Chargement...

Les mondes de Romain d’Huissier – L’étrange mélodie de l’eau

Shiro Kurasshu dominait les imposantes montagnes du Clan du Phénix – puissante sentinelle à la vie bercée par le fracas des eaux se déversant entre ses deux ailes. Précieux fief de la famille Isawa, le château et ses alentours vivaient au rythme de la formation des Tensai de l’Eau qui venaient s’y former. Ici, la puissance des flots se révélait pure, libre. Le torrent abritait des milliers de kami rugissants et aucun shugenja ne pouvait ignorer leur appel.

Au sommet de ces monts, de nombreux Maîtres de l’Eau se découvrirent – certains, prêtres médiocres, éveillèrent ainsi leur don rare au contact des furieux esprits de la rivière. Ils intégrèrent le Conseil élémentaire alors que personne ne les imaginait poursuivre une quelconque carrière. Car la nature à ces alentours force les barrières de l’esprit et met à jour les pouvoirs cachés – ceux qu’il faut forcer au grand jour pour les voir s’épanouir.

Arpentant la galerie qui surplombe la Cascade hurlante, Shiba Nakadai – daimyo des lieux – ressassait ses inquiétudes. Né à Shiro Kurasshu, il entendait la musique de l’eau depuis sa plus petite enfance et savait y déceler la moindre nuance. Or, cela faisait quelques jours que le fameux fracas du torrent lui chantait une mélodie différente – plus ténue, moins vigoureuse. Était-ce normal, un subtil changement dû à la saison ? Ou bien cela cachait-il quelque chose de plus pernicieux – comme une attaque contre les intérêts de sa famille ?

Afin d’en avoir le cœur net, Shiba Nakadai avait convoqué un groupe de magistrats itinérants de passage sur ses terres. Il comptait leur demander d’enquêter, en se rendant à la source du cours d’eau au besoin. Sa confiance était solide car la troupe se composait de samurai réputés : il y avait là Akodo Natsudo, un guerrier à l’honneur sans tâche ; Kitstuki Joso, dont l’esprit se montrait à la hauteur de n’importe quel énigme ; Kuni Makimi, la taciturne chasseuse de sorcière ; et Soshi Bakiko, au sourire aussi enjôleur que ses sorts étaient redoutables. Quelle que soit la raison du trouble qui occupait l’esprit du daimyo, ces quatre vaillants serviteurs de l’Empire d’Émeraude sauraient la découvrir.

Shiba Nakadai espérait juste qu’ils accompliraient leur mission avec célérité – car il sentait une ombre recouvrir son fief. Réprimant un frisson, le samurai se rendit alors dans la salle de réception afin d’y accueillir les magistrats. Sans qu’il s’en aperçoive, l’écume de la cascade se teignit subtilement de pourpre…


Connectez-vous pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :