[PJ][Commun] Arrivée au Kyuden Doji

Le Carcan de glace
Toutes les lèvres brûlantes
Palais enneigé

Modérateurs : Magistrats de Jade, Historiens de la Shinri

Verrouillé
Avatar du membre
Kakita Yuki
Akindo
Messages : 43
Enregistré le : 31 mai 2009, 18:46

[PJ][Commun] Arrivée au Kyuden Doji

Message par Kakita Yuki » 03 juin 2009, 15:25

Nous sommes à l’orée de l’hiver de l’année 1121. Alors que tout Rokugan s’apprête à passer une rude saison, que les conflits armés prennent fin et que les voyageurs se font plus rares, l’effervescence au Kyuden Doji atteint petit à petit son apogée, alors que les premières délégations arrivent devant ses portes. L’organisation ne devant souffrir aucun défaut, chaque invité est directement prit en charge par les serviteurs Doji, qui le dirigent vers leurs appartements bordant le magnifique étang du jardin. La rive Ouest, quand à elle, est réservée à l’Empereur et à sa suite, où une somptueuse résidence, à peine éclipsé par la beauté des lieux, est étroitement surveillée par un contingent de la famille Daidoji, qui attend patiemment d’être remplacé par la garde impériale de la famille Seppun.

Alors que chacun arrive dans leurs chambres, tous trouvent une lettre, écrite et signée de la main de leur hôte:


Chers et Honorables invités,

Je me joins à l’ensemble du clan de la Grue, et plus particulièrement à la famille Doji, pour vous souhaiter la bienvenue au Kyuden Doji. Comme chaque année en cette saison, de grandes décisions sont prises, et des accords sont passés. Comme chaque année, tous ensemble, nous conversons ensemble pour offrir un avenir meilleur à l’Empire d’Emeraude. Cette année ne différera en rien. Une fois encore, nous allons tous œuvrer à rendre l’Empire plus florissant encore. Et pour cela, La famille Doji se met à votre entière disposition.

Des jeux et des démonstrations seront mis en place. La famille Asahina aura le plaisir de lancer un concours réservé aux shugenjas, et l’école de duellistes de la famille Kakita fera de même pour tous ceux qui sont désireux de croiser le fer. Chaque gagnant aura droit à une faveur accordée par votre serviteur, et j’ai ouïe dire que Le Fils des Cieux lui-même pourrait bien offrir une récompense aux meilleurs d’entre vous. Bien entendu, les très rituels concours de Haïku et d’origami seront également de mise.

Je prie également pour que les désaccords soient enfin réglés, afin de perpétuer la paix qui règne. Il n’existe aucun conflit qui ne puisse être désamorcé lors d’une discussion entre les deux parties. Et dans ce sens, je suis sûr que les bons choix seront faits.

Et en attendant les premiers flocons,
Puisse ce séjour vous être agréable,

Doji Satsume
Membre de la L.V.A.D.

Image

Avatar du membre
Kakita Sojiro
Diplomate
Messages : 2126
Enregistré le : 11 nov. 2005, 20:55
Localisation : Pontault-Combault (77)
Contact :

Message par Kakita Sojiro » 03 juin 2009, 17:46

Shiba Eien et sa protégée, Isawa Tessa, arrivaient enfin en vue du magnifique palais. Ils étaient partis de la petite ville où habitait le père de Tessa, en bordure de Isawa Mori, non loin de la forteresse du Conseil Élémentaire ; suivant les côtes déchiquetées du littoral du clan du Phénix, le duo était passé par Shiro Shiba, Mori Kage Toshi, avait suivi la route le long des terres Agasha, puis avait emprunté sans crainte le défilé se trouvant entre Toshi no Omoidoso et Kiken Roka Toshi. Là, Eien avait ôté son armure, la conservant dans un bagage prévu à cet effet, et il avait suivi la jolie Ishiken jusqu'à la capitale impériale, dernière grande étape de leur voyage. Là, ils avaient acheté du papier de grande qualité pour coucher sur le papier le haiku auquel pensait Tessa depuis quelques jours :

Plages de sable ;
Immaculées neiges ;
Plages de galets.

Enfin, après une semaine de marche supplémentaire, ils purent enfin apercevoir Kyuden Doji dans le soleil couchant. Ils restèrent un instant émerveillés par la beauté des lieux, son harmonie, la façon dont le vaste palais s'introduisait dans le paysage. Le toit du donjon était d'un bleu plus soutenu que celui du ciel, et ses murs d'albâtre émergeaient d'une végétation soigneusement maîtrisée. Eien regarda derrière lui, s'apercevant avec plaisir que la délégation suivante était encore loin. Ils ne se feraient pas voler la vedette. Avançant d'un pas vif, ils arrivèrent aux portes de la forteresse, présentant aux gardes l'invitation personnelle qui avait été faite à Tessa, sans doute à cause de son talent précoce et son potentiel incroyable. Il le fallait pour passer son gempukku à 13 ans. Ou alors, plus certainement, c'était pour rencontrer Doji Kariko, l'entremetteuse qui devait lui trouver un époux convenable dans le clan de la Grue. Ils se laissèrent guider jusqu'à une suite, Eien posant ses affaires dans la petite première pièce, Tessa prenant la suivante. Tessa l'appela pour qu'il puisse lire la lettre.

"Doji Satsume en personne ! Tu es vraiment estimée..."

Elle sourit et le poussa gentiment en-dehors de la pièce.

"Allez ouste ! Je dois me préparer."

Eien rit doucement et retourna dans sa petite chambre, demanda un ofuro, et il commença par mettre son armure sur un présentoir, et monta un petit autel dessus. Choisissant avec grand soin un bâton d'encens, il l'alluma et le posa sur l'autel, s'agenouillant devant, katana à sa gauche, tranchant vers l'extérieur, priant pour ses ancêtres, donc Shiba Toriiko dont il descendait directement -mais à un degré lointain, leur demandant de lui donner la force de faire son devoir. Après cette prière, l'ofuro étant arrivé, Eien se leva, son sabre toujours à portée de main. Ensuite, il se coiffa soigneusement, avec des nattes sur le bas de son crâne, recouvertes par le reste de ses cheveux, laissés libres. Il passa ses tabi, son kote de tissu, choisit son plus beau kimono, d'un rouge sombre aux revers orange et à l'intérieur jaune d'or, le dos frappé du mon du Phénix en grand et en jaune doré, les manches s'arrêtant juste au-dessous des coudes. Eien utilisa un obi tangerine aux motifs de volutes de fumée orange brûlée, et y glissa ses sabres. Il s'assura que tout était parfaitement ajusté, que les plis étaient impeccables, puis le jeune yojimbo se rapprocha du shoji qui séparait sa chambre de celle de sa protégée.

"Je suis prêt Tessa, suivant ton bon plaisir."

Elle acquiesça. Eien demanda à ce qu'on le débarrasse de l'ofuro, puis s'agenouilla à côté de la porte de l'adolescente, s'assurant une nouvelle fois se faisant que les plis étaient sans le moindre reproche, posa son sabre à sa droite, tranchant vers l'intérieur, et attendit patiemment, comme il avait l'habitude de ce faire... Il regardait devant lui, vers l'autel sur lequel l'encens se consumait doucement, éclairant l'armure maintenant que le soleil était couché. Lorsqu'un serviteur vint chercher l'ofuro, il demanda si le jeune homme désirait un lampe. Celui-ci déclina, le regard toujours dans le vide, puis se détacha à nouveau du monde lorsque sa porte claqua doucement, la lueur rougeoyante dansant sur les plaques laquées et ciselées avec soin l'aidant à méditer...
Âme damnée d'Inigin
Maître de Shiro sano Kakita
Président de la L.V.A.D.

Image
Image

Avatar du membre
Kakita Inigin
Bureau
Bureau
Messages : 19528
Enregistré le : 30 sept. 2004, 15:09
Localisation : Entre rivière et mine
Contact :

Message par Kakita Inigin » 07 juin 2009, 08:43

Otomo Kifun allongea la main et prit un raisin gorgé de jus. Avant de le porter à sa bouche ornée d'élégantes moustaches, il demanda à son yojimbo :

- Matsu Sayashi-san, vous ai-je dis que le très glorieux et très miséricordieux Empereur avait persuadé notre hôte, Doji Satsume-sama, d'organiser un tournoi ? Je ne sais pas encore si je vais vous laisser y participer. je ne voudrais pas risquer la vie d'un samurai de valeur dans une joute de courtoisie.

Le diplomate observa le trouble sur le visage du guerrier et continua tandis qu'un faucon traversait le ciel vers l'ouest :

- Mais, bien entendu, si la daimyo de votre Famille me le demandait, nul doute que j'accepterais. Parce qu'il doit en être ainsi, bien sûr, et parce que même parmi la très pacifique Famille Otomo, le courage et la force que manifeste Tsuko-san depuis ses plus jeunes années est très admirée.

Les tours aériennes, cotonneuses de Kyuden Doji étaient en vue ; du petit cortège aux étendards verts qui précédaient le train officiel, on pouvait déjà observer les guetteurs placés sur les balcons d'une ampleur inimaginable. Le bois quittait ses assises, s'allongeait, s'allongeait, les consoles succédant aux poutres, et les poutres aux consoles, et quand l'équilibre semblait sur le point de se rompre, une nouvelle console apparaissait doublant la largeur, si bien que les lattes du plancher semblaient ne reposer sur rien.

Il semblait possible de faire manoeuvrer des escouades sur ces balcons, et jamais le vent ne les faisait osciller plus que de raison ; on disait qu'un courtisan pouvait y prendre le thé par soir de tempête, sans renverser une goutte sinon par sa propre maladresse : dans les temps anciens, on raconte que c'était un des tests du gempuku des enfants nobles, que d'y offrir une cérémonie du thé à leurs sensei. Longtemps, ce prodige avait étonné le jeune Kifun ; mais en sa vingt et unième année, il avait demandé à son sensei la raison de ce prodige et le prodige s'était évanoui aussitôt qu'il avait eu sa clef en main.

A chaque fois qu'il venait ici, à la simple vue des tours découpées comme de la dentelle dans le ciel, Kifun était pris d'un sentiment puissant, comme d'un retour chez lui ; sentiment plus fort que lorsqu'il entrait dans Otosan Uchi, ou dans le luxueux palais Otomo.

Lorsque sa troupe approcha des portes, il envoya son écuyer, Doji Agate, en avance pour l'annoncer ; les portes s'ouvrirent de telle sorte que ses porteurs n'eurent pas à ralentir, se contentant d'imprimer un balancement au palanquin lorsqu'il franchit les portes, comme pour saluer les deux gardes - ou, plus exactement, les statues d'anciens Champions qui s'élevaient de part et d'autre de l'ouverture.

- Dites-moi, Matsu Sayashi-san, votre daimyo n'a pas encore d'enfants, ce me semble ? Qui est supoposé lui succéder ?

Le palanquin, montant les pentes et franchissant les portes les unes après les autres, s'arrêta devant le dais d'accueil, face aux jardins sans pareils. Kifun attendit qu'un des daimyo de la Grue vienne l'inviter à descendre, tandis que son écuyer annonçait, dans ce beau rokugani de cour qu'il ne parlait pas mais dont Kifun l'avait forcé à apprendre des formules rituelles par coeur :

- Bénis soient les hommes de bien, car le Soleil les regarde ! Bénis soient les princes, car leurs noms sont chéris de la rayonnante Amaterasu-omikami ! Béni soit le Clan de la Grue, car Otomo Kifun-dono est dans son palais, et il apporte avec lui l'annonce de la visite du divin Hantei ! Prince parmi les princes, Secrétaire de la Gauche au Ministère du Trésor, ambassadeur de l'Empereur, accueillez le Sang de Hantei !
ImageImageImageImageImageImage

Avatar du membre
Matsu Roro
Samurai
Messages : 585
Enregistré le : 22 déc. 2007, 14:49
Localisation : Shiro Matsu, Otosan Uchi ou Kaiu Kabe selon l'humeur !

Message par Matsu Roro » 07 juin 2009, 12:11

Matsu Sayashi marchait aux côtés d'un puissant seigneur et se dirigeait vers la demeure ancestrale de ses plus farouches ennemis. Il avait le sang bouillonnant, la gorge serrée, le feu aux oreilles et ses poings se serrèrent instinctivement à la vue de Kyuden Doji.

Il se rappelait encore la façon dont on lui avait annoncé la « grande » nouvelle.
Son après-midi d'entrainement à la lutte achevé, son sensei, Matsu Kinto, l'avait convoqué à l'intendance du Shiro.
L'honorable sensei, l'attendait avec une tasse de thé et une lettre. Kinto-sama lui rappela ses faits d'armes et lui annonça que l'Empereur en remerciement de sa dévotion au Trône et de ses nombreuses batailles gagnées en son nom, lui confiait un « glorieux poste pour un glorieux évènement » : Il serait le yojimbo d'Otomo Kifun-sama, un membre de la famille Impériale, à la Cour d'Hiver !

Sayashi retourna à la réalité lorsqu'il pénétra les portes de Kyuden Doji, sous les regards fiévreux des gardes du Clan de la Grue et des statues de leurs ancêtres.

Otomo Kifun, l'Ambassadeur de l'Empereur, lui posait de son palanquin de nombreuses questions, trop de questions alors qu'il tentait de se concentrer sur son devoir et protéger cette éminente personnalité.
Il allait répondre à son nouveau maître que la succesion de son daimyo n'était pas à l'ordre du jour et qu'elle servait aujourd'hui autrement mieux l'Empereur sur les champs de batailles qu'allongée sur une couche les jambes écartées mais l'ecuyer introduit alors le Prince.

Il jeta un regard alentour et fut cerné de bleu et blanc, la fin de journée allait être longue...
Modifié en dernier par Matsu Roro le 11 juin 2009, 09:18, modifié 3 fois.
:lion: "There is no loyalty but to the Emperor. There is no honor but to die in his name."Matsu Tsuko :lion:

Soshi Yabu
Diplomate
Messages : 2452
Enregistré le : 19 juin 2004, 13:26

Message par Soshi Yabu » 08 juin 2009, 17:29

Miya Rasetsu arriva aux portes du palais aux premières lueurs du matin, porté par une superbe monture à la robe éclatante et aux parements d'or. Derrière le jeune homme, une vingtaine de serviteurs portaient les menues affaire de leur maître. De quoi tenir de manière civilisée tout l'hiver en des lieux aussi délicieux.
Il avait fait halte la veille à l'entrée de la ville pour arriver dans les meilleurs conditions possibles, dès l'apparition de dame Amaterasu dans le ciel. Il avait commencé sa journée comme toutes les autres, et avait calligraphié pendant une bonne heure les mots "grandeur" , et éclat . De quoi démarrer joliment la journée, et en donner le ton.

C'est donc bien avec grandeur et éclat qu'il fit son entrée au palais Doji. Ses serviteurs avaient bien entendu annoncé son arrivée au préalable, et le clan de la Grue ne manqua pas de le faire accueillir par un de ses nobles courtisans.
Rasetsu se sentait bien en ces lieux, qui lui rappelaient tellement la capitale impériale. Et puis, il avait eu l'occasion de courtiser quelques jeunes damoiselles, lors de cours d'hivers tenues alors qu'il n'était qu'un tout jeune suivant de la voie de Kakita, et cela lui rappelait de forts agréables souvenirs.

Sitôt installé dans ses appartements, situés dans les suites impériales, Rasetsu fit venir son homme de confiance, Miya Otojiro. Ce courtisan, encore plus jeune que lui, et vaguement lié par la parenté, avait pour mission de rassembler tous les potins les plus intéressants.


"Otojiro-san, dites moi donc ce que vous avez appris depuis hier?
_ Rasetsu-sama, pour l'instant, hormis votre oncle et votre cousin, je n'ai vu comme occupant des suites de nos familles seulement le seigneur Otomo Kifun-sama.
_ Le vieil indécis? Allons bon, nous allons devoir subir ses incessants radotages... Enfin... Et pour les autres délégations?
_ J'attends pour dans quelques heures les listes précises, seigneur. J'ai pu approcher chaque hatamoto présent, dans ce but.
_ Fort bien, alors continuez ainsi, Otojiro-san. Et Revenez me voir lorsque vous saurez."

Une fois seul, Rasetsu entra dans sa chambre, que ses serviteurs avaient entièrement préparée. Chaque chose était à sa place, et Rasetsu se félicitait d'avoir un personnel de qualité. Il ouvrit le coffre contenant ses kimonos, celui contenant ses obis, et entreprit donc de réfléchir à la tenue qu'il porterait lors de la présentation officielle.

Avatar du membre
Kakita Kyoko
Samurai
Messages : 681
Enregistré le : 20 déc. 2004, 20:40

Message par Kakita Kyoko » 08 juin 2009, 20:58

Elle avait quitté ces terres depuis si longtemps, et pourtant... La route pavée qui menait à Kyuden Doji était tout à fait comme dans son souvenir, avec les mons des Grands Clans flottant au vent le long de la voie, les kakemono annonçant que la cour d'hiver du Fils des Cieux se tenait céans cette année, et les innombrables artisans qui grouillaient tout autour du palais du Clan de la Grue pour y apporter leurs commandes.
Hida Kyoko avait rédigé de sa calligraphie soignée la lettre annonçant l'arrivée du Clan du Crabe, et envoyé un héraut choisi avec soin pour l'apporter au responsable du protocole, ainsi que le voulait la coutumes. Ses hôtes étaient bien plus tatillons que la famille Hida sur les questions d'étiquette.

Il avait fallu toute la force de persuasion de Kisada pour décider son fils à se rendre là-bas. En d'autres termes, il avait menacé (non, promis) de lui briser tous les os du corps lui-même s'il ne se décidait pas à obéir. C'est donc de très méchante humeur que Yakamo avait demandé à son karo de se charger de l'intendance. Et son humeur avait viré à l'acide depuis que le palais était en vue... quand Kyoko s'était mise en tête de le persuader que son armure devait rester dans ses coffres.
En résumé, il était tout à fait épouvantable.

La jeune femme avait mis ses plus beaux atours et passé en revue les troupes d'élite qui accompagnaient l'héritier du Clan du Crabe. L'inspection avait été impitoyable, et plus un grain de poussière ne venait perturber l'alignement parfait des étoffes. Les robes des montures, cadeau de la Licorne, luisaient sous le soleil d'hiver tandis que l'impressionnant cortège marchait en cadence vers les portes du palais de la Grue.

À sa tête, Hida Yakamo, le visage fermé. À droite du puissant guerrier, son frère cadet Sukune. À sa gauche, son karo Hida Kyoko, une place d'honneur pour un ancien membre de la famille Kakita. Le jeune homme inspire profondément en regardant les lignes élancées du kyuden pavoisé de bleu et blanc, puis se tourne vers elle.


- Tu crois que ça en vaut la peine, Kyoko ?
- Ce qui peut aider notre clan à accomplir sa tâche millénaire en vaut la peine, mon seigneur.
- J'en doute, quand je sais que pendant cinq mois, je serai ici à boire du saké et à discuter avec des courtisans alors que les miens seront en train de combattre cette engeance démoniaque ! J'enrage de devoir ronger mon frein ! Ah, la politique !
- Yakamo dono, nous en avons déjà longuement parlé. La politique et la diplomatie sont un mal nécessaire à notre devoir.
- Elle a raison, aniki. Nous devons honorer l'invitation de l'empereur.
- Je sais qu'elle a raison ! Comme d'habitude, elle a raison...

La dame à ses côtés se mit à rire, et Hida Sukune se permit un sourire amusé.

- Vous me prêtez des talents qui ne sont pas les miens, mon seigneur. Mais il me plaît de savoir que vous considérez que je suis infaillible.
- Ah, ne commence pas !
- Et puis, vous verrez... Le saké ici est d'une finesse et d'une délicatesse inoubliable. Et le flacon est toujours à la hauteur de l'ivresse.
- Je ne fais pas de poésie, Kyoko. Tu le sais, pourtant.
- Vous pensez que la poésie, comme la plupart des arts fins, ne sert à rien, et c'est pour ça que vous ne l'aimez pas.
- Dis-moi un peu à quoi ça sert de connaître l'ikebana, ou la bonne métrique du tanka, quand un rejeton essaie de te démembrer ? Hein ? Tu crois que le rejeton en a quelque chose à foutre de ta métrique et de tes pousses de bambou ?
- Il y a un temps pour chaque chose, dono. Un temps pour expliquer au rejeton la subtilité de la métrique poétique... et un temps pour éclater sa tête.

Yakamo se mit à rire et regarda son cadet.

- Il faut toujours qu'elle ait réponse à tout. C'est agaçant, tu ne trouves pas ?
- Oui, mon frère. C'est agaçant...

Les portes du kyuden étaient largement ouvertes sur l'immense cour intérieure au pavement parfaitement régulier. Les statues des anciens Champions, gardiennes marmoréennes de l'entrée pavoisée, semblaient jauger les visiteurs de leur regard froid et vide. Les samurais en armure de cérémonie, alignés dans l'enfilade, faisaient une haie d'honneur aux invités de Sa majesté pour la cour d'hiver.

Yakamo posa ses yeux gris sur les étoffes précieuses tombant en vagues de soie chamarrée des balcons, les soldats figés au garde-à-vous, les officiels chargés de recevoir les délégations, les kimonos colorés gantant les silhouettes fines des courtisanes. Il eut une moue approbatrice et lâcha, à la plus grande consternation de l'homme qui s'avançait pour les accueillir :


- Y'a pas à dire... On peut raconter tout ce qu'on veut sur le Clan de la Grue, mais on ne peut pas prétendre qu'il n'a pas le sens de la mise en scène.

Sukune eut un rire discret et Kyoko réprima un sourire. Ce n'était pas le moment de froisser les susceptibilités.

Avatar du membre
Iuchi Mushu
Shinri Historien
Messages : 1695
Enregistré le : 07 mai 2002, 23:00
Localisation : Entre le ciel et la terre
Contact :

Message par Iuchi Mushu » 08 juin 2009, 20:59

À l'heure de Shinjo, la sentinelle se frotta les yeux puis les plissa devant le char à bœuf qui venait d'apparaître sur l'imposant pont en pierre menant au kyuden, il aurait juré que l'instant d'avant il n'y avait rien.
Précédant le char, une élégante jeune femme à la longue chevelure noire s'étoilant sur un manteau de soie matelassée d'un bleu glace et au décor de vaguelettes s'avançait vers les imposantes portes de la demeure Doji. À la main, elle tenait une lanterne dont la flamme malgré le vent d'hiver ne vacillait en aucun point. Les gardes échangèrent un regard devant l'étrange cortège qui avançait mais le mon de la famille Asahina, élégamment brodé sur les pans de soie qui protégeait au regard des curieux l'hôte du char, les rassura.
Arrivée à hauteur des sentinelles, la jeune femme s'inclina fortement et d'une voix douce s'adresse à eux :

- Mon maître, l'honorable Asahina Masanari sama, dont la présence a été requise par le Champion du Fils de la Divine Déesse, sollicite son passage à la Porte de l'Obéissance au Ciel.

Baissant le regard pour ne pas croiser le sceau impérial, elle tendit au-dessus de sa tête dans une soie évanescente, l'invitation officielle qui avait été faite à son maître.
Elle attendit dans cette position que la sentinelle fasse son devoir et ne se releva que lorsque les portes du Kyuden s'ouvrirent. Elle s'inclina à envers chacun des hommes en les remerciant au nom de son maître et s’avança.
La lanterne au bout de ses doigts fins, elle précéda le char dans la cour jusqu'à la grande volée de marches. Sans qu’elle ait prononcé un mot, le boeuf s'arrêta. Elle se déplaça jusqu'à l'arrière du char pour soulever la soie matelassée et permettre à son maître de sortir. Un jeune homme d'environ 17 ans dans des habits de Cour d’une élégance irréprochable , la coiffe noire officielle de sa charge posée sur ses cheveux strictement tirés quitta son abri de voyage.

- Délicieuse Ka, voici la fin de notre voyage.

Le shugenja leva ses yeux rieurs sur le chemin de garde.

- Tu as encore joué de ton charme.

La jeune fille baissa les yeux timidement

- Les yeux de ces pauvres jeunes gens sont tombés à tes pieds.
- Veuillez pardonner ma négligence Mon Seigneur, la nature a oublié de m'enlaidir ce matin.

Le shugenja se mit à rire d'un rire cristallin et lui sourit

- Même la nature ne saurait s'engager à une tâche aussi ardue, chère Ka surtout en une seule journée.
Viens, entrons. Veux-tu ?

Ils gravirent solennellement les marches qui menaient aux nuages du royaume
"Ceux qui n'oublient pas le passé, sont maîtres de l'avenir" (Sima Qian)

Avatar du membre
Kakita Yuki
Akindo
Messages : 43
Enregistré le : 31 mai 2009, 18:46

Message par Kakita Yuki » 09 juin 2009, 17:22

Alors que partout dans le palais, les serviteurs allaient et venaient, pressant le pas, s’agenouillant autant que possible lorsqu’ils rencontraient un des invités, la sérénité régnait. Les délégations arrivaient les unes après les autres, ne laissant aucuns répits aux hôtes. A la surprise de tous, ce n’était pas Doji Satsume qui recevait les invités de marque, mais son fils, Doji Hoturi.
Celui-ci, dans un magnifique kimono bleu clair, aux revers argentés, le mon du clan de la grue dans le dos, se courbait devant les invités et leurs souhaitait la bienvenue. Et il en fit de même pour Otomo Kifun.

- Kifun-sama. Je suis bien heureux de vous voir arrivé, encore que, à voir qui vous accompagne, je me doute que le voyage à du être paisible.

Il esquissa un sourire au lion qui accompagnait Kifun, et invita l’Otomo à descendre de son palanquin.

- Je suis étonné de constater que vous ne voyagez pas avec le fils des cieux, Kifun-sama. Il est rare de voir que ce n’est pas un Miya qui apporte la nouvelle de l’arrivé de l’Empereur d’Emeraude. Laissez moi vous accompagner moi-même jusqu'à vos appartement. Nos serviteur ferons suivre vos affaires.

D’un geste ample, il indiqua le chemin à son invité. Tout en continuant la conversation.

- Satsume-sama s’excuse de son absence. Quelques importantes affaires à régler avant l’arrivé du Fils des Cieux. Tout doit être parfait, n’est-ce pas, Kifun-sama ?

Très vite, ils arrivèrent aux appartements impériaux, où déjà attendais les affaires du vieil homme. Hoturi posa nombre de question de courtoisie, avant de le laisser se reposer, où organiser ses appartements comme bon lui semblait, sans oublier de lui promettre de converser un peu plus tard, lors du repas d’accueil, en soirée.


Non loin de là, aux portes de Kyuden Doji, l’arrivée de la délégation Licorne attire les regards de tous. Otaku Kamoko et Moto Terumori, sur leurs magnifiques destriers, accompagné de nombreux serviteur, paradaient presque devant les gardes de l’entrée du palais. Une jeune femme, à cheval au coté de Kamoko, posa pied à terre, et s’approcha près des gardes, papier en main. Très discrètement, après l’approbation de ceux-ci, les deux daimyos pénétrèrent dans les jardins, sans quitter leurs chevaux.

Puis la nuit arriva, et avec elle, un vent glacial souffla contre les murs du palais. Une heure passa ensuite, avant que les serviteurs Doji annonce aux invités qu’ils sont conviés à un repas tous ensemble, dans la salle de réception du Kyuden.

Tous les invités n’étaient certes pas encore arrivé, pas même le plus attendu de tous, l’Empereur en personne, mais l’Hiver n’était pas encore arrivé non plus…
Membre de la L.V.A.D.

Image

Avatar du membre
Kakita Sojiro
Diplomate
Messages : 2126
Enregistré le : 11 nov. 2005, 20:55
Localisation : Pontault-Combault (77)
Contact :

Message par Kakita Sojiro » 09 juin 2009, 17:38

Les deux Phénix étaient arrivés peu avant le coucher du soleil ; lorsque le serviteur s'éclipsa, Eien se releva sans s'aider des mains malgré le long moment qu'il avait passé en seiza, pendant que Tessa se préparait... comme toujours, elle prenait son temps ; le yojimbo se l'imaginait sans peine se peigner avec soin, choisir sa tenue, son parfum... Il l'appela doucement :

"Nous sommes conviés au repas de ce soir.
- Repas d'hospitalité ou repas officiel ?
- Je ne sais pas.
- Bon."

Il devina sans peine une moue boudeuse qui avait pris possession du joli visage, et le sourire qu'il retint ne put s'empêcher d'apparaitre lorsqu'elle ouvrit le shoji de sa chambre, se montrant à la vue de son yojimbo. Vêtue de plusieurs couches de kimonos de soie jaune, orange et rouge, aux superbes motifs de flammes douces plutôt qu'aggressives, retenus avec un obi noué avec soin -le nœud d'une célibataire- qui était d'un jaune très pâle, des pétales de rose dessinés avec force détails. Elle avait son wakisashi glissé dans son obi, au fourreau et à la fusée rouge-orangé, à la garde dorée. Elle tournoya sur elle-même, faisant voler sa longue tresse argentée, ses manches très amples qui insistaient sur son statut de jeune femme à marier, le bas de ses kimonos. Eien put distinguer les longues tabi de soie, remontant sur ses cuisses, qu'elle avait acheté à Otosan Uchi. Tessa souriait elle aussi, heureuse et excitée comme une petite fille qui allait fêter son anniversaire.

"Comment tu me trouves ?
-Délicieuse. Comme toujours."

Elle rougit joliment, puis sortit de la suite d'un pas conquérant. Eien sentit la délicate odeur de cerise qui l'accompagnait, un parfum qu'il adorait sentir sur elle, puis la suivit à pas comptés, ses yeux voltigeant de par et d'autre. Il remarqua doucement :

"C'est une démarche qui ne convient guère à une jeune femme."

Tessa hocha la tête et réduisit son pas, correspondant davantage à ce qu'on attendait d'elle. Ils n'eurent pas le plaisir de croiser l'entremetteur qu'ils devaient voir, Doji Kariko, avant d'arriver à la salle de réception...
Âme damnée d'Inigin
Maître de Shiro sano Kakita
Président de la L.V.A.D.

Image
Image

Avatar du membre
Kakita Kyoko
Samurai
Messages : 681
Enregistré le : 20 déc. 2004, 20:40

Message par Kakita Kyoko » 09 juin 2009, 22:56

Hida Yakamo suivit des yeux le daimyo de la famille Doji qui s'éloignait en compagnie de l'impérial, et le gris vira à l'orage.

- Tu peux me dire à quoi il joue, le demeuré ?
- Je crois que c'est ce qu'il cherche, mon seigneur. Le conflit.
- Je te le dis, Kyoko. Ça commence très mal.
- Je vous suggère de ne pas répondre à la provocation, cette attitude n'est pas innocente et je pense que nous aurons rapidement la raison d'une telle attitude.
- Si tu le dis. Bon, allons profiter de l'hospitalité de notre hôte, à défaut de bénéficier de ses bonnes manières. Elles sont réservées à ceux qu'il estime digne de sa salive. Et sachant ce que je pense de sa salive, je suis plutôt content qu'il ne me parle pas. Il se pourrait que je lui retourne le compliment.

Son karo ne répondit pas et se chargea de superviser l'installation de la délégation de son Clan dans les quartiers qui lui étaient réservés. Leur séjour ne commençait pas très bien, à en juger par l'attitude à la limite de l'insulte de Doji Hoturi.
Pourtant, elle put constater que leurs appartements étaient bien situés dans le palais. Des pièces vastes et claires une des plus belles vues sur les jardins, du moins de son point de vue, un accès facile au dojo, une décoration simple et de bon goût.


- Ah non ! Bon sang, ils veulent déjà m'assommer avec leur dîner officiel !
- Il est normal qu'un dîner ait lieu pour l'arrivée des délégations, mon seigneur. Nous nous devons de lui faire honneur pour son hospitalité, et en tant qu'hôte du palais d'hiver de Sa Majesté.
- Tu parles... J'écraserai sa tête sur un parquet, je te le dis, un jour ou l'autre.
- Oui, dono.

La jeune femme laissa son seigneur se préparer pour la réception, elle avait suffisamment à faire pour aplanir les difficultés et s'assurer que tout allait bien. Au vu de l'humeur de Yakamo, la soirée s'annonçait difficile et l'ennemi sournois –selon sa propre expression– ne s'était pas encore montré. Lorsque le Clan du Scorpion entrerait dans la danse, cela deviendrait encore plus compliqué.
En attendant, un choix déchirant s'offrait à elle tandis que son regard bleu parcourait les étoffes devant elle...
Le bleu ou le gris ?

Avatar du membre
Matsu Roro
Samurai
Messages : 585
Enregistré le : 22 déc. 2007, 14:49
Localisation : Shiro Matsu, Otosan Uchi ou Kaiu Kabe selon l'humeur !

Message par Matsu Roro » 11 juin 2009, 09:15

Otomo Kifun s'était retiré avec sa suite et ses conseillers dans ses appartements privés afin de préparer l'arrivée du Fils du Ciel. Le Ministre avait signifié à son garde du corps qu'il pouvait prendre possession de sa chambre pour quelques heures afin de se changer et de se préparer pour le repas d'accueil.
Sayashi avait refusé d'abandonner son poste. Le Prince employa alors de nombreux arguments comme la proximité des gardes impériaux, le fait que les shugenja avaient déjà pris moults précautions pour l'arrivée de l'Empereur, que sa Personne logeait dans les appartements impériaux au sein du palais du clan de la Grue et finit même par faire remarquer que la tenue de voyage du yojimbo était devenue légèrement déplacée depuis leur entrée au Palais, finissant ainsi part faire céder le brave samurai du clan du Lion.

C'est d'un pas décidé que Sayashi se dirigea vers ses quartiers quand il fut frappé par la magnificence du lieu. Tout le palais n'était que richesse et beauté: l'architecture, les jardins, la position du Kyuden dominant la cité portuaire et cette étendue d'eau bleue, l'Océan.
Il resta interdit un instant devant un vol majestueux de grues blanches et cendrées puis secoua la tête avec un sourire moqueur...voilà qu'il se laissait distraire par des volatiles !
Il eu soudain un haut le coeur alors qu'il traversa la cour bondée et il grimaça lorsque le vent charia à ses narines cette odeur si particulière qu'il detestait tant: les chevaux.
Le clan de la Licorne arrivait et ces barbares ne démontèrent même pas à l'entrée du Kyuden...

Quelques instant plus tard, le Lion Sanglant, ouvrit le shoji de sa chambre et fut satisfait de trouver une pièce bien agencée, éclairée correctement et préparée par son jeune et unique serviteur, Akiro.
Celui-ci avait poli et rangé son armure de cérémonie, préparé le ratelier, déplié l'autel de campagne que Sayashi emenait toujours avec lui et allumé l'encens.
Il ne restait plus qu'à se préparer pour le dîner et savoir si la délégation du Lion était arrivée et où elle se trouvait. Il éspérait trouver Ikoma Ujiaki, le seul homme capable de lui donner quelques conseils avisés sur l'étiquette et les dangers de la cour.
En se préparant Sayashi repensa à Doji Hoturi et fut surpris de ne pas avoir essuyé un sous-entendu ou une insulte voilée à son arrivé. Il avait encore une ou deux choses à apprendre de ses ennemis ou à se méfier encore plus d'eux...

Après une série d' exercices et un bain chaud, Sayashi avait revêtu ses plus beaux habits.
Il portait un hakama ocre dans lequel les interstices étaient brodés de brocarts d'or et d'argent, son haori marron portait les mon du clan du Lion et de la famille Matsu, la couleur des manches était un subtil dégradé de brun et dans le dos était peint la célébre bataille du Cerf Blanc avec Matsu Zaruko, la Lionne Blanche, ralliant les troupes de l'Empereur. Mal à l'aise dans cet habit ridicule Sayashi demanda :


- Comment me trouves tu, Akiro ?

Le jeune Akiro ouvrit grands ses yeux et s'inclina théatralement


- Vous êtes un astre lumineux monseigneur, toutes les jeunes filles célibataires n'auront d'yeux que pour vous et vos ennemis seront totalement éblouis !

Sayashi grogna et s'approcha aussitôt du jeune insolant en leva la main vers lui mais s'arrêta dans son élan. Cela était inutile car de toute façon il n'arrivait jamais à corriger le gamin, celui ci faisait très bien son travail et était un modèle d'efficacité. Il vociféra et fusilla des yeux son serviteur qui restait incliné.

- Merci Akiro.

Puis Sayashi s'inclina une dernière fois devant l'autel de ses ancêtres puis repartit en direction des quartiers d'Otomo Kifun.

Akiro se redressa et souffla en se passant la main sur le front. Il se demanda ce que cela aurait été si son maitre avait vu le paravent qui ornait la pièce un peu avant son arrivée. Le paravent était somptueux à ce détail près qu'il représentait Kakita terrassant la noble Dame Matsu sous les Yeux d'Hanteï et de Dame Doji !
Modifié en dernier par Matsu Roro le 12 juin 2009, 12:28, modifié 1 fois.
:lion: "There is no loyalty but to the Emperor. There is no honor but to die in his name."Matsu Tsuko :lion:

Avatar du membre
Kuni Ling Wu
Eta
Messages : 6
Enregistré le : 11 juin 2009, 09:50

Message par Kuni Ling Wu » 11 juin 2009, 13:52

Arrivée quelques jours avant le début officiel de l’accueil des invités Kuni Ling Wu s’était réfugiée dans une auberge modeste de la cité bordant Kyuden Doji.

En fille d’itinérant elle avait eu la bonne idée de prévois son voyage à temps, en effet depuis son fief aux frontières des Clan du Crabe et du Moineau le trajet avait pris une semaine de plus que normalement nécessaire.

Semaine perdue non loin de Shiro Matsu à attendre que la rivière soit franchissable après la pluie. Elle avait patienté dans une ferme auberge et y avait croisé un rônin et son épouse, restant à distance du couple elle les avait observé.

Une fois dans la cité Doji, Ling Wu tenta de trouver de quoi faire bonne figure auprès des nobles. Elle trouva un kimono de soie d’assez jolie coupe et à la couleur bleue marine relevé de cerisiers brodés en fil d’argent.

Cependant sa petite taille l’obligea à demander une retouche. Le tailleur lui promit qu’il serait prêt dans une semaine, soit deux jours après l’accueil. Ling Wu se contenta donc d’une parure moins belle pour ses premiers jours d’apparition.

Elle se procura aussi deux nouvelles écharpes au mon de son fief, de sa famille et de son clan. Un Crabe, les pinces rouge croisées des Kuni et l’écrevisse rouge sur fond bleu.

Ainsi elle observa l’arrivée des invités de marque, s’étant renseignée elle su que son rang ne lui permettait pas de se présenter avant les plus nobles ainsi que la délégation officielle de son clan.

C’est donc bonne dernière qu’elle se présenta aux portes du palais.

Son air ferme et son attitude droite comme un yari durent impressionner les gardes car ce ne fut qu’au milieu du parvis que son invitation lui fut demandée.


- Veuillez présenter mes respects au seigneur du lieu.
- Bien Ma Dame. Vous serez logé dans les pavillons de l’Ouest, ce sont les grandes tentes installées là bas.
L’homme indiqua un village de toile planté dans ce qui devait être en temps normal un champ de tir. Et en temps de cour la résidence des invités de moindre rang.

Ling Wu remercia l’homme et ajouta :

- Pouvez vous m’indiquer où est logée la délégation du Clan du Crabe ?
- Bien sur, ils sont logés au premier étage du bâtiment principal, comme toutes les délégations des Clans Majeurs.

La tente attendrait, Ling Wu se dirigea vers les appartements de ses seigneurs.
Avatar de Tetsuo dans la Partie : Un Chrysanthème en Hiver.

Verrouillé