associant a des gangs de jeunes motards (Bosozokus) qui sement la pagaille, et avec la montee de la violence par armes a feu (dont ils sont les quasi seuls pourvoyeurs), et enfin la drogue durant les deux derniere decennies...
Moto Shikizu
White Guard - Emerald Magistrate
--------------
Hito wa ichidai, na wa matsudai
---------------------------------------
Nagareru namida wa mou karehate
chi ni ueta kodoku
shi wa tenshi no nikoge no
nioi wo sasete mau

Avatar du membre
Ding On
Magistrat de clan
Messages : 5134
Enregistré le : 17 mai 2004, 09:51
Localisation : Reims
Contact :

Message par Ding On » 09 févr. 2005, 10:00

Il faudrait voir dans quelle mesure cette réputation d'honorabilité n'est pas le fruit de romans et contes populaires qui ont souvent tendance à enjoliver les choses.
Comme en Chine où les chevaliers errants étaient qd même plus souvent des bandits de gds chemins que des justiciers sans peur et sans reproche.

Je pense que les Yakuza, considérant les territoires sur lesquels ils régnaient comme leurs "fiefs", et les habitants comme leurs "sujets", se devaient de s'occuper des affaires courantes pour éviter que les autorités samurai vienent regarder de trop près...
Hitler, qui était beaucoup plus petit que Mannerheim (Mannerheim mesurait plus de 1,90 m), portait des talonnettes et avait demandé à ses photographes de trouver un angle favorable pour la photo officielle.

Mon blog

Avatar du membre
Bayushi Ryumi
Gokenin
Messages : 1887
Enregistré le : 17 mai 2004, 17:08
Localisation : Ryoko Owari

Message par Bayushi Ryumi » 09 févr. 2005, 10:05

Au fait, ce sont quoi tes sources Shikizu ? tu as l'adresse ?

Merci.
ImageImage
"Durex Sed Latex" - Ryumi latine magistrate

Avatar du membre
Moto Shikizu
Gouverneur de cité
Messages : 8098
Enregistré le : 08 sept. 2003, 07:45

Message par Moto Shikizu » 09 févr. 2005, 10:33

Bayushi Ryumi a écrit :Au fait, ce sont quoi tes sources Shikizu ? tu as l'adresse ?

Merci.
ce sont des recherches que j'avais menees il y a pas mal de temps pour ma campagne. Je n'ai plus les liens vers toutes mes sources, surtout que certaines etaient basees sur des livres que j'avais eu en pret. DSL.
Moto Shikizu
White Guard - Emerald Magistrate
--------------
Hito wa ichidai, na wa matsudai
---------------------------------------
Nagareru namida wa mou karehate
chi ni ueta kodoku
shi wa tenshi no nikoge no
nioi wo sasete mau

Avatar du membre
Moto Shikizu
Gouverneur de cité
Messages : 8098
Enregistré le : 08 sept. 2003, 07:45

Message par Moto Shikizu » 09 févr. 2005, 10:37

Ding On a écrit :Il faudrait voir dans quelle mesure cette réputation d'honorabilité n'est pas le fruit de romans et contes populaires qui ont souvent tendance à enjoliver les choses.
Comme en Chine où les chevaliers errants étaient qd même plus souvent des bandits de gds chemins que des justiciers sans peur et sans reproche.

Je pense que les Yakuza, considérant les territoires sur lesquels ils régnaient comme leurs "fiefs", et les habitants comme leurs "sujets", se devaient de s'occuper des affaires courantes pour éviter que les autorités samurai vienent regarder de trop près...
C'est a peu pres sur, et il y a certainement eu aussi une part de desinformation/pub au passage, mais quelle partie de l'histoire telle que nous la connaissons a l'heure actuelle n'a pas subit le meme traitement au fil du temps... Quand je parle de Robin des Bois par exemple, a la base il ne s'occupait pas des pauvres, mais il symbolisait la lutte entre Saxon et normands (ce qui reste encore un peu dans certaines versions actuelles, mais le cote aide les pauvres contre les riches est bien souvent ce qu prime...)... J'essaie ici de presenter une vision syntaxique la plus complete possible a partir des recherches que j'avais mene, je ne suis pas un historien japonais specialiste du domaine, il y a donc tres certainement des imprecisions, voire peut etre des erreurs. :jap:
Moto Shikizu
White Guard - Emerald Magistrate
--------------
Hito wa ichidai, na wa matsudai
---------------------------------------
Nagareru namida wa mou karehate
chi ni ueta kodoku
shi wa tenshi no nikoge no
nioi wo sasete mau

Avatar du membre
Tetsuo
Magistrat de clan
Messages : 4273
Enregistré le : 04 mars 2003, 00:00
Contact :

Message par Tetsuo » 21 oct. 2005, 15:08

:medite: remonté pour info
Eppur si muove

Avatar du membre
Pénombre
Magistrat d émeraude
Messages : 6398
Enregistré le : 28 juil. 2003, 10:07
Localisation : Dans ma tête, mais des fois j'ai un doute...
Contact :

Message par Pénombre » 21 oct. 2005, 15:41

quelques notions supplémentaires :

Le complexe code de l'honneur Yakuza repose sur trois notions fondamentales : jingi, giri et ninjo.
- jingi : le respect et l'obéissance envers ses supérieurs, une notion essentielle dans le Japon en général. Le chef de clan est son seul soleil et personne ne peut lui désobéir, lui résister ou se montrer familier envers lui. Le jingi impose un comportement bienséant et correct, civilisé selon les Japonais.

- giri : le sens du devoir et des obligations. Toute dette doit être payée, en argent si nécessaire mais le plus souvent sous forme de loyauté et de services. Cela marche dans les deux sens : le Yakuza paye toujours ses dettes mais n'oublie jamais de réclamer son dù.

- ninjo : un concept que l'on pourrait traduire très approximativement par l'expression "comportement chaleureux". En clair, la capacité du yakuza de comprendre et compatir aux problèmes des petites gens et de leur rendre justice. Comme on peut le supposer, cet aspect des traditions a été quelque peu laissé de côté avec le passage des siècles ...

Organisation
Au bas de l'échelle, on trouve le kumi-in (l'homme engagé), c'est à dire l'exécutant qui sera peut-être intégré au clan s'il s'en montre digne. Une fois cette intégration réalisée, il reçoit ses premiers tatouages et devient un kobun. Le reste a déjà été évoqué plus haut.

Les soldats du yakuza (dans la caricature habituelle, les types en costards avec des lunettes de soleil qui roulent des mécaniques et se font descendre par le héros quand ils ne cassent pas des pouces) sont donc des kobun. Des hommes du rang.

Un clan yakuza est souvent désigné avec le suffixe -gumi. Lorsque l'on parle du clan, on donne donc son nom avec le suffixe gumi. Si le clan porte le nom de son oyabun, par exemple Takada, on l'appelle alors le Takada-gumi. L'influence d'un gumi peut varier considérablement selon sa taille et sa puissance. Le suffixe -kai est également utilisé par certains clans mais je manque d'infos sur ça.

Plusieurs gumi peuvent s'allier ensemble pour se protéger mutuellement ou se partager un marché donné et forment alors un rengo. Dans le cadre du rengo, chaque oyabun conserve le contrôle de son propre gumi mais rend compte à celui que l'ensemble des oyabun considèrent comme le plus puissant du rengo, ce qui peut changer avec le temps. Généralement, un rengo est formé par plusieurs gumi de petite taille mais un gumi de grande importance peut forcer des gumi plus faibles à s'allier avec lui après les avoir intimidés ou vaincus.

la tradition veut que le rengo soit une alliance informelle qui fait bloc contre le reste du monde mais dont les composantes peuvent s'entredéchirer à plaisir entres deux trèves négociées par les oyabun.

Répondre