Chargement...

Le Clan du Lion et ses familles

Le Lion a toujours formé le gros des armées de l’Empire et c’est à ses fondateurs que l’on doit la quasi-totalité des traditions militaires impériales ainsi que les fondements même du Code du Bushido. On appelle souvent le Clan du Lion « la main droite de l’Empereur » et si ses soldats sont célèbres pour leur discipline et leur courage indomptable, le Lion est aussi réputé pour son intransigeance sur les questions d’honneur. Cela n’empêche pas nombre de samurai du Lion d’être également fort versés dans les arts de la cour car ils ont le souci constant de se montrer digne de leurs ancêtres et de l’image de leur maison. Le Clan du Lion éprouve cependant une certaine rivalité teintée de mépris envers le Clan de la Grue et plusieurs problèmes frontaliers ne contribuent pas à apaiser une situation qui dure depuis des siècles.

La famille Akodo

Mon de la famille Akodo
Mon de la famille Akodo

Les descendants du kami Akodo se veulent l’incarnation même de ses vertus et de ses attentes. Ils vouent un respect immense au texte intitulé « Commandement » qui représente même aux yeux du reste de l’Empire le traité fondateur en matière d’honneur guerrier et de stratégie militaire. Les Akodo sont réputés pour leur maîtrise de soi, leurs compétences à l’épée ainsi que leur connaissance de l’histoire mais on les redoute encore davantage pour leurs talents de stratèges. Une croyance vieille comme l’Empire veut d’ailleurs qu’aucune armée commandée par un général de la famille Akodo n’ait jamais été vaincue.

La famille Matsu

Mon de la famille Matsu
Mon de la famille Matsu

Dame Matsu était le Tonnerre du Lion mais avant de partir dans l’Outremonde, elle était déjà célèbre pour son courage presque dément et son intransigeance. Sa famille n’a pas oublié la haine qu’elle éprouvait pour Kakita du Clan de la Grue qui l’avait vaincue lors du tournoi qui devait déterminer le premier champion de l’Empereur. Les Matsu représentent la majorité des samurai du Lion et leur courage incroyable ne s’est jamais démenti au cours des siècles. La tradition veut que les femmes aient une position dominante dans la famille Matsu et ce sont les époux qui prennent le nom de leur dame quand ils épousent une de ces femmes. La majorité des daimyo de la famille Matsu durant l’histoire furent des femmes bien que les traditions familiales n’empêchent nullement les hommes de se hisser aux plus hautes positions.

La famille Kitsu

On raconte que le grand Akodo fit autrefois la guerre aux Kitsu, un peuple légendaire tombé dans l’oubli. Au moment de remporter la victoire, il comprit qu’ils n’étaient pas une menace pour Hantei ni des serviteurs de l’Outremonde et que ce conflit avait été totalement inutile. Les cinq derniers Kitsu furent adoptés dans le clan du Lion et Akodo leur offrit ses filles pour épouses. Quel que soit le fondement de cette légende, la famille Kitsu veille à travers ses shugenja extrêmement traditionalistes sur la vie spirituelle des samurai du Lion. On raconte également que les sodan-senzo qui forment l’école la plus restreinte des shugenja Kitsu sont capables de communier avec les Shiryo, les esprits des ancêtres bénis qui peuvent ainsi guider leurs descenda

Mon de la famille Kitsu
Mon de la famille Kitsu

nts et participer par delà la mort à la grandeur du clan du Lion. La famille Kitsu prétend que le peuple légendaire ressemblait énormément aux grands félins qui ont donné son nom au Clan du Lion. Nombre des représentants de cette famille arborent des perruques dorées ou se teignent les cheveux durant les grandes occasions et avec le temps, de telles pratiques se sont étendues au reste du clan. Désormais, il n’est pas rare de voir des samurai du Lion arborer une magnifique crinière dorée, teinte ou postiche.

La famille Ikoma

Mon de la famille Ikoma
Mon de la famille Ikoma

Les samurai de la famille Ikoma sont des archivistes et des historiens mais aussi des diplomates réputés. Ils forment également des tacticiens respectés par les stratèges Akodo et leurs bardes omoidasu parcourent l’Empire pour collecter les hauts faits des nobles samurai de tous les clans et en faire des relations et des pièces de théâtre qui traverseront les siècles. Une telle versatilité témoigne du respect des Ikoma envers leur fondateur, un mortel qui impressionna le grand Akodo par son intelligence, son audace, sa soif des plaisirs de la vie, son franc-parler et son pragmatisme. A l’encontre de la plupart des samurai, les Ikoma n’hésitent pas à témoigner de leur émotivité et même à se montrer parfois très éloquents et expansifs, arguant du fait qu’on ne saurait respecter l’histoire, les légendes et la grandeur d’autrefois de manière timorée ou sans restituer toute la vigueur et la force d’évènements glorieux. Ils prennent également un malin plaisir à raconter les innombrables légendes concernant le premier Ikoma qui, si la moitié d’entres elles sont vraies, devait être un personnage des plus singuliers


Connectez-vous pour laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :