[Commun][RP]2.0 Voyage vers Kyuden Seppun

"Complots et cabales sous Hantei IV, vus par des enfants".

Modérateurs : Magistrats de Jade, Historiens de la Shinri

Verrouillé
Avatar du membre
Kakita Inigin
Bureau
Bureau
Messages : 19596
Enregistré le : 30 sept. 2004, 15:09
Localisation : Entre rivière et mine
Contact :

[Commun][RP]2.0 Voyage vers Kyuden Seppun

Message par Kakita Inigin » 16 août 2005, 06:39

Deuxième jour du onzième mois. Kyuden Hida.

Au petit matin, après un réveil très avancé et des exercices quotidiens rapidement expédiés par des sensei inhabituellement ouverts à la fatigue des plus jeunes novices de l’Ecole, la famille Hida se réunit dans l’avant-dernière cour, au pied de l’escalier vertigineux qui menait devant la porte de la dernière cour, au sommet d’un piton rocheux qui dominait la désolation Kuni. Ils descendirent tranquillement les escaliers zigzaguant entre les murailles, dans une brume matinale qui étouffait le chuchotement métallique de leurs pas, et arrivèrent devant la grande porte de Kyuden Hida, surmontée du crâne de l’oni Mangeur.
Là les attendaient trois grands palanquins renforcés, à doubles parois de bois, à plafond en triple épaisseur, à piliers de soutins trop bas pour laisser passer des assaillants dessous, à portières déroulantes de plaques de métal protégées de pare-flèches, à l’intérieur matelassé et garni de naginata, et protégées par des kami de l’Eau. Ces caisses de protection étaient considérées comme le moyen de communication le plus sûr de l’Empire, et seuls les Clans de la Grue et du Scorpion en construisaient. Lorsque la Grue en avait offert trois au mariage de Osano-wo, les villages entourant Kyuden Daidoji avaient été brûlés dans la semaine par les Hida, en réponse à cette insulte intolérable. Aujourd’hui Hida Ederi les utilisait pour assurer la sécurité de sa famille, au grand amusement de l’ambassadeur du Clan du Lion qui partait avec eux, étant rappelé et nommé à Otosan Uchi.
_ Quel équipement, Ederi-daimyo ! Les gardes de la Famille Bayushi vont en faire une indigestion ! remarqua-t-il joyeusement.
_ Qu’ils en crèvent ! Comme toute leur sale engeance ! Sauf Bayushi Rukusan-san, bien entendu, ajouta-t-il en voyant le regard de Matsu Kateriko.
_ Je préfère. En voiture, mes enfants ! La route sera longue et nous n’avons pas de temps à perdre à baguenauder.
Les litières étaient suffisamment vastes pour qu’on y ait mis quatre sièges adaptés à des armures lourdes, fixés au plancher par des chevilles de bois. A peine les bagages chargés et les illustres voyageurs assis, déjà la port s’ouvrait et Hida Ederi la franchissait à cheval, tandis que les seize mules des montagnes portant les litières s’ébranlaient nerveusement. Après quelques instants sur le pont qui liait la forteresse au reste de l’Empire, il fut rejoint par la voiture de Matsu Kateriko, qui voyageait avec Ikoma Gujino-san et Hida Tabetsu. Dans la voiture suivante étaient Hida Ranoma, Hida Kozakura et le tout jeune Hida Rokumasa, accompagnés d’un garde Hida, dans la troisième Kuni Ushita, Hida Nashiko et deux gardes monolithiques qui étaient des neveux du daimyo de la Famille Kuni, issus d’un mariage entre une Akodo garçon manqué et un seigneur Kuni porté sur les alcools forts et les kimonos élégants, et qui avait donné six enfants à son Clan avant de tomber accidentellement de la Muraille. Ils étaient de robustes gaillards, et des cousins de Kuni Ushita à la mode du Clan du Dragon.

Le cortège s'ébranla, laissant derrière lui les hautes murailles de Kyuden Hida.

Sommet d’aube noire
Qui deviendra tantôt blanche
Je reprends la route
ImageImageImageImageImageImage

Avatar du membre
Kakita Inigin
Bureau
Bureau
Messages : 19596
Enregistré le : 30 sept. 2004, 15:09
Localisation : Entre rivière et mine
Contact :

Message par Kakita Inigin » 22 août 2005, 06:22

Troisième jour du onzième mois

Le troisième jour, les frontières du Clan du Crabe étaient franchies ; le convoi traversait une zone mal contrôlée, où ni les razzias des guerriers du Crabe, ni les fortes opérations de maintien de l’ordre des Scorpions n’avaient pu mettre fin aux trafics, truandages, exactions de toutes sortes qui permettaient à un ensemble de villages ronin de survivre. Bien sûr les tribus de Nezumi qui y vivaient se réfugiaient sur les terres du Crabe lors des invasions du Scorpion ; et, même si cela n’était pas prouvé, les pires équipes de contrebandiers avaient souvent l’air au courant des opérations de police des Hiruma.
Au soir, après une journée de routes de caillasse et de trous, qui faisaient lourdement tanguer les litières et avaient déjà provoqués un changement de mule, le cortège arriva près d’un petit bois qui était jadis une extension de Shinomen Mori, mais que les coupes dues à l’installation d’un éphémère campement de Lions avaient détaché définitivement de la grande forêt.
Après l’installation du campement, un éclaireur vint soudainement s’entretenir avec le Champion, lui indiquant un petit bosquet à l’écart entouré, ô curiosité dans ce terrain broussailleux, d’un carré d’herbe rase et de rochers bleus vaguement réguliers.
Après y être allé, Ederi revint pour appeler ses enfants.
_ Venez par là ; c’est un sanctuaire dédié à un kami de la Terre.
Près d’un gros rocher couché entouré de mousses, de longues rayures de sable blanc indiquaient un entretien quotidien par des prêtres compétents, ce qui ne manquait pas de détonner dans ce paysage chaotique. Des stèles funéraires couronnées de mempo de guerre entouraient le monolithe. Ederi expliqua :
_ Ce rocher a été le dernier compagnon d’un moine rônin, qui venait s’y recueillir, et qui y a été enseveli. Puis, voyant l’air inattentif du petit Hida Rokumasa, il rajouta :
_ On raconte aussi qu’une épée enchantée y a été fichée par ce même moine, afin que l’arme terriblene puisse faire le mal. Le rocher, afin d’assurer la disparition de l’épée, s’est alors retournée, afin d’enterrer la terrible menace sous la terre.
_ mais, père, quelle était la menace représentée par’ cette arme ?
_ On dit qu’elle était maudite : quiconque la prenait en main, y compris le plus doux des bergers, devenait un assassin sans pitié.
_ On dit aussi, rajouta Matsu Kateriko qui était arrivée sans bruit, qu’un guerrier du nom de Matsu Iriu la brandit pour le bien et pour protéger un innocent village de heimin, et qu’il fut le dernier à s’en servir.
_ Oui, cela est exact. Depuis ce jour de nombreux ronin et même de bons samourai se sont fait enterrer aux côtés de cette pierre ... La leçon que vous devez en retenir, rajouta-t-il, c’est qu’une lame peut faire le bien comme le mal, et que la seule chose qui sépare Fu Leng D’Amaterasu, c’est la pureté du samourai. A présent, allons manger.
Le petit groupe se retourna vers le camp qu’installaient les bushi rapidement dans le froid silence de novembre.


Post que j'aurais du mettre dimanche soir - mais pas internet à la maison.
ImageImageImageImageImageImage

Avatar du membre
Kakita Inigin
Bureau
Bureau
Messages : 19596
Enregistré le : 30 sept. 2004, 15:09
Localisation : Entre rivière et mine
Contact :

Message par Kakita Inigin » 23 août 2005, 11:36

Le cinquième jour, alors que les frontières du Clan du scorpion étaient toutes proches, les éclaireurs signalèrent la sécurité que pouvait apporter un petit bois ; l’armée s’y rendit donc, et fit une courte halte, afin de laisser souffler les mules (qui n’en avaient au reste pas vraiment besoin) et les samourai,qui devaient faire bonne impression à la frontière.
_ Même si nous sommes les gardiens de l’Empire, et que nous méprisons l’apparence comme superfétatoire, nous devons nous rappeler que pour les Scorpions, l’apparence est très importante. Les Doji estiment même la valeur d’un guerrier à la beauté de son vêtement. Ne soyons pas négligés. Ils pourraient en déduire que nos ressources sont en déclin et nous mépriseraient davantage. Mes filles.
Il se rapprocha d’elles, et attendait que ses gardes se soient un peu éloignés.
_ A partir de maintenant, nous devons présenter un front uni, de solidité et de force. Ne vous chamaillez plus. Adoptez en permanence une attitude digne de notre Clan. Et, si quelqu’un vous semble mettre en doute votre honneur, n’oubliez jamais la chose suivante : ce peut être un piège. Il regarda ses deux filles attentivement, sa main gauche serrée sur la garde de l’épée des Tempêtes.
_ Oui, père, répondit lentement Nashiko.
_ Si un Scorpion ou un Grue laisse tomber de sa bouche sournoise le moindre mot qui puisse vous faire réagir en tirant l’épée, sachez que c’est l’objectif : ils vous piègent. Ne répondez pas. Vous êtes des enfants : tant que vous n’aurez pas passé votre gemppuku, c’est moi qui suis responsable de votre conduite. Et je vous ordonne, je vous ordonne, en tant que père et que daimyo, de ne pas répondre. Laissez vos gardes répondre pour moi.
Un sourire carnassier ouvrit sa bouche.
_ Laissez ces courtisans aboyer, et nos gardes répondre, et je vous assure que l’honneur du Clan en sortira sans tache.
_ Sans tache ! Tache de boue ! Boue d’hiver ! Hiver au Palais ! Palais de l’Empereur ! Empereur du Jour et de la Nuit ! Nuit d’amour ! Amour des jardins ! Jardins d’hiver ! Hiver meurtri...
La voix qui venait de clamer ces paroles était criarde, semblait venir de partout, du sol, des arbres, du ciel dont on apercevait des débris minuscules pendus aux branches. Après un instant d’indécision, les bushi se mirent à rechercher sa source, fouillant les buissons de leurs armes, tandis qu’une poignée d’entre eux entourait les daimyos.
Pendant quelques longues minutes, elle demeura introuvable ; puis un trait noir fusa d’un arbre jusqu’à un autre plus près, et tous purent admirer un corbeau noir de belle taille, presque un aigle, qui regardait Hida Ederi de tous ses yeux ... verts. Ederi lui adressa alors la parole, et s’engagea alors un dialogue étrange :
_ Tu as de bien beaux yeux, ami corbeau.
_ Je te retourne le compliment. Tu as de bien belles armes, ami guerrier. Et de bien belles filles, si ce sont les tiennes.
_ J’aimerais rencontrer les tiennes. Est-ce toi qui as appelé le nom de l’Empereur ?
_ L’ai-je fait ? Peut-être bien, en effet. Mais Shinsei dit que les mots ne sont que des courants d’air ...
_ Es-tu si vieux que tu aies connu Shinsei ?
_ Es-tu si jeune que tu n’aies pas appris à lire ? Ses écrits voyagent à la vitesse du vent qui dérange les rouleaux de parchemins.
_ Kenku-san, m’accompagneras-tu à la cour de l’Empereur ? il y a longtemps qu’aucun membre de ta race n’y est venu.
_ Hida Ederi-sama, est-ce un honneur que tu fais à ma race en m’invitant aux noces du fils du Champion du Clan de la Grue ... qui est ton ennemi ?
Quelques gardes rirent, puis se turent en regardant leur daimyo.
_ Kenku-san tu es bien informé ... mais c’est tout de même la cour de l’Empereur.
_ Je viendrai ... car c’est exact. Mais seulement si l’un de tes beaux enfants accepte de me porter, car la route est longue jusqu’au but de ton voyage. Ah il est bien regrettable que le Palais d’Hiver n’aie pas lieu à Kyuden Bayushi, comme la dernière fois.
Kateriko, qui déjà se détournait, regarda vivement l’oiseau.
_ Y as-tu assisté ? Il s’est déroulé il y a plus de deux siècles !
_ J’y étais. Hida le Grand aussi, du reste. Qui me prêtera son épaule ?
Le sang de Kozakura ne fit qu'un tour! Elle tapota la tête d'Ookami afin que celui-ci ne bouge pas puis leva le bras expressement.
_ Moi j'aimerais bien! cria-t-elle avant de rougir comme une pivoine quand tout le monde se retourna. L'oiseau ... la bête ... la créture ... le kenku l'intimidait un peu mais vaincre sa peur n'était-il pas la marque du samourai ?
Alors le kenku vola jusqu’au perchoir ainsi proposé et s’y installa, murmurant :
_ Parmi les miens, on me nomme Kenishi-sensei.
_ Je m'appelle Kozakura, répondit-elle hésitante. Parmi les miens on me nomme Petite furie, ajouta-t-elle en souriant.

Quelques dizaines de minutes plus tard, la troupe parvint à la frontierre des terres du Scorpion, ou des gardes étincelants en armures noires et rouges contrôlèrent leurs identités avec méthode et … beaucoup d’onctuosité dans la voix, lorsqu’ils parlaient à Tabetsu.
_ Et où allez-vous, seigneur Hida ?
_ Au palais de l’Empereur, Scorpion.
_ Ah oui, bien sûr … et ces samourai vous accompagnent ?
_ Evidemment.
_ C’est qu’ils sont si nombreux … Assurément vous n’avez pas besoin de tant de samourai chez l’Empereur ?
_ Tu discutes la décision de mon daimyo ?
_ Non certes … ce n’est pas notre rôle, mais enfin …
_ Pouvons-nous passer ?
Le garde resta un instant immobile, puis s’écarta lentement.
_ Vos laissez-passer sont réguliers. Mais si vous me permettez une question …
_ Et bien ?
_ A quoi sert l’armée qui vous suit à seize heures d’écart ?
Hida Tabetsu regarda le garde, puis lui répondit sèchement en faisant avancer sa monture :
_ Débrouillez-vous pour qu’elle ne perde pas de temps à cette frontière. Le commandant qui est à leur tête est moins patient que moi. Beaucoup moins.
Modifié en dernier par Kakita Inigin le 15 sept. 2005, 17:00, modifié 3 fois.
ImageImageImageImageImageImage

Avatar du membre
Hida Koan
Bureau
Bureau
Messages : 9940
Enregistré le : 01 juil. 2003, 12:18
Localisation : LE PIN (77181)

Message par Hida Koan » 31 août 2005, 09:00

Troisième jour

C'était déjà le troisième jour de voyage... Et ce n'était pas bien palpitant. Les entrainement du matin cassaient un peu la monotonie de la route mais sinon les déplacements en palanquin étaient très ennuyeux. Kozakura se rappelaient bêtement combien elle avait été enthousiaste à l'idée de ce voyage... car elle pensait le faire à poney! C'était Sowasowa qui était déçu: c'était son poney. Elle n'avait pas lésiné à le préparer pourtant. Enfin bon, elle n'y pouvait rien.

La journée elle parlait avec Ranoma de choses et d'autres, mais la plupart du temps son frère semblait absorbé dans de sérieuses considérations. Kozakura était sûre qu'il pensait à son avenir. Quoiqu'il en soit elle avait eu grandement le temps d'examiner Chikara. Elle n'avait pas encore osé demander si elle pouvait la toucher... Elle doutait de la réponse. En tous cas elle était très belle. Puis finalement elle allait quand même bien à Ranoma, même si elle avait l'habitude de la voir au côté de Père.

Le soir elle mangeait, inspectait un peu les environs et jouait quelques minutes avec Rokumasa, qui était de loin le plus amusant de sa fratrie. Elle n'avait toujours pas reparlé vraiment à Nashiko. Ses parents en paraissaient irrités mais sa soeur n'était pas spécialement bavarde, toute engoncée qu'elle était dans ses angoisses et surtout sa petite supériorité se disait Kozakura.

Quand vint le crépuscule du troisième jour, la petite fille observa soudain quelque chose d'intéressant... Un petit autel était construit à l'orée du bois, simple tache de sable blanc entourée de cailloux bleutés, qui selon les dires des ainés gardait en son sein une terrible épée. Kozakura irait bien jeter un oeil si elle pouvait. Alors qu'elle ne fut pas sa surprise de voir, la nuit tombée, son frère s'étendre là!

Tant pis, je vais attendre qu'il dorme pour aller fureter se dit-elle.

Suite dans [Commun][RP] 2.1 Le sanctuaire
Modifié en dernier par Hida Koan le 12 sept. 2005, 14:29, modifié 1 fois.
Flood Thunder - Koan jin'rai
Mille ans pour régner
L'éternité pour briller
Ma vie pour servir

Avatar du membre
Hida Koan
Bureau
Bureau
Messages : 9940
Enregistré le : 01 juil. 2003, 12:18
Localisation : LE PIN (77181)

Message par Hida Koan » 31 août 2005, 09:17

Quatrième jour

Les oiseaux piaillaient déjà à l'extérieur. Comme en souvenir de la nuit passé, les cailloux s'enfonçaient dans le dos de la petite fille comme pour lui faire comprendre que maintenant qu'elle avait eu conscience d'eux, ils ne se feraient plus oublier! Des souvenirs de roche, de terre et d'animaux dansaient dans l'esprit embrouillé de Kozakura... Mais c'était très beau...

[...]

A l'aube Kozakura ouvrit des yeux embués, elle avait un peu veillé la nuit dernière. Nashiko n'était déjà plus là. A croire qu'elle dormait sur un lit d'oursins pour être sûre de mal dormir et de ne pas rater le lever de Dame Amaterasu... Elle, elle aurait bien aimé dormir encore un peu mais déjà dehors s'affairaient les soldats en vue de l'entrainement proche.

Kozakura mit le nez dehors, les cheveux encore en bataille. Le garde près de son couchage la regarda de toute sa hauteur et sourit. La petite fille se hâta de rentrer "à l'abri", ceignit un kimono approprié, attacha tout de même Uchitsukeru à sa ceinture, et avant de sortir s'attacha les cheveux bien serré.

Beaucoup de bushi était déjà en rang d'oignon sur l'espace dégagé et attendait afin de commencer leurs mouvements précis que tout le monde soit bien en place. Kozakura se mit à l'extrémité d'une rangée. Son plus proche voisin était un grand guerrier Hida, aux muscles bien dessinés, à la mine assez renfrognée, une cicatrice marquée lui barrant la joue gauche. Ses longs cheveux noirs étaient attachés en queue de cheval. Il avait l'air concentré mais il sourit à la petite fille. Malgré son visage peu avenant Kozakura savait, pour lui avoir adresser la parole une ou deux fois, qu'il était très sympatique.

Un peu plus loin, un chien assez grand et blanc, bardé d'une armure de cuir souple regardait dans leur direction, semblant simplement attendre que son maître en ait fini avec ses gesticulations matinales. Kozakura regarda, le chien longuement puis le maître. Celui-ci se pencha beaucoup pour arriver tout près du visage de la petite fille... "Il s'appelle Ookami, il est très gentil. Tu pourras l'approcher si tu veux après." Kozakura regarda le grand jeune homme devant elle, dans les yeux, alors peut-être même que la bienséance le lui interdisait. "Je m'appelle Koan" lui souffla-t-il avant de reprendre sa position initiale puisque l'entrainement commençait...

Kozakura suivit l'entrainement assiduement, essayant autant que faire se peu de calquer ses mouvements sur ceux de son voisin, qui contrairement à elle avait l'air parfaitement entrainé. Juste à la fin des exercices, elle se précipita vers le grand chien blanc. Ce dernier, sous le regard attentif de son maître ne bougea pas d'un poil. Commençant à le caresser gentillement Kozakura se dit que si cela devait continuer à être si ennuyeux, elle était bien contente de connaître Ookami...

[...]

Une fois dans le palanquin avec son grand frère, Kozakura ne prit pas la peine d'évoquer son escapade nocturne. Elle regarda simplement Ranoma, lui sourit et s'assit.


[Koan]NB: désolée... j'ai pas résisté ;).
[Inigin] Aucun problème. Corrigé.
Modifié en dernier par Hida Koan le 27 sept. 2005, 15:43, modifié 1 fois.
Flood Thunder - Koan jin'rai
Mille ans pour régner
L'éternité pour briller
Ma vie pour servir

Avatar du membre
Hida Koan
Bureau
Bureau
Messages : 9940
Enregistré le : 01 juil. 2003, 12:18
Localisation : LE PIN (77181)

Message par Hida Koan » 31 août 2005, 09:32

Cinquième jour

Depuis qu'elle pouvait jouer avec le chien Kozakura attendait encore plus les haltes de son palanquin. Ce jour là, son père leur fit un sermon sur l'unité de la famille... Tu parles, Nashiko ne lui parlait même pas... Kozakura écoutait distraitement. Une insulte! Une insulte et ne rien faire! Jamais de la vie! Gratouillant les oreilles de son nouvel ami, elle pensa que si elle ne faisait rien, peut-être le chien s'en chargerait... Et ça ce serait encore plus amusant que de laisser un garde répondre.

La petite fille souriait à cette idée quand retentit la voix étrange, qui débitait des âneries. Le grand corbeau commençat à parler avec son père, Kozakura n'en croyait pas ses yeux, elle n'avait jamais vu de kenku! D'après les légendes, ces êtres savaient tout! Et avec ce que cet animal avait déjà mentionné, il semblait capable de raconter de nombreuses histoires passionantes. Quand le corbeau demanda "Qui me prêtera son épaule?", le sang de Kozakura ne fit qu'un tour! Elle tapota la tête d'Ookami afin que celui-ci ne bouge pas puis leva le bras expressement. "Moi j'aimerais bien!" cria-t-elle avant de rougir comme une pivoine quand tout le monde se retourna. Le grand oiseau vint se percher sur son épaule, il était massif mais aussi léger qu'une plume...

Ookami regarda l'oiseau noir se poser sur l'épaule de la petite fille, il grogna quelques secondes mais au contact de la main de Kozakura s'arrêta net et ne dit plus rien.

"Parmi les miens, on me nomme Kenishi-sensei" chuchota-t-il.
"Je m'appelle Kozakura" répondit-elle hésitante "Parmi les miens on me nomme Petite furie" ajouta-t-elle en souriant.

Suite dans [Perso][RP] 2.2 Les premières paroles du Kenku
Flood Thunder - Koan jin'rai
Mille ans pour régner
L'éternité pour briller
Ma vie pour servir

Avatar du membre
Ryute
Samurai
Messages : 475
Enregistré le : 30 juin 2005, 22:59
Localisation : Shiro Dijon

Message par Ryute » 06 oct. 2005, 12:56

Nashiko resta seule durant tout le voyage. Depuis plusieurs mois, elle avait déjà révoqué ses serviteurs et demandé à son père d'abonder dans son sens. "Père, à quoi sert un serviteur dans les profondeurs de l'Outre-Monde? J'ai mon sabre et mon courage, héritage de la famile Hida. Que me faut-il de plus?"

Avec ces simples mots, elle l'avait convaincu de lui retirer ses serviteurs. De toute façon, si l'expérience était un échec, cela lui servirait aussi de leçon.

La jeune chasseur de sorcières fit donc le voyage au milieu des hommes de la garde. Leurs conversations, le soir autour du feu de camp, permirent à Nashiko d'oublier cette altercation avec sa jeune soeur.

Avatar du membre
Ryute
Samurai
Messages : 475
Enregistré le : 30 juin 2005, 22:59
Localisation : Shiro Dijon

Message par Ryute » 06 oct. 2005, 17:21

Nashiko fit les marches en compagnie des soldats. S'imprégner de l'esprit de corps des bushi Hida lui fit le plus grand bien.
Elle apprécia beaucoup les premiers jours du voyage. Tout le monde était aux aguets et craignait une escarmouche sur les territoires Scorpions. Cette tension sous-jacente laissait la personnalité des hommes s'exprimer.

Avec l'arrivée en territoire Lion, Nashiko prit un peu plus de temps pour elle. Lors de la premiere halte du campement, la jeune enfant délaissa son armure aux lourdes plaques de métal pour ses cerf-volants ...

Avatar du membre
Kakita Inigin
Bureau
Bureau
Messages : 19596
Enregistré le : 30 sept. 2004, 15:09
Localisation : Entre rivière et mine
Contact :

Message par Kakita Inigin » 11 oct. 2005, 07:02

Le voyage s'était déroulé d'agréable façon malgré quelques ifacéties et évènements imprévus, et c'est tranquillement que le convoi qui n'avait subi aucune attaque pénétra le territoire traditionellement dévolu à Tonbo Satsu-sama, les Terres du Champion d'Emeraude.
ImageImageImageImageImageImage

Verrouillé