Chargement...

Début de millénaire

Dans une geôle humide, deux samouraïs, assis en tailleur, discutent. Le premier porte des robes de shugenja aux couleurs du Scorpion tandis que l’autre est habillé en bleu et blanc, comme le Grue qu’il est.

Scorpion : Ca va, Inigin ?
Grue : Il m’est arrivé de me sentir mieux, Yabu-san. Et toi ?
Yabu : Mes marquent me démangent depuis ce matin. Ca doit être la proximité avec la Souillure.
Inigin : Ah ben ça ! La Souillure dans le Palais de Fu Leng, c’était inévitable !
Yabu : Sans doute, sans doute… Alors, des nouvelles de Kenshin ?
Inigin : Ah oui, c’est toi qui t’es évanoui au début du combat…
Yabu : Je ne me suis pas évanoui ! Il me fallait méditer afin de m’ouvrir aux kamis, c’est tout !
Inigin : Je ne savais pas que ces traîtres de Scorpions méditaient sur le
ventre…
Yabu : Bon, arrête avec ça, c’est lourd ! Et puis, toi aussi, tu es un traître,
si on va par là ! C’est dans un membre de TON clan que s’est incarné Fu Leng !
Inigin : Je me demandais pourquoi Shizue-sama tenait tellement à assister à ce combat…
Yabu : Surtout qu’il consistait juste à frapper un enfant malade ! Mais je
persiste à penser qu’on aurait dû se méfier !
Inigin : Ce n’était qu’une pauvre estropiée, tout de même. Qui aurait pu
penser…
Yabu : C’était assez surprenant de la voir se redresser en proclamant être le Dieu Sombre et décapiter ce pauvre Tadaji.
Inigin : Peut-être qu’elle avait peur qu’il lui fasse de l’ombre, avec son
pied-bot…
Yabu : Ceci dit, il y avait bien du monde dans cette chambre. Le Jour des
Tonnerres, c’était pas censé être, genre, une soirée privée ?
Inigin : Tu sais ce que c’est… Tout le monde veut épater son voisin en
l’emmenant voir comment il tue un Dieu Sombre. L’envie de frimer, quoi.
Yabu : C’était donc pour ça, les bardes…
Inigin : Oui… Mais, quand même,  » il  » aurait pu éviter d’amener Tadaji…
Yabu : Ben ça…Réfléchir, ça a jamais été son fort. Qu’est-ce qu’il est devenu, au fait ?
Inigin : Chais pas… La dernière fois que je l’ai vu, il offrait un chibokiko à
Shizue-san. Autant dire qu’il est mort.
Yabu : Je ne dirais pas ça. Il sait être persuasif, le bougre…
Inigin : Comme cette fois-là ?
Yabu : Oui, celle-là !

Les deux hommes se taisent quelques instants puis, finalement, Yabu reprend :
Yabu : Et Kenshin, alors ?
Inigin : Il a beau être le mari de Shizue, je doute qu’elle l’ait épargné.
Yabu : Un mari à moitié sourd, tu penses…
Inigin : Il se remettait à entendre, paraît-il… Dis, toi qui t’y connais,
c’est possible de guérir après s’être crevé les deux tympans ?
Yabu : Je ne crois pas. Peut-être avec de la maho…
Inigin : Tu vois que tu t’y connais ! Alors ?
Yabu : Arrête d’être lourd, quoi !
Inigin : Ben quoi ? On m’a raconté…

La porte s’ouvre sur un jeune homme au visage agréable, vêtu d’un kimono violet :
Akio : Salut, les gars ! Ca boume ?
Yabu : Mais t’es pas mort ?
Akio : Ben non ! J’aurais dû, Yabu-san ?
Yabu : Mais… et Fu Leng ?
Akio : Ah, l’Impératrice ? Elle est vraiment hyper top sympa ! Tu te rends
compte qu’elle veut tous nous emmener en excursion ? C’est pas l’ancien Empereur qu’aurait fait ça !
Inigin : Ben si !
Akio : Oui, Ingin-san, mais pas en été. D’ailleurs, elle a parlé d’un endroit
tout particulier : la Piscine Puante, qu’elle appelle ça. C’est bizarre comme
nom mais je suis sûr…
Yabu : Le Puit Suppurant ? Mais on va tous mourir si on y va !
Akio : Mais non, elle a dit que ce serait pas douloureux. Normalement, quand on meurt, c’est douloureux, il me semble.
Inigin : Demande à Tadaji-san !
Akio : Oui, j’ai entendu parler de l’incident. Glisser sur son wakizashi, quelle malchance… Heureusement, il va mieux, maintenant, même s’il a encore cette faiblesse au cou… Allez, je vous laisse ! On part dans une heure ! N’oubliez pas les serviettes !

Il se retourne, révélant des os à nu sous un kimono en lambeaux, puis sort.
Yabu : Foutu millénaire…
Inigin : Eh oui…

3 thoughts on “Début de millénaire

  1. Non, il s’agit d’une fanfiction écrite par IDE Akio et mettant en scène 2 autres utilisateurs du forum, soshi yabu et kakita Inigin.

  2. Ca a donné lieu à des échanges (ça aurait pu être drôle, on a été cons et ça a été grinçant) de nouvelles par ailleurs hilarantes. Ca reste de sacrées poilades. :love:


Connectez-vous pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :